Liste de résistants alsaciens

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cet article contient une liste, non exhaustive, des résistants Alsaciens qui se sont opposés à la nazification et à l'annexion de fait de l'Alsace pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le contexte[modifier | modifier le code]

Annexion[modifier | modifier le code]

Les Nazis veulent former le Grossdeutschland, à savoir regrouper tous les territoires de langue allemande ou considérés comme tels, donc les Sudètes, l'Autriche, le Luxembourg, la Prusse-Occidentale et bien sûr l'Alsace-Moselle.

La convention d'armistice du 22 juin 1940 ne fait aucune allusion à l'Alsace et la Moselle qui restent donc juridiquement territoires français. L'annexion de l'Alsace, au territoire allemand, se fait de facto et non de jure, donc au mépris du droit international le par un décret de Hitler dont la publication fut interdite[1]. Elle devient le CdZ-Gebiet Elsass, et associée au Gau de Bade, forme le Gau Baden-Elsaß, c’est-à-dire « Gau (pays) de Bade-Alsace », également appelé Gau Oberrhein « Gau du Rhin-Supérieur ». La frontière de 1870 entre la France et l'Allemagne est rétablie.

L'Allemagne nazie fait une distinction entre l'Alsace et le reste de la France. L'Alsace est donc le seul territoire français à avoir accueilli un camp de concentration nazi, celui de Natzweiler-Struthof et un camp de sureté, celui de Vorbruck-Schirmeck.

L'Allemagne entreprend la germanisation et la nazification de l'Alsace. La législation allemande est progressivement introduite. En 1940, 30 000 personnes, majoritairement francophiles, sont expulsées[2]. L'usage de la langue française est interdit, les prénoms, toponymes et patronymes d'origine romane systématiquement germanisés[3]. Tout ce qui rappelle la France est détruit (600 monuments, 300 plaques commémoratives)[2]. Les associations sont dissoutes et remplacées par des organismes ou formations du parti nazi auquel les alsaciens sont poussé à adhérer. Les postes les plus important sont tenus par les Allemands.

À partir du 25 août 1942, les jeunes Alsaciens sont incorporés de force dans la Wehrmacht, devenant ainsi des Malgré-nous ou Malgrè-elles[3]. Le refus de l'incorporation entraine la déportation ou l'internement de la famille dans le cadre de la Sippenhaft « responsabilité du clan » ou « de la parenté ».

Ces mesures engendrent une résistance massive de la population à la germanisation et à la nazification.

Une résistance spécifique[modifier | modifier le code]

La résistance en Alsace est particulière car il s'agit d'une résistance à l'occupant en territoire annexé. Toute action ou attitude hostile à la germanisation ou portant atteinte au prestige ou à l'effort de guerre allemand est considérée comme un acte de trahison. Pour les Allemands, un résistant alsacien n'est pas un adversaire mais un traître. Il est jugé par le Volksgerichtshof « le tribunal du peuple » ou le Reichskriegsgericht « cour martiale du Reich ». Le Chef de l'Administration Civile (Gauleiter) et représentant du Reich, Robert Wagner, défini ainsi la résistance alsacienne :

« Si un Alsacien vient et me déclare : je ne suis pas allemand, mais français, c'est-à-dire que je me considère comme Français ; je ne puis que lui dire : Tu n’es pas un Français, tu es un traître allemand. Tu es un traître à ton nom, à ta langue, à ta nationalité, à ton sang, bref à ta propre nature, à ta destinée (…). Aussi devras-tu comprendre qu’on se débarrasse rapidement de toi, comme aujourd’hui dans le monde entier on se débarrasse rapidement de tous les traîtres »

— Gauleiter Robert Wagner dans son discours du 28 mars 1943 à Strasbourg

Avec la nouvelle frontière, les relations avec les services de renseignements de Vichy, de la France libre ou des alliés sont difficiles. Les informations et les renseignements passent principalement par la Suisse, mais aussi par la Franche-Comté, Paris et Saint-Dié-des-Vosges.

L'Alsace étant intégrées au Troisième Reich, les alsaciens se déplacent librement en Allemagne où ils recueillent des renseignements de tout premier ordre et participent aux évasions tel celle du général Giraud mais aussi à celles de nombreux prisonniers de guerre et réfractaires alsaciens.

A[modifier | modifier le code]

  • Charles Émile Altorffer (résistant de l'intérieur), né à Wœrth le 30 janvier 1881 et mort à Strasbourg le 6 août 1960 (à 79 ans), est un pasteur, fonctionnaire et homme politique alsacien. En 1939, il est directeur des services des réfugiés d'Alsace-Lorraine à Périgueux et entre dans la Résistance où il est très actif. Il reprend la direction des œuvres sociales juives après leur fermeture par la Gestapo et répartit l'argent clandestinement transporté depuis Lyon[4]. Fin 1940, Charles Altorffer devient délégué du gouvernement français auprès de la commission d'armistice . Pierre Laval le charge de traiter avec les Allemands le rapatriement de tout le patrimoine alsacien évacué en France de l'intérieur. Il trouve tous les prétextes pour freiner cette mission. En février 1944, le rabbin Victor Marx décède. Charles Altorffer s'assure que la communauté juive puisse réaliser ses obsèques sans intervention des Allemands[2].

B[modifier | modifier le code]

  • Émile Baas, né à Guebwiller le 3 mars 1906, est un enseignant de philosophie et essayiste français. Il refuse de prêter le serment de fidélité au Führer exigé dans la fonction publique en Alsace germanisée et nazifiée. Il est muté à Rodez où il est très actifs auprès des réfugiés d'Alsace Moselle. Dans le cadre des«  paroisses universitaires », il crée et anime les « Carrefours des Tilleuls » où les jeunes alsaciens-mosellans apprennent la situation de leur région, ce qu'est l'idéologie le nazisme et pourquoi il faut la combattre. De nombreux membres du Groupe mobiles d'Alsace Sud (GMA Sud) puis de la Brigade indépendante Alsace Lorraine (BIAL) y participeront comme Antoine Ancel-Diener, Adelphe Peltre ou Bernard Metz l'organisateur du GMA Sud et le la BIAL. Après la guerre, Bernard Metz, dans son rapport d'activité de résistant, fait référence au rôle d'Emile Baas dans la formation intellectuel et la motivation des résistants alsaciens-mosellans.
  • Marie Christophe Robert Borocco (résistant déporté), né à Colmar le et mort le (à 61 ans) dans la même ville, est un diplomate et résistant français. Dès février 1941 il rejoint le réseau Uranus-Klébert dont il est le chef du secteur de Colmar. Le 15 décembre 1942 à Colmar, il est arrêté lors de la destruction de son réseau et condamné à mort mais il obtient un sursis d'exécution. Il est affecté en juillet 1944 dans un Himmelfahrtskommando « Kommando pour l'ascension au ciel » assurant le déminage des bombes alliées non explosées. Il est envoyé à Cologne, Kassel, Straubing. Le 29 juillet 1944 il échappe de justesse à la mort en dégageant une bombe. Il est libéré, le 1er mai 1945, par l'armée américaine. Il est le frère de Joseph Nicolas Edmond Borocco.

C[modifier | modifier le code]

D[modifier | modifier le code]

E[modifier | modifier le code]

  • Jean Eschbach (résistant de l'intérieur), alias « capitaine Rivière », est né le 29 mars 1895 à Guebwiller, est un industriel de Poligny où il dirige une tannerie. Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, il n'est pas mobilisable mais il s'engage comme volontaire dans l'armée française. Après la défaite, il revient à Poligny. Il adhère à la Septième colonne d'Alsace (réseau Martial) dont il assure la communication entre son état-major à Lyon et l'Alsace. Il centralise les renseignements et recueille les évadés en provenance de cette région. Quand Marcel Kibler prend la tête de la Septième colonne d'Alsace, son ossature va servir de structure pour mettre sur pied les Forces française de l'intérieur d'Alsace (FFIA). Jean Eschbach est nommé chef d'état major des FFIA. En avril 1944, avec Marcel Kibler ils organisent le Groupe Mobile Alsace (GMA) Vosges. Du 17 au 22 juin, dans un chalet à Grendelbruch, lors d'une réunion clandestine, ils mettent en place l'organisation définitive des FFIA et définissent leurs actions à la libération. Après la neutralisation du GMA Vosges, Jean Eschbach rallie l'armée française du général de Lattre de Tassigny pour organiser l'action des FFIA pendant les combats de la libération de l'Alsace. En novembre 1944, il est nommé responsable de l'ancien Camp de sureté de Vorbruck-Schirmeck. A la demande de Marcel Kibler, en janvier 1945, il prend le commandement de plusieurs sections de FFIA pour freiner l'offensive allemande sur Strasbourg[Note 1] et laisser le temps d'intervenir aux unités de l'armée française[2].

F[modifier | modifier le code]

  • Robert Oscar Léon Falbisaner (résistant de l'intérieur) , né le 16 août 1889 à Strasbourg et décédé dans cette même ville le 26 février 1957 (à 67 ans), est un agent général d'assurance. Il crée un groupe de résistants sous couvert de son club canin « l'Aireda l-Club » de Strasbourg . Puis il l'intègre à l'organisation clandestine du docteur vétérinaire Charles Bareiss dont il devient l'adjoint. Lors du démantèlement de l'organisation clandestine du docteur Bareiss, il réussit à fuir avec son épouse et s'évade d'Alsace.

G[modifier | modifier le code]

H[modifier | modifier le code]

I[modifier | modifier le code]

J[modifier | modifier le code]

K[modifier | modifier le code]

L[modifier | modifier le code]

M[modifier | modifier le code]

  • Charles Mangold (interné résistant), né le 21 août 1891 à Ostwald (Basse-Alsace annexée) est fonctionnaire. En septembre 1939, Il est évacué avec son service à Périgueux en Dordogne. En 1941, il est l'un des fondateurs du Groupement d'entraide des réfugiés d'Alsace et de Lorraine (GERAL). Il rejoint, avec son fil Jean-Paul Seret-Mangold, la résistance au sein du groupe « Roland », dépendant de l'Armée secrète (AS). Il prend le nom de code « Vernois ». De janvier à juillet 1943 il est chef de l'AS pour Périgueux puis de juillet 1943 à août 1944 il devient chef de l'AS de Dordogne-centre. Il est l'inspirateur et le principal responsable du « corps franc Roland », bras armé du groupe du même nom. Le 7 août 1944, une semaine avant le départ des Allemands de Périgueux, il est arrêté sur dénonciation. Il est torturé et tente de se suicider pour être certain de ne pas parler. Il est fusillé le 12 août 1944 (à 52 ans) à Périgueux (Dordogne). Son corps est récupéré dans une fosse commune par sa famille, le 19 août 1944 après le départ des Allemands.


N[modifier | modifier le code]

O[modifier | modifier le code]

P[modifier | modifier le code]

  • Guy Perny (résistant déporté), né à Sarreguemines , est un étudiant à l'école d'ingénieur de Strasbourg[2]. Ses parents sont étalblis à Wasselonne où il tiennent le restaurant « Au Cygne d'Or ». En février 1940, il rejoint son école évacuée en Dordogne pour y apprendre qu'elle n'ouvrirait pas. Il trouve un travail à Bordeaux où il entend l'appel du 18 juin du général de Gaulle. Il tente plusieurs fois, sans résultats, de franchir clandestinement la frontière espagnole pour rejoindre Londres. De guerre lasse, il tente de s'engager dans la marine nationale à Toulon mais il est trop jeune. Il est rapatrié d'office en Alsace annexée. A son retour à Wasselonne, il constate que sa mère utilise son restaurant comme relai à une filière d'évasion de prisonniers de guerre (PG). Il décide de créer un groupe de résistance qu'il nomme dans un premier temps « Jeunesse impérialiste française ». L'épithète impérialiste se rapporte à l'empire colonial français. Plus tard il le renomme « Jeunesse Française »[7]. Le groupe compte dans ses rangs, Jacques Ruff, qui via son père Camille Ruff, lui permet d'avoir des contacts avec l'organisation du docteur Bareiss. Par Henri Monpeurt il a des contacts avec les résistants implantés dans les services de l'électricité de Strasbourg. Le 14 mars 1941, sa mère est arrêtée et son restaurant est fermé. Il tente, en vain, de s'évader d'Alsace et continue son activité de résistant. Il est arrêté le 21 avril 1942 pour « fondation d'une organisation de jeunesse anti-allemande »[7]. Il est libéré le 25 avril puis incorporé de force le 11 janvier 1943 dans la Wehrmacht et envoyé sur le front de l'Est. Il est rapatrié le [2].
  • Pierre Peter (résistant de l'intérieur), né le 27 juillet 1921 à Riespach est secrétaire de mairie de son village natal et le fils du maire en poste pendant la guerre. Dans la nuit du 10 au 11 février 1943, il s'évade d'Alsace en guidant une colonne de 183 jeunes hommes fuyants l'incorporation de force dans l'armée allemande. Ce groupe, connu par la suite sous le nom de Espenkolonne du nom de la croix de l’Espen d’où ils partirent, rejoint la Suisse après sept heures de marche dans la neige. En représailles, leurs familles sont déportées par les Allemands en application de la Sippenhaft « responsabilité du clan » ou « de la parenté ». Le 14 octobre 1944, il s'engage dans le Groupement Mobile d'Alsace (GMA) Suisse et combat au sein du 1er bataillon de chasseurs à pied (BCP) jusqu'à sa démobilisation le 12 décembre 1944[2].
  • Jeanne Pfendler (internée résistante), née Jenny le 16 janvier 1924 à Hagenthal-le-Bas est la fille d'un cafetier suisse émigré en France avant la guerre. Elle travaille dans l'établissement de ses parents situé à quelques centaines de mètres de la frontière suisse qui est matérialisé par la rivière Lertzbach. Très vite la position du village entraine l'afflux de prisonnier de guerre évadé et autres fugitifs. Spontanément, Jeanne Pfendler effectue des centaines de passages de nuit. Son action est connue des réseaux d'évasion comme celui d'Auguste Riegel, qui lui envoie des évadés. Régulièrement, elle passe clandestinement la frontière pour transmettre les messages et informations militaire entre Paul Winter alias « commandant Daniel » et Julien Dungler du consulat général de France à Bâle qui les envoie à Londres. Le 28 août 1944, sur dénonciation, Jeanne Pfendler est arrêté mais s'évade le soir même. Elle se réfugie dans une annexe du café de ses parents qui sont avertis par un douanier, ami de la famille, d'une fouille éminente de l'établissement. Elle franchit la frontière dans la nuit du 2 au 3 septembre 1944. Jeanne Pfendler est condamné à mort par contumace. Elle a fait passée clandestinement la frontière suisse à 604 personnes. Les membres de sa famille ne seront pas inquiété car ils sont suisse. Jeanne Jenny opte pour la nationalité française quand elle se marie avec Monsieur Pfendler le 11 septembre 1945[2].

Q[modifier | modifier le code]

R[modifier | modifier le code]

  • Camille, Georges Ruff (interné résistant), né le 27 juillet 1898 à Strasbourg, est fondé de pouvoir aux établissements Simon-Loeb à Strasbourg, il réside à Eckbolsheim où il cache des armes et des munitions. Il est responsable du secteur Strasbourg-campagne au sein de l'organisation clandestine du docteur vétérinaire Charles Bareiss. Capturé par les Allemands, il se suicide le 9 juillet 1942 (à 43 ans) en détention. Sa mort évite la capture des résistants du secteur dont il a la responsabilité.

S[modifier | modifier le code]

T[modifier | modifier le code]

U[modifier | modifier le code]

V[modifier | modifier le code]

W[modifier | modifier le code]

Y[modifier | modifier le code]

Z[modifier | modifier le code]

Y[modifier | modifier le code]

Notes et Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'armée américaine avait évacué Strasbourg pour se replier sur les Vosges.
  2. a et b Rapport économique : Fin janvier 1942, le Reichmarschal Hermann Goering, chargé de l'économie du Reich, convoque à Berlin les principaux responsables régionaux des Services économiques pour leur faire part des difficultés actuelles et à venir de l'Allemagne. Son exposé est particulièrement pessimiste. La résistance alsacienne en fait une synthèse appelée Rapport économique et largement diffusée.
  3. Le « Rapport d'Alsace », rédigé par Robert Heitz, présente le contexte alsacien (militaire, économique, administratif, scolaire, culturel, religieux et linguistique…). Il est initialement destiné au gouvernement de Vichy et doit, entre autre, permettre de saisir la commission d'armistice sur l'imminence du danger de l'incorporation de force des alsaciens dans l'armée allemande. Le rapport est envoyé aux services de renseignements de Vichy, des alliés et du général de Gaulle.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Eberhard Jäckel, La France dans l'Europe de Hitler, op. cit., chap. « L'annexion déguisée », p. 123
  2. a b c d e f g h et i Eric Le Normand (dir.), Association pour des études sur la Résistance intérieure des Alsaciens. (ill. Christophe Clavel), La Résistance des Alsaciens, Fondation de la Résistance, Département AERI, cop. 2016 (ISBN 978-2-915742-32-9 et 2-915742-32-4, OCLC 959964698, lire en ligne)
  3. a et b Anstett, Marlène, Gommées de l'histoire : des Françaises incorporées de force dans le Service du travail féminin du IIIe Reich, Strasbourg, Éditions du Signe, cop. 2015 (ISBN 978-2-7468-3329-6 et 2746833298)
  4. Charles Émile Altorffer sur le site Yad Vashem (en)
  5. Lead Off, « Jacqueline Bromberger », sur Mémoire et Espoirs de la Résistance (consulté le 30 octobre 2020)
  6. « CAUCHY Jean-Paul », sur Fédération des Sociétés d'Histoire et d'Archéologie d'Alsace (consulté le 30 octobre 2020)
  7. a et b Charles Béné, L'Alsace dans les griffes nazies : Les communistes alsaciens, la jeunesse alsacienne dans la résistance française., t. 4, Fetzer, (ISBN 9782402227605)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Eric Le Normand, Association pour des études sur la Résistance intérieure des Alsaciens (AERIA), La Résistance des Alsaciens, Paris, Fondation de la Résistance, Département AERI, (ISBN 978-2-915742-32-9). 
  • Auguste Gerhards, Tribunal de guerre du IIIe Reich : des centaines de Français fusillés ou déportés: Résistants et héros inconnus 1939-1945, Le Cherche midi, (ISBN 9782749120676, lire en ligne). 
  • Broissia, Pierre Aymar de, 1965-, Jagora, Nicolas. et Neuville, Aurore de. (préf. Hamlaoui Mekachera), Résistance, 1940-1944 : témoignages, dossiers, chronologie : édition Alsace, Little big man, , 241 p. (ISBN 2-915347-20-4 et 978-2-915347-20-3, OCLC 57250485, lire en ligne). 

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]