Liste des abbés de Saint-Maurice-d'Agaune

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La liste des abbés de Saint-Maurice-d'Agaune recense le nom des abbés qui se sont succédé à l'Abbaye territoriale de Saint-Maurice, située à Saint-Maurice dans le canton du Valais en Suisse.

Le monastère a été fondé en 515, à Agaune, par Sigismond ( ), roi des Burgondes. L'abbaye relève directement du pape dès le milieu du VIIe siècle, puis forme un chapitre collégial (830). En 1128, elle forme une communauté de chanoines de Saint-Augustin. Elle devient une abbaye territoriale, en 1993.

La liste des différents dirigeants de l'abbaye s'appuie sur la Lettres sur la vérité du martyre de Saint-Maurice et de sa légion[1], les travaux du chanoine Léon Dupont Lachenal (1900-1990), président de la Société d'histoire du Valais romand, ainsi que les annales de l'abbaye.

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

Saint Théodule (Théodore) et Saint Séverin[modifier | modifier le code]

Premiers abbés[modifier | modifier le code]

Les premiers abbés de Saint-Maurice[dl 1] et prieurs de l'abbaye :

  • 515 —   : Hymnemode (Hymnemodus, Hymnémode), ancien fonctionnaire burgonde, abbé de Grigny[dhs 2]  ;
    • v. 515 — 520 : prior ou decanus Achive ;
    • v.515 — 516 : prior ou decanus, saint Ambroise I[dhs 3] ;
  • 516 —   : Saint Ambroise I[dhs 3] ;
    • 515 — v. 530 : prior ou decanus Probus ;
  • 520 —   : Saint Achive ;
  • 523 — † v. 526 : Saint Tranquillin ;
  • 526 —   : Saint Vénérand ;
  • 539 —   : Saint Paul Ier ;
  • 557 —   : Saint Placide (Placidien) ;
  •   : Saint Eutrope ;
  • 568 —   : Saint Paul II ;
  • 577 —   : Saint Martin Ier ;
  • 580 —   : Saint Ambroise II ;
  • 610 —   : Léonce ;
  • apr. 616 : Saint Jucundin (Jocondin) ;
  • apr. 616 : Secondin (peut-être le même que le précédent) ;
  • avt. 629 : Florentin II (Florence) ;
  • avt. 657 : Siagrius ;
    • Ambroise III.
  • 673/691 : Saint Récoleme (Rocolene) ;
  • ... ? Raggo ou Rugo ;
  • ... ? Aigulphe (Aigolphe) ;
  • ... ? Emembert (Ermenbert) ;
  • 711/715 : Agobert ;
  • 715/721 : Lugulphe (Lodolphe) ;
  • ... ? Airomde (Airoind) ;
  • ... ? Prothais II (Protasius, Protade), évêque de Sion (647/653) ;
  • v. 735 : Norbert (duc, abbé laïc intrus) ;
  • ... ? Laifinius (Laifin) ;
  • Bertholaus (Bertelas) ;
  • v. 753 : Ayrasthe (Airaste) ;
  • v. 760  : Willicarius (Vulchaire)[dl 2],[dhs 4] ;
    • Benoist ;
    • v. 780 : Saint Léonce ;
  • 804 : Saint Altheus (Altée)[dl 2]. Probablement parent de Charlemagne ; l'aurait accompagné à Rome vers 786-788[dhs 5]. ;
  • Adalong (Adalongus)[dl 2] ;
  • 825 — 856 : Heyminus, parfois Aimon Ier[dl 2] ;

Abbés commendataires et laïcs (prévôts)[modifier | modifier le code]

Prise de contrôle laïc de l'abbaye par les Rodolphiens, puis les Humbertiens[dl 3],[dl 4] :

  • 856 —   : abbé laïc Hucbert (Hubert) (duc entre Alpes et Jura), fils de Boson l'Ancien ;
  • 864 : abbé laïc Conrad II de Bourgogne (v. 835-876), vainqueur du précédent ;
  • 869 : abbé laïc Boson (†887), désigné par Charles le Chauve ;
  • 872 —  /912 : abbé laïc Rodolphe Ier (v.859-911), roi de Bourgogne 888 ;
  • 911/912 —    : abbé laïc Rodolphe II (880-937) ;
    • 929/930 : prévôt Herluin ;
  • 937 — 993 : abbé laïc Conrad III (v.925-993), roi d'Arles ou des Deux Bourgognes ;
  • 993 —   : Rodolphe III (v.966-1032), roi des Deux Bourgognes ;
  • 1000 —  /32 : Burchard (I), abbé et prévôt (1000), puis abbé (1001), et archevêque de Lyon (979)[reg 2] ;
    • prévôt Anselme (I) ;
    • 1018 : Pandolphe (mentionné comme étant à la tête de la communauté) ;
  • v. 1032 : abbé laïc comte Humbert[3] ;
    • 1020 —   : prévôt Bourcard (II) dit d'Aoste, Humbertien, fils du comte Humbert, dit neveu de Bourcard (I) et d'Anselme (I), fait évêque d'Aoste, puis archevêque de Lyon après son oncle Bourcard (I) ;
  • 1047 — 1053 : prévôt, puis abbé Aimo/Aimon II, Humbertien, parent des précédents, évêque de Sion vers 1034[dhs 6] ;
    • 1068 : prévôt Bourcard (III), peut-être un Humbertien ;
  • 1068 — v. 1087 : abbé et prévô (1070) Bourcard (III), le même ;
    • 1068 : prévôt Anselme II ;
  • v. 1080 — 1103 : abbé laïc comte Humbert II de Savoie ;
    • 1092/1103 : prévôt laïc Aimon (III) de Briançon, vicomte de Tarentaise, désigné par le comte Humbert II ;
    • 1108 : prévôt Gui ;
  • 1116 (mention)-1143 : abbé laïc comte Amédée III de Savoie. Le , acte de renonciation formelle et définitive à la possession de l'abbaye ;
    • av. 1128 — 1143 : prévôt Reynald ou Raynaud de Savoie, frère du précédent ;

Réforme de l'abbaye[modifier | modifier le code]

À partir de 1128, Hugues Ier, évêque de Grenoble, réforme l'abbaye en introduisant la règle de saint Augustin[dl 5]. Vers la fin du XIIIe siècle et au début du siècle suivant, l'abbaye prend le régime d'une Collégiale[dl 6]. Il faut attendre la deuxième moitié du XVIIe siècle pour un retour à la Règle[dl 7].

Abbés de Saint-Maurice et évêques de Bethléem[modifier | modifier le code]

À partir de 1840, le diocèse de Bethléem est in partibus infidelium (Liste des évêques de Bethléem) et il est régulièrement attribué aux abbés de Saint-Maurice[dl 8] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Régeste genevois (1866)
  1. REG 0/0/1/135, acte, p. 39-40 (lire en ligne).
  2. REG 0/0/1/166-167-169-170, divers actes, p. 47-48 (lire en ligne).
Dictionnaire historique de la Suisse
  1. Eric Chevalley, « Théodule » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. Justin Favrod, « Hymnemodus » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  3. a et b Eric Chevalley, « Ambroise » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  4. Ansgar Wildermann, « Willicaire (740 - 762) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  5. Gilbert Coutaz, « Altheus (saint) » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  6. Gilbert Coutaz, « Aimo » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
Article de Dupont Lachenal (1932, 1940, 1944)
  1. a b et c Dupont Lachenal, 1944, p. 84.
  2. a b c et d Dupont Lachenal, 1944, p. 85, « Abbés de Saint-Maurice et évêques de Sion ».
  3. Dupont Lachenal, 1932, p. 240.
  4. Dupont Lachenal, 1944, p. pp. 85-86, « Mainmise des Rodolphiens et des Savoie. Les Prévôts ».
  5. Dupont Lachenal, 1944, p. p. 86, « Réforme de l'abbaye ».
  6. Dupont Lachenal, 1944, p. p. 87, « Collégiale ».
  7. Dupont Lachenal, 1944, p. p. 88, « Retour à la Régularité ».
  8. Dupont Lachenal, 1944, p. p. 88, « Abbés de Saint-Maurice et Evêques de Bethléem ».
Autres références
  1. Abbé L.-R. Mossion, Lettres sur la vérité du Martyre de Saint Maurice et de sa Légion, écrites des lieux mêmes témoins de ce Martyre, à un Jeune Angevin, Imp. Launay-Gagnot, 1839, 312 pages [lire en ligne].
  2. Catherine Santschi, « Les premiers évêques du Valais et leur siège épiscopal », Vallesia, no t. XXXVI,‎ , p. 1-26 (lire en ligne [PDF]).
  3. Bernard Demotz, Le comté de Savoie du XIe au XVe siècle : Pouvoir, château et État au Moyen Âge, Genève, Slatkine, , 496 p. (ISBN 2-05101-676-3), p. 19.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]