Élections municipales du 26 mars 1871 à Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Commune de Paris de 1871 a pris place le à la suite des élections organisées dans la ville par le Comité central de la Garde nationale. Présente dans les rêves du mouvement social depuis la Commune de Paris de 1792 dont elle s'inspire, la Commune a vu s'installer une assemblée où se trouvaient représentées toutes les tendances républicaines de l'époque, les plus modérés laissant rapidement l'assemblée aux plus radicaux qui se référent au jacobinisme, au blanquisme, au socialisme et à l'anarchisme. Les élus siègeront au Conseil de la Commune.

Contexte[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Soulèvement du 18 mars 1871.

Après la journée du 18 mars et le retrait sur Versailles des autorités légales, c'est le Comité central de la Garde nationale qui détient le pouvoir de fait dans la capitale. Surpris de cette facile victoire et peu enclin à assumer les responsabilités politiques de la situation[1], le Comité central décide rapidement d'organiser de nouvelles élections municipales qu'il fixe au 22 mars.

Cette date doit être reportée d'abord au 23 puis au 26 mars en raison de deux évènements :

  • d'une part, les efforts de conciliation entrepris par les maires d'arrondissement et les élus parisiens (dont Clemenceau, Millière, Tolain, Cournet, Lockroy, Malon) essayant d'éviter l'affrontement entre l'Assemblée nationale et la garde nationale.
  • d'autre part, les manifestations les 21 et 22 mars du parti de l'ordre et de l'occupation de certaines mairies d'arrondissement par des bataillons bourgeois de la garde nationale.

Élections[modifier | modifier le code]

L'attitude ferme de Thiers et de l'Assemblée nationale fait échec aux tentatives de négociation. Les maires d'arrondissement et les députés de la Seine acceptent alors de cosigner avec le Comité central le texte appelant les électeurs parisiens à se rendre aux urnes.

92 postes de conseillers sont à pourvoir au scrutin de liste par arrondissement. Chaque arrondissement dispose d'un conseiller par tranche de 20 000 habitants et par fraction de plus de 10 000, ce qui donne la répartition suivante :

  • 2 pour le XVIe
  • 3 pour les XIVe et XVe
  • 4 pour les Ier, IIe, VIIe, VIIIe, XIIe, XIIIe et XXe
  • 5 pour les IIIe, IVe, Ve, VIe, IXe et XVIIe
  • 6 pour le Xe
  • 7 pour les XIe, XVIIIe et XIXe

La campagne est brève. Trois courants se partagent l'opinion[2]. Les partisans du gouvernement préconisent l'abstention. Les conciliateurs s'appuient sur les candidatures modérées des maires en place ou de leurs adjoints. Le parti de la Commune regroupe le Comité central de la Garde nationale, le Comité central républicain des Vingt arrondissements et les Internationalistes. Les témoignages concordent pour affirmer que les opérations se déroulent presque partout dans le calme et sans contrainte[3].

Les résultats[modifier | modifier le code]

Paris compte alors 484 569 électeurs inscrits. Le nombre de participants est de 229 167[4]. Le taux d'abstention est de 52 %, mais assez comparable à celui des précédentes élections municipales qui ont eu lieu les 5 et 7 novembre 1870. Ce taux est donc satisfaisant compte tenu des consignes d'abstention données par les versaillais, et de la fuite d'un certain nombre de Parisiens qui ont quitté la capitale depuis la levée du blocus par les Prussiens, estimée entre 60 et 80 000. La participation est nettement plus forte dans l’Est et le Nord parisiens que dans les quartiers bourgeois de l’Ouest.

L'élection de six candidats en position d'être élus, mais n'ayant pas franchi la barre des 12,5 % des inscrits, est cependant validée. Il s'agit de Brunel, Langevin, Rigault, Vaillant, Arnould et Allix. Six sièges restent vacants en raison des élections multiples bénéficiant à un même candidat, auxquels s'ajoute le siège dévolu à Blanqui toujours en prison.

La majorité révolutionnaire comporte au moins 60 conseillers (dont 15 élus appartenant au Comité central de la garde nationale). La minorité modérée est représentée par 15 membres du parti des maires et 4 radicaux[5]. Il faut souligner également la présence d'une quinzaine de membres de l'Internationale[6]. Clemenceau est largement battu dans le XVIIIe arrondissement n'obtenant que 752 voix sur 17 443 votants.

Le Conseil de la Commune sera rapidement réduit à 62 membres après la démission collective du parti des maires, suivi de celle des radicaux, et par la mort de Flourens et Duval exécutés par les versaillais après les premiers combats d'avril.

Le 28 mars, au cours d'une grande manifestation populaire Place de l'Hôtel-de-Ville, le Comité central de la garde nationale remet aux nouveaux élus les pouvoirs qu'il détenait de fait depuis dix jours. Toutefois la garde nationale continuera à exercer un pouvoir parallèle, notamment dans le domaine des opérations militaires[7].

Élections complémentaires[modifier | modifier le code]

Prévues d'abord le 5 avril, les élections complémentaires, destinées à pourvoir les sièges vacants ou désertés, sont organisées le . Un siège supplémentaire a été décerné au XXe arrondissement dont l'effectif de la population a été entre temps révisée. 32 conseillers sont à élire. En fait les candidats sont peu nombreux et le taux d'abstention dépasse les 80 %. Dans ces conditions, seuls 14 sièges seront pourvus portant le nombre de conseillers à 79 (sur un total de siège de 93)[8].

Le mois suivant, la Commune tombera lors de la Semaine sanglante.

Élus de la Commune[modifier | modifier le code]

Abréviations utilisées[modifier | modifier le code]

Élu Profession Particularité Appartenance
politique
Fraction Dates Âge
Jules Allix professeur libre VIIIe ardt ; ori : Vendée     1818-1897 53
Charles Amouroux ouvrier chapelier IVeardt, I CC; 1843-1885 28
Jules Andrieu employé préfecture 16/04; Ier ardt I CE (2), m 1838-1884 46
Armand Antoine Jules Arnaud employé AfR; IIIe ardt I, J CC, CSP (1-2) 1831-1885 40
Georges Arnold architecte 16/04; XVIIIe ardt   CC 1837-1912 34
Arthur Arnould journaliste écrivain; IVe et VIIe ardts I m 1833-1895 38
Adolphe Assi ouvrier mécanicien XIe ardt; colonel de la Garde nationale I CC, m 1841-1886 30
Augustin Avrial ouvrier mécanicien Commandant du 66e bataillon de la Garde nationale ; XIe ardt I m CE, 1840-1904 31
Jules-Nicolas-André Babick parfumeur Xe ardt I m 1820-1902 51
Jules-Henri-Marius Bergeret ouvrier typographe XXe ardt ; commandant de la XVIIIe légion de la Garde nationale ; I, J CC, CE (1) 1830-1905 41
Charles Beslay ingénieur VIe ardt ; I m 1795-1878 75
Alfred-Édouard Billioray artiste peintre XIVe ardt ;   CC, CSP (2) 1841-1876 30
Stanislas Xavier Pourille dit Blanchet brocanteur Ve ardt J CC 1833-? 38
Paul Antoine Brunel officier VIIe ardt ;   J 1830-1904 41
Louis-Denis Chalain tourneur XVIIe ardt I m 1845-1885? 26
Henry Louis Champy coutelier Xe ardt J   1846-1902; 25
Jean-Baptiste Chardon ouvrier chaudronnier XIIIe ardt B   1839-1900 32
Adolphe Clémence ouvrier relieur IVe ardt I m 1838-1889 33
Émile Léopold Clément ouvrier cordonnier XVIIe ardt I (?)   1826-1881 45
Jean Baptiste Clément chansonnier 129°bat; XVIIIe ardt I (?), J   1839-1903 35
Victor Clément ouvrier teinturier XVe ardt I (?) m 1824-? 47
Gustave Paul Cluseret officier 16/04; Ier et XVIIIe ardt I CE (2), m 1823-1900 48
Gustave Courbet artiste peintre 16/04; VIe ardt   m 1819-1877 52
Frédéric Cournet employé XIXe ardt   J 1837-1885 32
Charles Delescluze journaliste XIe et XIXe ardts J CSP (2) 1808-1871 62
Antoine Demay ouvrier sculpteur IIIe ardt I, J   1822-1884 49
Louis-Simon Dereure ouvrier cordonnier XVIIIe ardt I   1838-1900 33
Baptiste Descamps mouleur XIVe ardt J   1836-? 35
Clovis Dupont ouvrier vannier IIIe ardt I (?), J CC 1830-1902 41
Jean-Martial-Anthime Dupont employé XVIIe ardt, (16/04) J   1841-~1890 29
Jacques Louis Durand ouvrier cordonnier IIe ardt (16/04) I, J   1817-1871 54
Émile-Victor Duval ouvrier fondeur XIIIe ardt I, B CC, CE (1) 1841-1871 31
Émile Eudes employé XIe ardt B CC, CE (1), CSP (2) 1843-1888 28
Théophile Ferré comptable XVIIIeardt B   1846-1871 26
Gustave Flourens enseignant XXe ardt J   1838-1871 33
Léo Fränkel ouvrier bijoutier hongrois; XIIIe ardt I CC, m 1844-1896 27
Charles Ferdinand Gambon ex-juge Xe ardt J CSP (2) 1820-1887 51
Charles Gérardin courtier XVII°ardt J CSP (1) 1843-1921 28
Eugène Gérardin ouvrier peintre IVe ardt I m 1827-? 44
Jean-Baptiste-Hubert Geresme ouvrier chaisier XIe ardt   CC 1826-1890 45
Edmond-Alfred Goupy médecin VIe ardt, démissionne le 7 avril     1838- après 1916 33
Paschal Grousset journaliste XVIIIe ardt J CE (2) 1844-1909 27
Fortuné Henry
poète, journaliste, maroquinier Xe ardt I, J AfR, CC 1821-1882 49
Jules-Paul Johannard placier 16/04 I, J   1843-1892 28
François Jourde comptable Ve ardt   CC, m 1846-1893 28
Camille Langevin ouvrier tourneur XVe ardt I m 1843-1913 28
Charles Ledroit photographe Ve ardt J (?)   1818-? 53
Gustave Lefrançais ex-instituteur IVe ardt I CE (1), m 1826-1901 45
Alphonse Lonclas ouvrier sculpteur XIIeardt; 16/04 J   1836-? 30
Charles Longuet journaliste XVIe ardt ;16/04 I m 1841-1903 32
Benoît Malon ouvrier teinturier XVII°ardt I m 1841-1893 30
Jules Martelet ouvrier peintre XIVe ardt I, J (?) AfR 1843-1916 28
Léo Melliet clerc d'avoué XIIIe ardt   CSP (1) 1843-1909 30
Jules Miot pharmacien XIXeardt I, J   1809-1883 61
Henri Mortier découpeur sur bois XIe ardt B CC 1843-1894 26
François-Charles Ostyn ouvrier tourneur IXe ardt I (?) CC, m 1823-1912 48
Émile Oudet ouvrier peintre sur porcelaine XIXe ardt J   1826-1909 45
Ulysse Parent Dessinateur en objets d'art IXe ardt; démissionne le 05/04     1828-1880 43
François-Louis Parisel médecin VIIe ardt J   1841-1878 30
Philippe (Jean Fenouillas dit) commerçant en vin XIIe ardt; 16/04 J   1830-1873 42
Jean-Jacques Pillot ancien prêtre, médecin Ier ardt;16/04 B, I   1808-1877 63
Jean-Louis Pindy ouvrier menuisier IIIe ardt I CC, m 1840-1917 31
Eugène Pottier dessinateur sur étoffe IIeardt; 16/04 I, J CC 1816-1887 55
Eugène Protot avocat XIe ardt B CE (2) 1839-1921 33
Ernest Puget peintre en porcelaines puis comptable XIXe ardt J   1836-? 45
Félix Pyat journaliste Xe ardt J CE (1), CSP (1) 1810-1889 61
Arthur Ranc journaliste IXe ardt; démissionne le 6/04     1831-1908 40
Gabriel Ranvier ouvrier peintre XXe ardt B CC, CSP (1-2) 1828-1879 43
Paul Philémon Rastoul médecin Xeardt J m 1835-1875 36
Dominique Régère vétérinaire Veardt J   1816-1893 55
Raoul Rigault journaliste VIIe ardt B CE (2) 1846-1871 25
Jean-François-Eugène Robinet médecin VIII°ardt, démissionne        
Louis-Augustin Rogeard enseignant privé VIe ardt; 16/04; ne siège pas     1820-1896 51
Auguste Serraillier ouvrier cordonnier IIe ardt;16/04 I m 1840-? 31
Auguste Sicard marchand en crinolines VIIeardt;16/04; AfR J   1839-après 1911 42
Albert Theisz ouvrier ciseleur XIIe et XVIIe ardts I m 1839-1881 32
Gustave Tridon journaliste AfR; Ve ardt B CE (1), m 1841-1871 30
Alexis Louis Trinquet ouvrier cordonnier XXe ardt; 16/04 I (?), B   1835-1882 36
Raoul Urbain instituteur VIIeardt J   1837-1902 35
Édouard Vaillant enseignant AfR; VIIIeardt I CE (1-2), m 1840-1915 31
Jules Vallès journaliste AfR; XVeardt   m 1832-1885 39
Eugène Varlin ouvrier relieur VIe, XIIe, XVII e ardts I CC, m 1839-1871 32
Augustin Verdure comptable XIe ardt I   1825-1873 46
Auguste-Jean-Marie Vermorel journaliste XVIIIeardt   m 1841-1871 30
Pierre Vésinier journaliste Ierardt; 16/04; légion garibaldienne I, J   1826-1902 48
Auguste Viard employé XXeardt; 16/04 J CC, CE (2) 1836-1892 35

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Milza, L'année terrible : la guerre franco-française. La Commune, Perrin 2009, p. 78
  2. William Serman, La Commune de Paris, Fayard 1986, p. 254
  3. Georges Soria, Grande histoire de la Commune, Robert Laffont (Édition du centenaire du club Diderot), T.II p. 144
  4. Les chiffres les plus précis sont ceux de Serman (op.cit. p. 258) et de Soria (op.cit. T.II p. 149) ; Michel Winock, donne 229 000 votants pour 485 000 inscrits (Clemenceau, Perrin, 2007, p. 29), alors que Milza arrondit à 233 000 le nombre de votants (op.cit. p. 111)
  5. Serman op. cit. p. 259
  6. Milza op.cit. p. 112
  7. Soria op. cit. p. 167
  8. Serman op. cit. p. 276

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]