Liste des cavités naturelles les plus longues de la Loire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Département de la Loire.

La liste des cavités naturelles les plus longues du département de la Loire recense sous la forme d'un tableau, les cavités souterraines naturelles connues, dont le développement est supérieur à cinq mètres.

La communauté spéléologique considère qu'une cavité souterraine naturelle n'existe vraiment qu'à partir du moment où elle est « inventée » c'est-à-dire découverte (ou redécouverte), inventoriée, topographiée et publiée. Bien sûr, la réalité physique d'une cavité naturelle est la plupart du temps bien antérieure à sa découverte par l'homme ; cependant tant qu'elle n'est pas explorée, mesurée et révélée, la cavité naturelle n'appartient pas au domaine de la connaissance partagée.

La liste spéléométrique des plus longues cavités naturelles de la Loire (> 5 m) est actualisée fin 2018.

La plus longue cavité répertoriée dans le département de la Loire est la grotte du Charme à Saint-Denis-de-Cabannne (cf. ligne 1 du tableau ci-dessous).

Loire (France)[modifier | modifier le code]

Cavités de développement supérieur à 5 m[modifier | modifier le code]

11 cavités sont recensées au 31-12-2018.

Tableau : Liste des plus longues cavités souterraines de la Loire (France), de développement supérieur à 5 m
La valeur « 0 » pour la dénivelée signifie que cette donnée n'est pas disponible.
Les plus récentes mises à jour sont sur fond jaune.
Réf. Cavités
(autres noms)
Communes Massifs ou zones géographiques Coordonnées
(WGS 84)
Développement (en mètres) Dénivelée (en mètres) Sources ou références Mises à jour
1 Grotte du Charme Saint-Denis-de-Cabanne 46° 11′ 08″ N, 4° 13′ 06″ E +000106, m +0010, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
2 Grotte de la Doux Saint-Denis-de-Cabanne 46° 10′ 25″ N, 4° 13′ 12″ E +0 00046, m +0009, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
3 Faille de Lorette n° 1 Lorette 45° 31′ 02″ N, 4° 34′ 52″ E +0 00025, m +0010, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
4 Grotte de Rochecorbière Saint-Étienne 45° 23′ 43″ N, 4° 26′ 57″ E +0 00024, m +0000, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
5 Faille de Lorette n° 2 Lorette 45° 31′ 02″ N, 4° 34′ 52″ E +0 00015, m +0014, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
6 Grotte de la Sarrazinière Sorbiers 45° 29′ 19″ N, 4° 27′ 25″ E +0 00014, m +0000, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
7 Grotte des Fées Sail-sous-Couzan 45° 43′ 35″ N, 3° 58′ 29″ E +0 00013, m +0000, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
8 Grotte des Scouts Saint-Denis-de-Cabanne +0 00012, m +0000, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
9 Faille de Crêt-Beauplomb Saint-Jean-Bonnefonds 45° 27′ 48″ N, 4° 26′ 55″ E +00 0008, m +0000, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
10 Grotte Sarrazine Thélis-la-Combe 45° 19′ 43″ N, 4° 32′ 15″ E +00 0007, m +0000, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00
11 Cave à la Drophe[N 1] Lavieu 45° 32′ 14″ N, 4° 03′ 33″ E +00 0007, m +0000, m Spéléométrie de la France[1] 2000-00

Notes et références[modifier | modifier le code]

Geographylogo.svg

Les coordonnées de Liste des cavités naturelles les plus longues de la Loire :

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou grotte de la Droff.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j et k Bigot Jean-Yves, « Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. », Spelunca Mémoires n° 27,‎ , p. 160 (ISSN 0249-0544)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Bigot Jean-Yves (2004) – Spéléométrie de la France. Cavités classées par département, par dénivellation et développement. Spelunca Mémoires, FFS édit., no 27, 160 pages Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Delahaye Jean-Louis, Krupa Daniel, Meyssonnier Marcel & Mugnier Claude (1981) – Loire. in Claude Chabert « Les grandes cavités françaises – Inventaire raisonné », FFS édit., p. 83-84.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]