Liste des étoiles ayant un nom d'origine arabe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’astronomie
Cet article est une ébauche concernant l’astronomie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres listes d'étoiles, voir Liste de listes d'étoiles.

Un grand nombre d'étoiles tirent leur nom de l'arabe, visibles à l'œil nu elles sont près de 200. Dans sa traduction de l'Almageste de Ptolémée, l'astronome Al-Soufi en a consigné la plupart dans son Livre des étoiles fixes (en). D'autres informations peuvent être récoltées parmi les zijes.

A[modifier | modifier le code]

  • Acamar : آخر النهر (ʼĀkhir ān-nahr) signifiant « l'embouchure de la rivière ».
  • Achernar : آخر النهر (Akhir al Nahr) parfois orthographié Akhenar, voulant dire « fin de la rivière  ».
  • Achird : de 'áchir signifiant « dernier, extrémité ».
  • Acrab : ‏‫العقرب‬ (al-ʿaqrab) signifiant « le scorpion » (c'est une étoile du Cancer).
  • Acubens : الزبانى (Az-Zubana) signifiant « la pince ».
  • Adhafera : الضفيرة (Ad-Dafirah) signifiant « la boucle ».
  • Ain : عين ('Ain) signifiant « œil ».
  • Albali : البالع (albāli‘) signifiant « l'avaleur ».
  • Albireo : ce nom apparait en Europe à l'époque de la Renaissance à la suite d'une longue succession d'erreurs, et de mauvaises interprétations, ayant pour origine le nom grec de la constellation, translittéré en arabe, puis réinterprété de façon erronée en latin.
  • Alchiba : ‏الخباء (Al-Khiba') signifiant « la tente ».
  • Aldébaran : 'الدبران' (Al Dabarān) Le suiveur (des Pléiades)
  • Alnilam : النظام (An-Niżām) de نظم (nażm) qui signifie « rang de perles ».
  • Alnitak : an-nitaq, « la ceinture »
  • Altaïr : النسر الطائر (al-nasr al-taʾir) qui signifie « l'aigle en vol ». Le nom arabe apparait avant les traductions des ouvrages grecs. L'origine est probablement sumérienne ou babylonienne, pour ces peuples Altaïr était « l'étoile de l'aigle ».
  • Ancha: أنقاء (anqa) qui signifie «hanche »[1],[2]. Elle est connue également sous un autre nom: Skat, tiré de l'arabe الساق (as-saq) qui signifie «jambe». cette étoile fait partie de la constellation du Verseau. Comme d'autres étoiles arabes (Ain, Deneb, Alnitak, Mintaka, Mirach, Rigel), Ancha tire son nom du vieux jargon anatomique arabe.

B[modifier | modifier le code]

  • Bételgeuse : de يد الجوزا, yad al-jawzāʾ, « main de al-jawzāʾ », transcrit avec une erreur de lecture de diacritique au Moyen Âge en Bedalgeuze, puis à la Renaissance en Bételgeuse. Le terme arabe est ancien et date d'avant la traduction des ouvrages grecs par les astronomes musulmans.

D[modifier | modifier le code]

  • Deneb : Le nom Deneb pour désigner l'étoile α Cygni provient de l'arabe ذنب الدجاجة Dhanab ad-Dajājah, la « queue de la Poule » (la Poule est devenue notre constellation du « cygne »), c'est une traduction de la dénomination de Ptolémée.
  • Denebokab : ذنب العقاب, (ḏanab al-ʿuqāb), aussi orthographié Deneb Okab, « la queue de l'Aigle ».

M[modifier | modifier le code]

  • Mintaka : المنطقة "baudrier" ou "ceinture"
  • Mekbuda : مقبوضة « la patte pliée du lion »
  • Mirach: إزار et مئزر [izar, miîzar] « ceinture », par corruption ayant donné diverses translittérations dont Mirach[3].

R[modifier | modifier le code]

  • Rigel : abréviation de l'arabe ancien (datant d'avant l'influence grecque) rijl al-jawzāʾ, « le pied d'al-jawzāʾ », le nom apparaît en Europe dès la fin du Xe siècle.
  • Rigel Kentaurus ou Alpha Centauri : introduit en Occident à une époque récente à partir d'un nom utilisé par les astronomes musulmans (traduit de Ptolémée) رجل القنطور signifiant le pied du Centaure.

S[modifier | modifier le code]

  • Saïph : سيف الجبار saïf al jabbar, l'épée du géant.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Ancha », sur Academic dictionaries and encyclopedias (consulté le 7 mars 2016)
  2. « LES 88 CONSTELLATIONS », sur scribe.seiya.free.fr (consulté le 7 mars 2016)
  3. Charles François Dupuis, Origine de tous les cultes, ou, Religion universelle, tome 9, Paris, (lire en ligne), p.281

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Rolande Laffitte, Héritages arabes, Des noms arabes pour les étoiles, Geuthner, « Les Cahiers de l’Orient », Paris, 2001

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]