Liste de rois vandales

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Cet article est une liste de rois vandales, mais également des Alains (puisque titrés Rex Wandalorum Et Alanorum par les annalistes byzantins), notamment lors de leur règne en Afrique.

Liste des rois[modifier | modifier le code]

  1.  ???-406 : Godégisel (Godageisal)
  2. 407-427 : Gondéric
  3. 428-477 : Genséric (Geiseric)
  4. 477-484 : Hunéric
  5. 484-496 : Gunthamund
  6. 496-523 : Thrasamund
  7. 523-530 : Hildéric
  8. 530-534 : Gélimer (Geilimer)

Généalogie des rois hasdings[modifier | modifier le code]

 
 
 
 
 
 
 
 
Wisimar
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Godégisel
† 406
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Valentinien III
 
Gondéric
† 428
 
 
Genséric
v.389-477
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Eudocie
 
Hunéric
† 484
 
 
 
Théudric
† v.480
 
 
 
Gento
† av.487
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hildéric
456/463-533
 
 
 
 
 
 
Godageis
† av.484
 
Gunthamund
† 496
 
Thrasamund
† 523
 
Amalafrida[1]
 
Geilarith
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Gélimer
† 553
 
Tatta
† 533
 
Ammata
† 536
 

Avertissement concernant les noms propres du haut Moyen Âge


De nombreuses graphies existent pour les noms propres germaniques de cette période : celles-ci sont dues soit aux scribes, soit à l'évolution de la langue durant la période qui s'étend du Ve siècle au VIIIe siècle, soit aux historiographies française et allemande du XIXe siècle.

Si la graphie la plus proche du nom original est préférable, lorsqu'une graphie moderne est d'usage courant – en particulier dans le cas de personnages célèbres – cette dernière est ici privilégiée pour des raisons de cohérence des liens.

Dans ce cas, la forme la plus courante dans l'historiographie française est utilisée en priorité : la forme germanique ou latine est citée entre parenthèses et en italique. Exemple : Clovis (Chlodowech).

Notes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]