Liste des cavités naturelles les plus longues des Vosges

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Département des Vosges.

La liste des cavités naturelles les plus longues des Vosges recense, sous forme de tableaux, les cavités souterraines naturelles connues dans ce département français, dont le développement est supérieur ou égal à cent mètres.

La communauté spéléologique considère qu'une cavité souterraine naturelle n'existe vraiment qu'à partir du moment où elle est « inventée » c'est-à-dire découverte (ou redécouverte), inventoriée, topographiée et publiée. Bien sûr, la réalité physique d'une cavité naturelle est la plupart du temps bien antérieure à sa découverte par l'homme ; cependant tant qu'elle n'est pas explorée, mesurée et révélée, la cavité naturelle n'appartient pas au domaine de la connaissance partagée.

La liste spéléométrique des 8 plus longues cavités naturelles des Vosges (≥ cent mètres) est actualisée à décembre 2018.

La plus longue cavité souterraine naturelle répertoriée dans le département des Vosges est « le perte de Débain », sur la commune de Sans-Vallois (cf. ligne 1 du premier tableau ci-dessous).


Cavités des Vosges (France) dont le développement est supérieur ou égal à 100 mètres[modifier | modifier le code]

8 cavités sont recensées au 31-12-2018.

Tableau : Liste des plus longues cavités souterraines des Vosges (France), de développement supérieur à 100 m
La valeur « NC » (non connu) pour la dénivelée signifie que cette donnée n'est pas disponible.
Les plus récentes mises à jour sont sur fond jaune.
Réf. Cavité
(autres noms)
Commune Massif ou zone Coordonnées
(WGS 84)
Développe.
(mètres)
Dénivel.
(mètres)
Sources ou références Mise à jour
1 Perte de Débain[N 1] Sans-Vallois 48° 10′ 14″ N, 6° 06′ 21″ E +003 200, m NC Géologie Lorraine[1], Spelunca no 139[2] & Spéléo L no 4[3],[4],[5] & IKARE[I 1] 2015-06
2 Trou du Fond de la Souche Harmonville 48° 27′ 52″ N, 5° 52′ 48″ E +002 500, m +0023, m plongeesout.com[6], Hadès no 3[7] & Hadès no 7[8],[9],[10] & IKARE[I 2] 2015-06
3 Grotte aux Mille Diaclases Bazoilles-sur-Meuse 48° 17′ 02″ N, 5° 38′ 43″ E +002 036, m NC Spelunca no 121[11] & IKARE[I 3] 2015-06
4 Gouffre Hadès Trampot 48° 20′ 22″ N, 5° 25′ 57″ E +001 379, m +0020, m Géologie Lorraine[12] & IKARE[I 4] 2015-06
5 Grande Fontaine Trampot 48° 20′ 34″ N, 5° 25′ 06″ E +000540, m +0020, m Spéléométrie de la France[13] & IKARE[I 5] 2000-12
6 Perte de la Musaraigne Moriville 48° 21′ 07″ N, 6° 24′ 39″ E +000400, m +0012, m Spéléométrie de la France[13] & IKARE[I 6] 2000-12
7 Résurgence de Bénafosse[N 2] Domèvre-sur-Durbion 48° 17′ 24″ N, 6° 29′ 22″ E +000300, m NC Géologie Lorraine[14] & IKARE[I 7] 2015-06
8 Diaclase du Bois de l'Enfer ou Gouffre du Tarzan Circourt-sur-Mouzon 48° 19′ 16″ N, 5° 42′ 56″ E +000104, m +0023, m Spéléométrie de la France[13] & IKARE[I 8] 2000-12

Notes et références[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de Liste des cavités naturelles les plus longues des Vosges :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le réseau compte également une entrée artificielle : le puits des Moustiques.
  2. Ou Bénafossé.

Références[modifier | modifier le code]

IKARE
Autres références
  1. Philippe Martin, « Réseau karstique de Débain ».
  2. Jean-Jacques Gaffiot et Eric Péry, « Le réseau de Débain à Sans-Vallois (Vosges) 78 années d’existence et du nouveau ! », Spelunca, no 119,‎ , p. 39-46 (ISSN 0249-0544, lire en ligne).
  3. Port G., Martin Ph., Péry E. & Gaffiot J.-J. (2015) « Situation géographique, contexte géologie et historique du réseau de Débain à Sans-Vallois (88) », Spéléo L no 24 (ISSN 0758-3974), Ligue spéléologique lorraine, Tomblaine, p. 23-32
  4. Gaffiot J.-J. (2015) « Le percement du puits des Moustiques : beaucoup de sueur, peu de larmes mais toujours la foi du charbonnier ! », Spéléo L no 24 (ISSN 0758-3974), Ligue spéléologique lorraine, Tomblaine, p. 33-52
  5. Péry E. & Gaffiot J.-J. (2015) « La première traversée spéléologique des Vosges », Spéléo L no 24 (ISSN 0758-3974), Ligue spéléologique lorraine, Tomblaine, p. 53-62
  6. « Trou du fond de la souche », sur plongeesout.com.
  7. Barbier Chr. & Vaucel G. (1972) - « Une nouvelle cavité en Lorraine : le Trou du Fond de la Souche à Harmonville (Vosges) », Hadès, les cahiers spéléologiques de Lorraine no 3 (ISSN 0181-1029), C.L.R.S., Lunéville, p. 13-23
  8. Vallet Ph. (1983) - « Le Trou du Fond de la Souche », Hadès, les cahiers spéléologiques de Lorraine no 7 (ISSN 0181-1029), C.L.R.S., Nancy, p. 5-12 et plan annexe
  9. Vallet Ph. (1983) - « Petite histoire du Fond de la Souche », Hadès, les cahiers spéléologiques de Lorraine no 7 (ISSN 0181-1029), C.L.R.S., Nancy, p. 13-16
  10. Vaucel G. (1983) - « Premières observations sur la faune du Trou du Fond de la Souche », Hadès, les cahiers spéléologiques de Lorraine no 7 (ISSN 0181-1029), C.L.R.S., Nancy, p. 17-18
  11. Eric Péry, « La grotte aux Mille diaclases Bazoilles-sur-Meuse (Vosges) », Spelunca, no 121,‎ , p. 23-28 (ISSN 0249-0544, lire en ligne).
  12. Philippe Martin, « Fontaine karstique du bois de Trampot ».
  13. a b et c Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement (Situation au 31 décembre 2000). », Spelunca Mémoires no 27,‎ 2004, 160 pages, p. 105-106 (ISSN 0249-0544, lire en ligne)
  14. Philippe Martin, « Perte de Domèvre-sur-Durbion ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie et sources[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Bigot Jean-Yves (2004) – Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement (Situation au 31 décembre 2000). Spelunca MémoiresLire en ligne, FFS édit., no 27, 160 pages, pages 105-106 Document utilisé pour la rédaction de l’article + compléments.
  • Agence de l'Eau Rhin-Meuse, Ligue Spéléologique Lorraine (LISPEL), Bureau d'études GEREEA, Laboratoire LOTERR de l'Université de Lorraine, Projet IKARE : inventaire spéléo-karstologique du bassin Rhin-Meuse et des régions limitrophes, sous la forme d'une base de données et d'une application cartographique. (consulté le 12 juin 2019).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Autres liens[modifier | modifier le code]