Liste des commanderies templières dans le Limousin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette liste recense les commanderies et maisons de l'Ordre du Temple présentes dans le Limousin.
Limousin-Position.png


Faits marquants et Histoire[modifier | modifier le code]

Blason de la vicomté de Limoges
Blason du comté de la Marche à partir du XIIIe siècle

Aux XIIe et XIIIe siècles, cette région correspondait au comté de la Marche au nord et à la vicomté de Limoges au sud, tous deux vassaux du Duché d'Aquitaine . Les templiers avait une organisation territoriale qui leur était propre et une grande partie de cette région faisait en fait partie de la province templière d'Auvergne qui se forme entre 1180 et 1190[1], le reste étant vraisemblablement dépendant de la province d'Aquitaine[2]

On dénombre près de trente six établissements[3] dans le Limousin[4].

Commanderies[modifier | modifier le code]

Logo monument classe.svg : Cet édifice a été classé au titre des Monuments historiques.

Commanderie Ville actuelle (ou à proximité) Observations
Bellechassagne Bellechassagne Domus Templi de Bella Chassanha Lemovicensis diocesis
Blaudeix Blaudeix Domus de Blaudes, de Bliauday, Templum de Blaudesio

Bosmoreau Bosmoreau-les-Mines
ou
« Balmour », lieu-dit de Bord-Saint-Georges
Domus Templi de Bomora, Lemovicensis diocesis (c.1289)[5]
Chamberaud Chamberaud Domus Templi de Cambarello, Lemovicensis diocesis
(au moins depuis 1248).
Petrus de Cadruvio,commandeur (1301-1302),
et Galterius de Nonagerio(1307).
Devient une commanderie de la langue d'Auvergne après
avoir été dévolue aux hospitaliers.
Champeaux Mézières-sur-Issoire Domus Templi de Champens Lemovicensis diocesis
Charrières Saint-Moreil [6]
Crabanat Crabanat [7]
Foulventour Saint-Hilaire-la-Treille domus Templi de Font Lezentort Lemovicensis diocesis
Gentioux Gentioux-Pigerolles Domus Templi de Gensil, Lemovicensis diocesis ; de Gencio[8]
La Pouge La Pouge Ne pas confondre avec La Pouge,
un hameau de Champagnac-la-Rivière
[11]
Le Palais Palais-sur-Vienne Domus Templi de Palatio, juxta Lemovicum
Le Temple d'Ayen Ayen Commanderie hospitalière[12] qui pourrait être la plus ancienne fondation des templiers dans le diocèse de Limoges, antérieure à 1144[13]. Attestée également en 1282: Cappella de Ahento[14]
Limoges Limoges Domus Templi Castri Lemovicensis
Dans l'enceinte du château.
Ne pas confondre avec la baillie / Province de Limousin
Domorum militiae Templi in Lemovicino
Paulhac Saint-Étienne-de-Fursac Logo monument classe.svg [15]
Puy-de-Noix Beynat Domus Templi de Podio Nucis Lemovicensis diocesis
Rimondeix Rimondeix A vérifier
Viviers Tercillat A vérifier
Localisation dans le Limousin
(Liens vers les articles correspondants)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ivy-Stevan Guiho, L'Ordre des Templiers, petite encyclopédie, Paris, L'Harmattan, , poche (ISBN 978-2-296-09240-2, lire en ligne)
  • Alain Demurger, Les Templiers, une chevalerie chrétienne au Moyen Âge, Paris, Seuil, coll. « Points Histoire », (1re éd. 2005), 664 p., poche (ISBN 978-2-7578-1122-1)
  • Jean-Marie Allard, « Templiers et hospitaliers dans les chroniques limousines », dans Espace et territoire au moyen âge : hommages à Bernadette Barrière, Bordeaux, Ausonius/Aquitania, 2012, (ISBN 978-2-35613-062-4), p. 265-272.
  • Jean-Marie Allard et Bernadette Barrière, « Templiers et Hospitaliers en Limousin au Moyen Âge. État de la recherche et nouvelles considérations. », Revue Mabillon, no 14,‎ , p. 51-81 (lire en ligne)
  • Jean-Marie Allard et Didier Delhoume, « Les commanderies de la Creuse au Moyen Âge : aperçu historique et architectural », dans Mémoires de la Société des sciences naturelles, archéologiques et historiques de la Creuse, t. 50, 2004, p. 127-168. [lire en ligne]
  • Claude Andrault-Schmitt, « Les églises des templiers de la Creuse et l'architecture religieuse du XIIIe siècle en Limousin », dans Bulletin de la Société des antiquaires de l'Ouest et des musées de Poitiers, vol. 10, no 2, 1996, p. 73-141. [Résumé]
  • Charles-Jean-Melchior de Vogüé, Revue de l'Orient latin, vol. VII., Paris, Ernest Leroux, (réimpr. 1964) (ISSN 2017-716X, lire en ligne), p. 529-560

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guiho 2009, p. 21.
  2. Voir l'article Liste des maîtres de province de l'ordre du Temple pour plus de précisions. Section Aquitaine et Auvergne. On remarque par exemple que Gerard de Sauzet, maître de la province d'Auvergne s'est rendu régulièrement dans la commanderie de Paulhac. cf. Demurger 2008, p. 442
  3. Commanderies et maisons du Temple confondues. Une « simple » maison dépendant d'une commanderie.
  4. Allard et Barrière 2003.
  5. Roger & Anne-Marie Sève, Le procès des templiers d'Auvergne, Éd. du CTHS, , 322 p. (présentation en ligne), p. 29, 50 ; Amédée-Louis-Alexandre Trudon des Ormes, « Liste des maisons et de quelques dignitaires de l'ordre du Temple, en Syrie, en Chypre et en France », dans Charles-Jean-Melchior de Vogüé, Revue de l'Orient latin, vol. VII., Paris, Ernest Leroux, (réimpr. 1964) (ISSN 2017-716X, lire en ligne), p. 538, disponible sur Gallica
    Partant du point de vue exposé par Roger & Anne-Marie-Sève, cette maison du Temple ne se trouvait pas à « Basmour », commune de Bord-Saint-Georges tel qu'indiqué par Trudon des Ormes mais plutôt à Bosmoreau-les-Mines. On retrouve Bosmoreau / Basmoraux parmi les membres du Prieuré hospitalier de Bourganeuf.
  6. [1], Base de données Mérimée, Ministère Français de la Culture.
  7. Notice no IA00030782, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. Vogüé 1899, p. 540-541.
  9. Vogüé 1899, p. 532-533, disponible sur Gallica
  10. Roger & Anne-Marie Sève, Le procès des templiers d'Auvergne, Éd. du CTHS, , 322 p. (présentation en ligne), p. 28.
  11. La commanderie se trouvait dans le diocèse de Limoges mais Trudon des Ormes identifie à tort ce lieu avec le lieu-dit de la commune de Champagnac-la-Rivière en Haute-Vienne en disant par ailleurs qu'elle se trouvait à proximité de Puybonnieux[9] alors qu'il s'agit de la commune de la Pouge dans la Creuse[10], qui faisait tout autant partie du diocèse de Limoges. En 1327, cette ancienne commanderie des templiers est mentionnée en tant que membre de la commanderie de Chambéraud.
  12. Sève 1986, p. 30 ; Louis-Augustin Vayssière, L’Ordre de Saint-Jean de Jérusalem ou de Malte en Limousin et dans l’ancien diocèse de Limoges au XVIIe siècle, Crauffon, , 208 p. (présentation en ligne), p. 58 et suiv.
  13. Allard et Barrière 2003, p. 55 (note 14)
  14. Allard et Barrière 2003, p. 74 (doc. 1, note 14)
  15. Notice no PA00100153, base Mérimée, ministère français de la Culture.