Liste des cavités naturelles les plus longues de la Manche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Département de la Manche.

La liste des cavités naturelles les plus longues de la Manche recense, sous forme de tableaux, les cavités souterraines naturelles connues dans ce département français, dont le développement est supérieur ou égal à quinze mètres.

La communauté spéléologique considère qu'une cavité souterraine naturelle n'existe vraiment qu'à partir du moment où elle est « inventée » c'est-à-dire découverte (ou redécouverte), inventoriée, topographiée et publiée. Bien sûr, la réalité physique d'une cavité naturelle est la plupart du temps bien antérieure à sa découverte par l'homme ; cependant tant qu'elle n'est pas explorée, mesurée et révélée, la cavité naturelle n'appartient pas au domaine de la connaissance partagée.

La liste spéléométrique des 9 plus longues cavités naturelles de la Manche (≥ quinze mètres) est actualisée à décembre 2018.

La plus longue cavité souterraine naturelle répertoriée dans le département de la Manche est « le trou de la Route », sur la commune de Montmartin-sur-Mer (cf. ligne 1 du premier tableau ci-dessous).


Cavités de la Manche (France) dont le développement est supérieur ou égal à 15 mètres[modifier | modifier le code]

9 cavités sont recensées au 31-12-2018.

Liste des plus longues cavités souterraines de la Manche (France), de développement supérieur ou égal à 15 m
L'éventuelle mention « NC » (non connu) pour la dénivelée signifie que cette donnée n'est pas disponible.
Les plus récentes mises à jour sont sur fond jaune.
Réf. Cavité
(autres noms)
Commune Massif ou zone Coordonnées
(WGS 84)
Développe.
(mètres)
Dénivel.
(mètres)
Sources ou références Mise à jour
1 Trou de la Route Montmartin-sur-Mer 48° 59′ 23″ N, 1° 31′ 32″ O +000138, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
2 Grotte Michèle Montmartin-sur-Mer +0 00090, m +0005, m Spéléométrie de la France[1] 2000-12
3 Grotte de la Carrière La Meauffe 49° 10′ 42″ N, 1° 06′ 42″ O +0 00054, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
4 Trou de Sainte-Colombe[N 1] La Hague +0 00050, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
5 Trou du Canon Montmartin-sur-Mer +0 00044, m +0005, m Spéléométrie de la France[1] 2000-12
6 Grotte de la Forêt La Meauffe +0 00040, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
7 Trou du Four Montmartin-sur-Mer +0 00020, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
8 Grotte des Mines d'or[N 2] Carolles 48° 45′ 21″ N, 1° 34′ 27″ O +0 00020, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12
9 Grotte-tunnel de Jobourg Jobourg +0 00016, m NC Spéléométrie de la France[1] 2000-12

NB : le trou Baligan d'une longueur de près de 200 m a été détruit en 1978 par la construction de la centrale nucléaire de Flamanville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de Liste des cavités naturelles les plus longues de la Manche :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Grotte marine de l'ancienne commune de Gréville-Hague.
  2. Grotte marine de la falaise du Pignon Butor.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement (Situation au 31 décembre 2000). », Spelunca Mémoires n° 27,‎ 2004, 160 pages, p. 67-68 (ISSN 0249-0544, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Bigot Jean-Yves (2004) – Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement (Situation au 31 décembre 2000). Spelunca Mémoires, FFS édit., no 27, 160 pages, pages 67-68, Lire en ligne Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Rodet Joël (1981) – Manche. in Claude Chabert « Les grandes cavités françaises – Inventaire raisonné », FFS édit., p. 94.
  • Druet Yann (1972) – Approche des phénomènes karstiques en Basse-Normandie au travers de deux départements de références : Manche et Calvados. Mém. de maîtrise, Institut de Géographie, Université de Caen, 125 p.
  • Philippe Audra-Responsable d'édition et Bigot Jean-Yves, Association française de karstologie, « Grottes et karsts de France - Calcaires et sites karstiques du Massif armoricain. », Karstologia Mémoires, Paris, Association française de karstologie, no 19,‎ , p. 172-173 (ISBN 978-2-95-042225-5, lire en ligne).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]