Liste des applications du revenu de base

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article fournit une liste des expérimentations et des implantations du revenu de base.

Afrique[modifier | modifier le code]

Namibie[modifier | modifier le code]

Omitara, l'un des deux villages namibiens dans lesquels le revenu de base a été testé en 2008-2009.

De janvier 2008 à décembre 2009, un projet pilote de revenu de base fut implémenté dans les villages namibiens de Otjievero et Omitara(représentant environ 1 000 habitants) situés à 100 kilomètres de Windhoek)[1]. Le projet fut organisé par la Namibian Basic Income Grant Coalition[2]. Il était principalement financé par l'église protestante allemande, par des contributions individuelles de citoyens allemands et namibiens et par des contributions du Ministère allemand pour la Coopération. Le montant donné à chaque habitant namibien de moins de 60 ans (les retraités namibiens reçoivent déjà une allocation de 550 N$ par mois) était de 100N$ (environ 12US$).

Six mois après le lancement, le projet avait significativement réduit la malnutrition infantile et l'absentéisme scolaire. Il avait également fortement augmenté les revenus de la communauté en permettant aux habitants de participer à des activités plus productives, notamment avec la mise en place de micro-entreprises qui revitalisèrent le tissu économique et social du village, les revenus issus d’activités de type auto-entrepreneuriale ayant augmenté de 300 %[3],[4],[5]. Globalement les revenus des habitants du village ont augmenté de 29 %, soit plus que le revenu supplémentaire octroyé par le programme. Le chômage a également diminué dans le village, passant de 60 à 45 %[3],[6],[7],[8]. L'équipe projet déclara que cet accroissement de l'activité économique contredit les allégations selon lesquelles le revenu de base entrainerait de la paresse et de la dépendance[9]. Après le dernier versement en décembre 2009, une allocation de transition de 80 N$ par mois a été mise en place pour ne pas « laisser les résidents retomber au même niveau de pauvreté déshumanisante qu'ils avaient expérimenté auparavant »[10]. Cette allocation de transition a été versé jusqu'à la fin de l'année 2011, quand la coopérative s'en occupant s'est trouvée à court d'argent[11]. Les versements ont repris en juillet 2014 avec le soutien de l'Église évangélique vaudoise italienne[12],[9].

L'une des conclusions du projet fut que, même en donnant uniquement ce revenu aux personnes habitants Otjivero-Omitara depuis plus d'un an avant le début du projet, il y eut une forte migration vers ces villages. Le projet conclut que ce phénomène révèle le besoin d'introduire le système de revenu de base à un niveau national, afin d'éviter des migrations internes[9].

Un autre constat du projet fut qu'après l'introduction du projet, la criminalité baissa de 42 %, particulièrement les vols de bétail, qui chutèrent de 43 % et les autres vols d'environ 20 %[9]. Ces conclusions viennent de deux études empiriques conduites par la Basic Income Grant Coalition. L'une d'elles couvre les six premiers mois du projet[13] et la seconde les douze premiers mois[14]. Aucune autre étude ou évaluation de projet n'a été publiée. De plus, il n'y a pas d'accès public aux données du projet, ce qui a été confirmé par les représentants du projet dans la presse namibienne, expliquant qu'ils avaient promis aux résidents des villages que leurs informations personnelles resteraient confidentielles[15].

Un groupe s'est formé pour demander la mise en place d'un revenu de base au niveau national, mais le gouvernement namibien n'a pas repris l'idée[11].

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Programme Mincome.

Le concept a été expérimenté par le Programme Mincome dans les années 1970 à Dauphin au Canada[16]. Les résultats de cette expérience, pendant longtemps non étudiée, ont finalement montré que la désincitation au travail y avait été très faible durant la durée de l'expérience (quatre ans). De plus, d'autres conséquences positives non attendues ont été observées, comme l'augmentation de la durée des études des jeunes, une baisse de la criminalité et des hospitalisations[17].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Projets expérimentaux[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, quatre expérimentations sociales ont eu lieu entre 1968 et 1982. Ces expérimentations visaient à tester les comportements des citoyens vis-à-vis du travail s'ils touchaient un revenu garanti. Les chercheurs observèrent une désincitation plutôt faible au travail[18].

Alaska[modifier | modifier le code]

En 1976, l'Alaska a mis en place l'Alaska Permanent Fund, un fonds souverain dont le capital repose sur les revenus miniers et pétroliers de l'État, et dont les revenus alimentent depuis 1982 un dividende universel versé le 30 juin de chaque année[19],[20]. En 1999 un référendum interdit à l'État d'utiliser « une partie » des revenus du fond (84 % d'opposants). En 2011, chaque résident d'Alaska a reçu 1 174 dollars[21].

Revenu de base des indiens Cherokee[modifier | modifier le code]

Les 16 000 membres de l'Eastern Band of Cherokee Indians (en), basés en Caroline du Nord, reçoivent plusieurs milliers de dollars deux fois par an[22]. Ces paiements sont des dividendes issus des profits du casino Harrah's Cherokee, et sont distribués depuis 1996. Une étude des effets sur les enfants de la communauté a montré un déclin significatif de la pauvreté, des problèmes de comportement, de la criminalité, de l'abus d'alcool et de drogue, des problèmes psychiatriques, et une augmentation du nombre de diplômés. Les effets sont principalement constatés chez ceux qui étaient les plus jeunes quand les paiements ont commencé, et chez ceux que ces paiements ont sorti de la pauvreté[23],[24].

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Brésil[modifier | modifier le code]

Un projet indépendant et privé est actuellement en place au Brésil à Quatinga Velho (en)[25] Le projet commença en 2008, organisé par l'organisation à but non lucratif ReCivitas[26].

Ce projet consiste à donner 30R$ par mois (4,4 % du salaire minimum en 2013 selon le gouvernement fédéral), ce qui n'est pas suffisant pour répondre aux besoins de base. Selon les responsables du projet, ce revenu est juste suffisant pour aider les gens à satisfaire leurs besoins les plus basiques. Les enfants en bénéficient particulièrement. Le projet, avec des ressources financières extrêmement limitées, a entrainé d'important effets sociaux. Il a eux un impact positif sur les besoins de base et la qualité de vie des participants. Les résultats montrent également que le revenu de base a contribué à un développement durable du village[27].

Toujours selon les responsables du projet, ce montant peut sembler faible, mais il a un large impact dans une zone rurale du Brésil. Les coordinateurs du projet ont constaté des améliorations en termes de nutrition, de vêtements, de conditions de vie, de santé (particulièrement pour les enfants), de construction de nouvelles maisons, et d'amélioration des maisons existantes. Dans des interview informelles, les coordinateurs ont noté une amélioration de l'estime de soi et des interactions sociales, une réduction de l'insécurité sociale, et une augmentation des attentes futures, particulièrement chez les enfants, des changements significatifs dans les relations de travail, dans les naissances, les migrations et la dépendance économique. Ils n'ont pas noté d'augmentation de la consommation d'alcool ou de drogues illicites. Même si les coordinateurs du projet examinent les effets du revenu de base, ils ont expliqué que l'objectif du projet n'est pas de l'étudier, car ils sont déjà convaincus que ce modèle a déjà prouvé son efficacité, ils veulent donc avant tout le mettre en pratique[28].

Asie[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

En partenariat avec le Fonds des Nations unies pour l'enfance (UNICEF) et copilotés par le chercheur britannique Guy Standing et l'activiste indienne en:Renana Jhabvala[29], des projets pilotes de revenu de base sont en cours dans vingt villages ruraux de l'Inde et à Delhi[30],[31] depuis janvier 2011 sur une base de 200 roupies par mois par adulte, et 100 roupies par enfant. En septembre 2012, 6460 personnes recevaient ce revenu.

Près d'un an après le début de l'expérimentation, celle-ci a déjà montré des résultats positifs sur la nutrition, la santé, l'éducation (augmentation des performances scolaires de 68 %, temps passé à l'école triplé), les infrastructures et l'activité économique (nombre de nouvelles entreprises doublé)[32].

Singapour[modifier | modifier le code]

En 2011, le parlement de Singapour débat de la mise en place d'un « revenu de base » redistribué à tous les singapouriens adultes.

Japon[modifier | modifier le code]

Macau[modifier | modifier le code]

Corée du Sud[modifier | modifier le code]

Europe[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Le gouvernement de Tony Blair a mis en place, en mai 2003, le Child Trust Fund (en), une mesure proposée par Bruce Ackerman afin de fournir à chaque enfant un « capital de base » à ses 18 ans.

Belgique[modifier | modifier le code]

Bulgarie[modifier | modifier le code]

Tchéquie[modifier | modifier le code]

Finlande[modifier | modifier le code]

L’équipe pluridisciplinaire chargée de définir les paramètres de l’expérimentation d'un revenu de base a remis un rapport préliminaire, le 30 mars 2016, donnant quelques indications sur ce que pourrait être la conclusion de l’étude de mise en place de l'expérimentation d'un revenu de base attendue le 15 novembre 2016[33].

France[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Grèce[modifier | modifier le code]

Hongrie[modifier | modifier le code]

Islande[modifier | modifier le code]

Irlande[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Norvège[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

Suisse[modifier | modifier le code]

Une votation populaire eu lieu en juin 2016 en Suisse, visant l'instauration d'un revenu de base inconditionnel. Le projet ambitieux et futuriste des initiants a toutefois été refusé à 75 % des voix.

Moyen-Orient[modifier | modifier le code]

Koweït[modifier | modifier le code]

Le Koweït démarre en février 2012 une expérience d'allocation universelle inconditionnelle[34] mais limitée dans le temps pour ses 1,155 millions de citoyens de 1 000 dinars/Citoyen (3 580 dollars/Citoyen).

Irak[modifier | modifier le code]

Iran[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Basic Income Grant Coalition in Namibia
  2. (ja) « Namibian Basic Income Grant Coalition », Bignam.org (consulté le 24 juillet 2013)
  3. a et b http://www.bastamag.net/Revenu-garanti-pour-tous-quand-la
  4. (ja) « Assessment report after 6 months of BIG pilot project » [PDF], BIG Coalition Namibia (consulté le 24 juillet 2013)
  5. (ja) « A New Approach to Aid: How a Basic Income Program Saved a Namibian Village », Spiegel,
  6. http://www.courrierinternational.com/article/2010/04/29/les-miracles-du-revenu-minimum-garanti
  7. BIG a big success The Namibian, 4 October 2008
  8. A Basic Income Program in Otjivero
  9. a, b, c et d (ja) « Basic Income Grant Coalition: Pilot Project », BIG Coalition Namibia (consulté le 24 juillet 2013)
  10. Otjivero residents to get bridging allowance as BIG pilot ends
  11. a et b (en) « BIG resources depleted », Namibia Economist,‎ (lire en ligne)
  12. Namibia: BIG Resumes At Otjivero
  13. Haarmann, C., D. Haarmann, H. Jauch, H. Shindondola-Mote, N. Nattrass, M. Samson, G. Standing, Towards a Basic Income Grant for All, Assessment Report, September 2008, Windhoek: BIG Coalition
  14. Haarmann, C., D. Harrmann, H. Jauch, H. Shindondola-Mote, N. Nattrass, I. van Niekerk, M. Samson, Making the Difference! -- Assessment Report, April 2009, Windhoek: BIG Coalition
  15. "The Otjivero residents were promised confidentiality of their personal information.", New Era, 15 July 2011.
  16. Researchers examine 'town without poverty', CBC, 5 décembre 2005
  17. Revenu garanti: quand la réalité devance l'Utopie, Basta!, janvier 2012
  18. http://www.bastamag.net/article2056.html
  19. (en) What is the Alaska's Permanent Fund
  20. The permanent fund dividend
  21. (en) Alaska Department of Revenue Permanent Fund Dividend Division, [PDF] Overview of the 2011 Dividend Calculation
  22. (ja) Caitlin Bowling, « Cherokee banks brace for rush when casino checks go out », Smoky Mountain News, (consulté le 19 janvier 2014)
  23. (ja) Moises Velasquez Manoff, « What Happens When the Poor Receive a Stipend? », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  24. (ja) John Sutter, « The argument for a basic income », CNN iReport,‎ (lire en ligne)
  25. (ja) « Instituto pela Revitalização da Cidadania », ReCivitas (consulté le 24 juillet 2013)
  26. (ja) « INTERNATIONAL: Google Gives $2.5 Million to a Direct Cash Transfer Charity - BIEN »,
  27. http://media.wix.com/ugd/fee282_4144d9d1ff2c13a43865d1a6c1d5bfcb.pdf
  28. (ja) « BRAZIL: Basic Income in Quatinga Velho celebrates 3-years of operation - BIEN »,
  29. http://diestandard.at/1355460457667/Armen-Grundeinkommen-in-der-Testphase
  30. (ja) « Basic Income in India Presentation on BIEN Congress 2012 in Munich Germany », YouTube,
  31. Basic Income News : India Basic Income Pilot Projects
  32. Inde: les projets d'expérimentation de revenu de base montrent des résultats positifs, Basic Income News, septembre 2012
  33. http://revenudebase.info/2016/04/14/experimentation-finlandaise-revenu-de-base-schema-precise/], L’expérimentation finlandaise d’un revenu de base se précise 2012
  34. KUWAIT: A Temporary, Partial basic income for Citizens Only

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]