Liste des centrales nucléaires en Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La liste des centrales nucléaires d'Allemagne comporte 7 centrales nucléaires productrices d'électricité d'origine nucléaire en Allemagne en 2017 équipées d'un total de 7 réacteurs nucléaires en service. Par ailleurs, 29 réacteurs sont à l'arrêt définitivement[1].

En 2017, le pays se situait au 12e rang des pays producteurs d'électricité d'origine nucléaire dans le monde en nombre de réacteurs en activité et au 9e rang pour la puissance nucléaire installée [2].
Cette production d’électricité d’origine nucléaire en Allemagne s’est élevée en 2017 à 76,3 TWh, soit 11,7 % de la production d’électricité dans le pays[3].

En 2011, le gouvernement allemand a adopté le projet de loi de sortie du nucléaire d'ici 2022[4]. Associée à la baisse de la part du nucléaire (énergie bas carbone) dans la production électrique (de 22,2 % en 2010 à 11,7 % en 2017[3]), l'augmentation de la part des énergies renouvelables (éolien principalement) a permis de limiter l'impact sur les émissions de CO2 (293 à 331 Mt CO2éq entre 2009 et 2017 avec une tendance à la baisse depuis 2014[5]). Cependant, « l’électricité allemande reste toutefois très dépendante des combustibles fossiles (lignite, charbon, gaz et fioul) qui produisent plus de la moitié de l’électricité. »; ainsi en 2017, la production d’électricité a émis environ 10 fois plus de CO2/kWh en Allemagne qu'en France (environ 490 g CO2/kWh en Allemange contre 53 g CO2/kWh en France)[5].


Centrales et réacteurs nucléaires électrogènes[modifier | modifier le code]

En service[modifier | modifier le code]

Le premier réacteur nucléaire à avoir été mis en service est le réacteur de recherche FRM-I (ou Atomei), en 1957 près de Munich.

Le est entrée en vigueur la loi de l'Atome (Atomgesetz), qui permet l'utilisation pacifique de l'énergie nucléaire et la protection contre les dangers de la radioactivité.

En mai 2018, 7 réacteurs nucléaires électrogènes étaient en service en Allemagne. Les caractéristiques de ces réacteurs sont données dans le tableau ci-après, classés alphabétiquement[1]. Le rang indique le numéro d'ordre de mise en service de chacun des réacteurs. Ainsi Biblis-A a été le 12e réacteur mis en service en Allemagne. Neckarwestheim-2 est quant à lui le 44e et dernier à avoir été mis en service en avril 1989. La puissance brute correspond à la puissance délivrée sur le réseau augmentée de la consommation interne de la centrale. La puissance nette correspond quant à elle à la puissance délivrée sur le réseau et sert d'indicateur en termes de puissance installée.


Centrale nucléaire Nom du réacteur Rg Type Modèle Puissance [MW] Exploitant Construct. Début constr. Raccord. au réseau Mise en service comm.
therm. (MWt) électr. brute (MWe) électr. nette (MWe)
Brokdorf Brokdorf (KBR) 32 REP PWR 3900 1480 1410  E.ON AG KWU jan 1976 oct 1986 déc 1986
Emsland Emsland (KKE) 33 REP Konvoi-PWR 3850 1400 1329 E.ON AG KWU août 1982 avril 1988 juin 1988
Grohnde Grohnde (KWG) 27 REP PWR 3900 1430 1360  E.ON AG KWU juin 1976 sept 1984 fév 1985
Gundremmingen Gundremmingen-C (KRB C) 26 REB BWR 72 3 840 1 344 1 284  RWE KWU juil 1976 nov 1984 jan 1985
Isar Isar-2 (KKI 2) 31 REP Konvoi-PWR 3950 1485 1410   E.ON AG KWU sept 1982 jan 1988 avril 1988
Neckarwestheim Neckarwestheim-2 (GKN 2) 44 REP Konvoi-PWR 3850 1400 1310  EnBW KWU nov 1982 jan 1989 avril 1989
Philippsburg Philippsburg-2 (KKP 2) 24 REP PWR 3950 1458 1392 EnBW KWU juil 1977 déc 1984 avril 1985

Arrêtés[modifier | modifier le code]

Centrales nucléaires historiques et actuelles en Allemagne

La sortie du nucléaire civil a été décrétée le 14 juin 2000 par le gouvernement allemand.
Fin 2010, Angela Merkel a fait voter un prolongement de 12 ans en moyenne de la durée d'exploitation des réacteurs allemands.
À la suite de l'accident nucléaire de Fukushima, le 11 mars 2011, (provoqué par un séisme de magnitude 9 suivi d'un tsunami de 14 mètres), les 7 plus anciens réacteurs ont été arrêtés. Puis, le 29 mai 2011 la coalition gouvernementale a annoncé sa décision de fermer toutes les centrales nucléaires électrogènes d'ici 2022[6].

Réacteurs de recherche[modifier | modifier le code]

Et beaucoup d'autres

Les exploitants[modifier | modifier le code]

Les quatre compagnies responsables de la distribution d'électricité pour l'Allemagne se partagent les réacteurs en service (à 100 % ou avec les parts de production indiquées) :

  • EnBW : Neckarwestheim, Philippsburg,
  • E.ON AG : Brockdorf, Brunsbüttel (33 %), Emsland (12,5 %), Grafenrheinfeld, Grohnde, Isar, Krümmel (50 %), Unterweser,
  • RWE : Biblis, Emsland (87,5 %),
  • Vattenfall : Brunsbüttel (66 %), Krümmel (50 %).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b IAEA-Germany - Consulté le 17/11/2018
  2. AIEA-PRIS - Consulté le 17/11/2018
  3. a et b AG Energiebilanzen - Strommix/Stromerzeugung nach Energieträgern 1990-2017 (Stand Oktober 2018)
  4. Sortie du nucléaire : le scénario allemand est-il crédible? - Actu-environnement, 6 juin 2011
  5. a et b Le paysage énergétique allemand en 2017 (mise à jour du 27 mars 2018)
  6. Allemagne : La fin du nucléaire est une décision "politique" - FranceSoir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]