Liste des cavités naturelles les plus longues du Cantal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Département du Cantal.

La liste des cavités naturelles les plus longues du Cantal recense, sous forme de tableaux, les cavités souterraines naturelles connues dans ce département français, dont le développement est supérieur ou égal à vingt mètres.

La communauté spéléologique considère qu'une cavité souterraine naturelle n'existe vraiment qu'à partir du moment où elle est « inventée » c'est-à-dire découverte (ou redécouverte), inventoriée, topographiée et publiée. Bien sûr, la réalité physique d'une cavité naturelle est la plupart du temps bien antérieure à sa découverte par l'homme ; cependant tant qu'elle n'est pas explorée, mesurée et révélée, la cavité naturelle n'appartient pas au domaine de la connaissance partagée.

La liste spéléométrique des 12 plus longues cavités naturelles du Cantal (≥ vingt mètres) est actualisée à fin décembre 2018.

La plus longue cavité souterraine naturelle répertoriée dans le département du Cantal est « le grotte de Croquepèse », sur la commune de Montmurat (cf. ligne 1 du premier tableau ci-dessous).


Cavités du Cantal (France) de développement supérieur ou égal à 20 mètres[modifier | modifier le code]

12 cavités sont recensées au 31-12-2018.

Tableau : Liste des plus longues cavités souterraines du Cantal (France), de développement supérieur ou égal à 20 m
La valeur « NC » (non connu) pour la dénivelée signifie que cette donnée n'est pas disponible.
Les plus récentes mises à jour sont sur fond jaune.
Réf. Cavité
(autres noms)
Commune Massif ou zone Coordonnées
(WGS 84)
Développe.
(mètres)
Dénivel.
(mètres)
Sources ou références Mise à jour
1 Grotte de Croquepèse Montmurat 44° 38′ 29″ N, 2° 12′ 23″ E +000160, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
2 Trauc de Comblat-le-Château Vic-sur-Cère 44° 58′ 14″ N, 2° 35′ 56″ E +0 00080, m NC plongeesout.com[2] 2000-12
3 Trauc de Comblat-le-Puy Vic-sur-Cère 44° 57′ 36″ N, 2° 37′ 42″ E +0 00070, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
4 Grotte de la Cascade du Cuzou Narnhac 44° 55′ 53″ N, 2° 47′ 13″ E +0 00065, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
5 Cave Profonde Montmurat 44° 37′ 48″ N, 2° 11′ 52″ E +0 00040, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
6 Grotte des Anglais Vic-sur-Cère 44° 59′ 40″ N, 2° 37′ 57″ E +0 00036, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
7 Cuze de li Fados[N 1] Collandres 45° 11′ 47″ N, 2° 39′ 21″ E +0 00033, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
8 Grotte du Cuze Charmensac 45° 12′ 30″ N, 3° 05′ 25″ E +0 00032, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
9 Cave Loudière Montmurat 44° 37′ 50″ N, 2° 12′ 04″ E +0 00030, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
10 Grotte de la Réveilladie Saint-Cirgues-de-Jordanne 45° 04′ 06″ N, 2° 36′ 18″ E +0 00028, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
11 Grotte de Roc Grand Lascelle 45° 00′ 43″ N, 2° 33′ 49″ E +0 00024, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
12 Trauc de Lavernière Velzic 45° 00′ 10″ N, 2° 32′ 37″ E +0 00021, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12

Notes et références[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de Liste des cavités naturelles les plus longues du Cantal :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La cuze de li Fados est également appelée grotte des Fées ou grotte de la Bade.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement (Situation au 31 décembre 2000). », Spelunca Mémoires n° 27,‎ 2004, 160 pages, p. 30 (ISSN 0249-0544, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2019)
  2. « Plongée spéléo au Trou de Comblat », sur plongeesout.com (consulté le 18 février 2018).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Jean-Yves Bigot, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement (Situation au 31 décembre 2000). », Spelunca Mémoires, La Ravoire, no 27,‎ 2004, 160 pages, p. 30 (ISBN 2-7417-0291-8, OCLC 123511827, lire en ligne, consulté le 20 décembre 2019). Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Bigot Jean-Yves & Chabert Claude (1995) – Grottes et cuzes du Cantal. Grottes & Gouffres, bull. S. C. Paris, n° 135, mars 1995, p. 22-23, lire en ligne.
  • Bigot Jean-Yves & Chabert Claude (1992) – Les grandes cavités françaises dix ans après. Evolution des connaissances spéléologiques dans les départements français pauvres en cavités (1981-1991). Spelunca, no 47, p. 25–37, lire en ligne.
  • Choppy Jacques (1981) – Cantal. in Claude Chabert « Les grandes cavités françaises – Inventaire raisonné », FFS édit., p. 34.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]