Liste de phénomènes Internet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un phénomène Internet est un événement très populaire sur la toile, qui l'est souvent devenu de façon très rapide (on parle de phénomène viral), par diffusion via un équivalent télématique du bouche à oreille, la rapidité des télécommunications modernes permettant un emballement autoentretenu à l'échelle d'un pays voire du monde entier, qualifié génériquement par les médias de buzz. Ces phénomènes, ou mèmes, peuvent être entre autres des chansons, des images, des vidéos insolites. Ils sont souvent popularisés en premier lieu par des sites communautaires particulièrement actifs tels que 4chan, Instagram, Slashdot, Reddit, YouTube, Newgrounds, Twitter, Myspace, Tumblr, YTMND ou encore 9GAG ; pour la France on peut citer le forum Jeuxvideo.com (plus particulièrement le sous-forum « 18-25 ans »).

Cette liste ne saurait être exhaustive, il existe une quantité énorme de mèmes. Il n’y a pas de convention universelle pour déterminer si tel phénomène est considéré comme mème, la validation de l'appellation mème sur Internet se faisant souvent par une justification collective. Le site KnowYourMeme référence les mèmes et leur associe des « labels » selon leur popularité et leur contexte général d'utilisation.

Personnes[modifier | modifier le code]

Personnalités déjà célèbres avant l'apparition d'un mème à leur sujet[modifier | modifier le code]

Des personnes célèbres dans différents domaines (cinéma, musique, sport...) ont focalisé l'attention, plus ou moins longuement, parfois bien au-delà de la communauté d'amateurs de leur discipline de prédilection, à la suite de frasques ou de déclarations, et généré ainsi des phénomènes d'emballement sur Internet.

  • Christian Bale a fait l'objet de multiples vidéos parodiques reprenant une tirade colérique sur le tournage de Terminator: Salvation[1] dont un enregistrement a fuité.
  • Tom Cruise a suscité de nombreuses parodies suite à une séquence de l'émission très suivie d'Oprah Winfrey, dans laquelle, parlant avec exaltation de son idylle alors récente avec Katie Holmes, il a sauté à pieds joints sur le canapé à plusieurs reprises. L'expression « jumping the couch » s'est disséminée, sur le modèle de « jumping the shark », désignant le moment où une célébrité perd irrémédiablement toute crédibilité (bien que dans le cas de Tom Cruise cet évènement n'ait pas eu un impact négatif significatif sur son succès ultérieur en tant qu'acteur). Il a également fait l'objet de nombreuses railleries en raison de son appartenance à l'Église de Scientologie.
  • Arnold Schwarzenegger a généré de nombreux mèmes, tant pour ses répliques au cinéma[2] (« I'll be back » / « Je reviendrai », « Get to da chopper! » / « Cours à l'hélico ! », « It's nat a tumor » / « Ce n'est pas une tumeur ») que pour son fort accent autrichien (parodié notamment par Mad TV, repris sur YTMND[3]), ou encore ses premiers rôles à l'interprétation passablement maladroite (comme son apparition dans la série Streets of San Francisco[4] ou le film Hercules in New York).
  • Gérard Depardieu fait également l'objet de nombreuses références et parodies, tant pour ses répliques au cinéma (« On n'est pas bien là ? Paisible... à la fraîche... décontracté du gland... », « J'vais t'enculer et tu jouiras, ton fion il en pourra plus d'extase ») que pour ses frasques personnelles. En particulier, son exil fiscal a suscité un important emballement médiatique avec un fort retentissement sur la Toile fin 2012[5].
  • L'acteur Jean-Claude Van Damme a fait l'objet de nombreuses moqueries au début des années 2000 pour ses déclarations jugées extravagantes et involontairement comiques lors d'entretiens télévisés ou radiophoniques, en particulier une tirade dans laquelle il explique le concept d'awareness (être aware c'est être « à l'attention de savoir [qu'on] existe », avoir conscience de ses capacités, pour visualiser ses rêves et les réaliser) ; le phénomène a été évoqué dans le film semi-fictif J.C.V.D. réalisé par Mabrouk El Mechri et sorti en 2008[6]. Il a de nouveau déclenché un buzz fin 2013, cette fois de façon intentionnelle, et suscitant a contrario des commentaires unanimement élogieux, pour un film publicitaire particulièrement remarqué dans lequel – alors âgé de 53 ans – il exécute un grand écart facial entre deux camions Volvo s'éloignant progressivement l'un de l'autre[7], la cascade – réalisée avec filets de sécurité mais sans trucage – étant censée démontrer la précision du mécanisme de direction[8]. La vidéo a généré plus de 11 millions de vues en trois jours[9], et bien davantage par la suite ; plusieurs autres publicités ont été réalisées dans la même série, avec un concept similaire et d'autres acteurs, sans connaître le même succès. Une parodie montre Chuck Norris exécutant un grand écart facial entre deux avions[10].
  • Chuck Norris Facts : aphorismes parodiques sur l'acteur Chuck Norris qui le dépeignent comme une toute-puissance invincible, omnisciente et omnipotente[réf. nécessaire].
  • Donald Trump : le 45e président des États-Unis a suscité de très nombreuses railleries sur Internet, motivées par ses remarques, sa personnalité ou ses expressions faciales, considérées comme stupides ou amusantes. La quantité jugée extravagante des mèmes qui lui sont associés, directement ou indirectement, a conduit la communauté des internautes à le qualifier de premier « président mème »[11], signifiant que son élection même serait un mème. Ses prédécesseurs George W. Bush et Barrack Obama ont également fait l'objet de nombreux mèmes.
  • Adolf Hitler : le dictateur allemand est très populaire sur Internet en tant que mème, en particulier à cause des multiples parodies d'une scène du film La Chute en version originale allemande assorties de pseudo-traductions[réf. nécessaire], ainsi que d'une scène du film Inglorious Basterds. Le mème Hitler Advice consiste en un portrait du Führer associé à des légendes à l'humour très grinçant (exemples : « Overpopulation? / Challenge accepted » ; « Real heilarious / An absolute lolocaust » ; « Can't afford art school ? / Try genocide »).
  • L'humoriste Dieudonné M'Bala M'Bala a popularisé le geste de la « quenelle » (ayant suscité de vives controverses à l'international), ainsi que l'expression « au dessus c'est le Soleil ».
  • El Risitas : comique espagnol ayant été sujet de nombreuses parodies suscitées par la vidéo de son intervention dans l'émission espagnole Ratones Coloraos de Jesús Quintero[12]. Plusieurs stickers à l'effigie du comédien ont fait leur apparition sur le forum français de Jeuxvideo.com et ont depuis été utilisés massivement dans les échanges, au point d'en devenir un signe de ralliement. Florian Philippot, alors vice-président du Front National, est apparu dans une vidéo pour la campagne présidentielle 2017 avec une tasse portant un tel sticker, envoyant ainsi un clin d'œil discret au forum, sur lequel ont régulièrement lieu des débats politiques[13],[14]. Des membres du forum ont organisé de nombreuses modifications cartographiques[Quoi ?] sur la ville d'Issou en banlieue parisienne, à cause de la prononciation d'El Risitas du nom « Jesús » déformé en « Issou ».
  • Marion Cotillard a fait l'objet de nombreuses parodies faisant référence à sa façon de jouer la mort de son personnage dans le film The Dark Knight Rises de Christopher Nolan, jugée peu crédible (« Dying like Marion Cotillard »)[15].
  • Le phénomène des sex-tapes peut être recensé dans cette catégorie (Paris Hilton, Pamela Anderson...), de même que celui des wardrobe malfunctions (Janet Jackson au Superbowl, Sophie Marceau à Cannes...).
  • De même, les « petites phrases » des politiciens : accidentelles ou intentionnelles, ces formules sont souvent reprises, commentées, parodiées. Même des formules anciennes, datant de bien avant l'apparition d'Internet, continuent à être citées en référence. Quelques exemples en France : « Casse toi pauv’ con » (Nicolas Sarkozy) ; « le bruit et l'odeur » (Jacques Chirac) ; « This is not a method ! This is provocation ! » (Jacques Chirac) ; « mes couilles sur un plateau » (Jacques Chirac) ; « Je vous demande de vous arrêter » (Édouard Balladur) ; la « bravitude » (Ségolène Royal) ; « Quand une petite fille de 5 ans commence à vous déshabiller, c'est fantastique » (Daniel Cohn Bendit) ; « Au dessus de 14 ans c'est dégueulasse » (Frédéric Mitterrand) ; « Tu me mets quelques blancs, quelques white, quelques blancos » (Manuel Valls).

Personnes s'étant fait connaître du grand public à l'occasion d'un mème[modifier | modifier le code]

D'autres personnes ont acquis une célébrité auprès du grand public via Internet, souvent à la suite de la diffusion, à leur insu, d'une vidéo les montrant dans une situation embarrassante ou impressionnante, ou bien de la diffusion volontaire d'une prestation ridiculisée ou au contraire encensée par les internautes.

  • Star Wars Kid : un adolescent québécois, Ghyslain Raza, qui doit sa célébrité involontaire à une vidéo (enregistrée par lui-même mais diffusée sur Internet à son insu) le montrant en train d'imiter Dark Maul dans une scène du film Star Wars, épisode I : La Menace fantôme, avec un ramasse-balles en guise de sabre-laser. La vidéo a été massivement partagée (au moins 900 millions de vues) et est considérée comme la plus populaire de toutes les vidéos virales[16].
  • Angry German Kid : un jeune allemand veut jouer à Unreal Tournament mais comme la partie en réseau multijoueur ne démarre pas assez vite, il devient violent sous le coup de l'impatience et casse son clavier. De nombreuses parodies ont été faites[17].
  • Numa Numa Kid : un jeune homme nord-américain obèse du nom de Gary Brolma chantant en lipsync sur la chanson Dragostea Din Tei du groupe O-Zone[18], de façon à la fois exubérante et très appliquée, avec des expressions faciales insolites.
  • Afro Ninja : Mark Hicks, aspirant cascadeur à la coiffure afro tentant de faire un salto avec un nunchaku et s'écrasant par terre, tentant de se relever mais partant dans le décor lors d'un casting pour une publicité de Tekken 5[19],[20].
  • Goddess Bunny (en) : actrice atteinte de poliomyélite lui donnant une apparence atypique, notamment dans son film autobiographique The Goddess Bunny, qui a fait l'objet de plusieurs vidéos satiriques[21].
  • Chuck Testa (en) : lors d'une publicité faite par Rhett et Link pour des animaux empaillés, animaux mis en scène dans des situations particulières, à chaque fin de scène Chuck Testa apparaît systématiquement en disant la même phrase : « Nope, Chuck Testa »[22].
  • Antoine Dodson (en) : jeune homme nord-américain habitant en Alabama qui réagit dans un reportage télévisé sur une affaire d'intrusion d'un violeur dans des appartements du quartier. Son intervention à la fois vigoureuse et maniérée a fait l'objet de multiples reprises et autres détournements musicaux[23].
  • Lasier Martins (pt) : durant une vidéo, on peut voir le journaliste brésilien recevoir une décharge électrique en saisissant des raisins à un festival du vin à Caxias do Sul au Brésil. L'incident s'est produit en 2000 lors d'une retransmission en direct de Jornal do Almoço, une émission d'informations d'une télévision régionale[24].
  • Le Violongay : Eric Richer est un québécois qui parle dans une vidéo à mannequin portant une coupe mulet, lui racontant ses fantasmes à propos des violoneux[25].
  • Eddy Malou s'est fait connaître grâce à Antoine Daniel, ce personnage congolais pense être le plus grand savant de ce pays, et débite des mots pseudo-scientifiques compliqués de manière assez aléatoire (« Nucléarité des sports », « Imposer la force vers l'Ovanium », « Congolexicomatisation », etc.)[26].
  • Charlie Bit My Finger : un jeune enfant se fait mordre le doigt par son petit frère. La vidéo fut durant quelques mois la vidéo comptant le plus de vues au monde, et a donné lieu à de nombreuses parodies[27],[28].
  • RKO! : nom de la prise finition[Quoi ?] du catcheur Randy Orton, qui est un cutter. Il est devenu un phénomène Internet, souvent utilisé dans des courtes vidéos diffusées sur Vine, dans lesquelles Randy Orton est rajouté à l'aide d'un montage, sur des vidéos où des gens ou des objets chutent, et inflige un RKO à la personne ou l'objet tombé[29].
  • Tukabel (cs) : slogan signifiant « câble » prononcé par une habitante slovaque Helena Červeňáková lors d'un reportage de TV JOJ en 2014[30]. La vidéo fait le buzz et est remixée par des musiciens publiant leurs morceaux sur YouTube. Elle s'exprimait à propos d'un différend sur la distribution de l'électricité avec d'autres habitants. Elle a exprimé avoir mal vécu la transformation de son témoignage en mème[31].
  • Salt Bae : surnom donné par ses fans à Nusret Gökçe, un boucher turc propriétaire de la chaîne de restaurants Nusr-Et Steakhouse, se mettant en scène sur les réseaux sociaux dans le cadre de son activité et qui fait un buzz début 2017 alors qu'il est en train de saler la viande. Une photo de lui-même en action est reprise, parodiée ou détournée à de nombreuses reprises. Son Instagram compte plus de 16 millions d'abonnés[32],[33],[34],[35],[36].
  • Sylvain Durif, qui se donne lui même le titre d'homme vert ou de Merlin l'enchanteur, s'est rendu populaire par ses nombreuses déclarations sur des phénomènes paranormaux qu'il aurait vécus. Il déclare notamment avoir été enlevé à l'âge de 5 ans à bord d'un vaisseau de la Vierge Marie. Il se déclare en 2017 candidat à l'élection présidentielle en France.
  • Double Rainbow : un homme fait un enregistrement vidéo d'un double arc-en-ciel, tout en commentant le phénomène avec une exaltation croissante, jusqu'à en pleurer de joie.

Animaux[modifier | modifier le code]

  • La marmotte psychopathe (en) : une marmotte filmée de dos en gros plan qui se retourne brusquement pour fixer la caméra sur un thème musical angoissant tiré du film Frankenstein Junior[37],[38]. La scène originale est extraite d'une séquence animée par les chanteuses du groupe Mini Moni, dans l'émission de TV japonaise Hello! Morning des Morning Musume. Elle a fait l'objet de nombreuses reprises et variations par des amateurs, faisant incarner des rôles célèbres à l'animal.
  • Surprised Kitty : un chaton qui fait une mimique de surprise quand on cesse de le caresser[39].
  • The Sneezing Baby Panda : un bébé panda qui éternue, faisant peur à sa maman[40]. Une interview de Hillary Clinton a été interrompue pour lui montrer cette vidéo[41].
  • Keyboard Cat : un chat (Fatso) vêtu d'un t-shirt qui joue un rythme simple sur un piano[42]. Le propriétaire du chat avait mis sa main dans le t-shirt et jouait à sa place[43]. Warner Bros. a été attaqué en justice pour avoir exploité la vidéo, qui est une œuvre protégée[44].
  • Maru : un chat japonais qui aime s'introduire la tête ou le corps dans des emballages en tout genre[45],[46].
  • Badger Badger Badger : l'animation en boucle d'un blaireau faisant des flexions[47],[48].
  • Nyan Cat : un chat volant gris dont le corps est composé de tartines recouvertes d'un glaçage rosé[49]. Le chat vole dans l'espace et est suivi d'un arc-en-ciel, sur une musique ridicule jouée en boucle[50]. La compagnie Warner Bros. a été attaquée en justice pour avoir exploité la vidéo, qui est une œuvre protégée[51].
  • Grumpy Cat : une chatte à l'expression naturellement maussade[52].
  • Serious Cat : un chat entièrement blanc avec une expression passablement sérieuse.
  • Infinite Cat : une photo montre un chat regardant un autre chat sur un écran, puis un autre internaute poste une photo de son chat regardant la photo du chat regardant un chat... et ainsi de suite, à l'infini, selon un procédé récursif de mise en abyme, plus spécifiquement désigné « effet Droste » dans les arts graphiques.
  • Nora (en) : une chatte « jouant » du piano avec ses pattes et sa tête.
  • Doge : photographies de chiens de la race shiba avec en premier plan des phrases à visée humoristique affichées en police Comic Sans MS[53],[54],[55].
  • Harambe : un gorille qui a été tué par balle dans un zoo américain car un enfant était trop proche de lui. À la suite de sa mort, des réactions controversées sont apparues, incluant celles d'hommes politiques[56],[57]. D'un autre côté, des internautes ont décidé de s'amuser en faisant des plaisanteries notables comme Dicks out for Harambe ou bien Bush did Harambe. Le compte Twitter du zoo en question a été supprimé à cause du harcèlement généré par les mèmes diffusés de façon ininterrompue[58].
  • Gabe the dog : une série de YouTube Poop qui se caractérise par divers morceaux de musique doublés sur les images d'un chien de race esquimau américain nommé Gabe[59].
  • Wednesday Frog : une grenouille Lepidobatrachus laevis accompagnée du texte « It Is Wednesday My Dudes » (en français : « C'est mercredi les gars »). L'image est apparue pour la première fois sur Tumblr avenant d'être reprise chaque mercredi par plusieurs membres de différents réseaux sociaux[60].
  • Serge le lama : un lama volé dans un cirque et promené dans le tramway bordelais[61].
  • Paul le poulpe : un poulpe auquel on prêtait un pouvoir de précognition.

Musique[modifier | modifier le code]

  • Gangnam Style de PSY : chanson qui atteint en cinq mois un milliard de vues sur YouTube grâce à son clip décalé[62]. En décembre 2017, la vidéo a été visionnée plus de 3 milliards de fois sur YouTube[63],[64].
  • Susan Boyle : une participante à l'émission tremplin britannique Britain's Got Talent. Elle bat les records à l'époque de consultation du clip de sa participation sur Internet avec 48,2 millions de consultations une semaine après la diffusion de l'émission[65].
  • MattRach : jeune guitariste français qui s'est fait connaître grâce à YouTube[66],[67].
  • Édouard Khil : chanteur russe dont une vidéo le montrant chantant en vocalises en chantant Trololo, a fait l'objet d'un immense regain de popularité en 2009 sur Internet[68].
  • Epic Sax Guy : SunStroke Project, le solo du saxophoniste Sergey Stepanov durant l'Eurovision de la chanson 2010, est devenu un mème Internet. Il est de retour durant l'Eurovision 2017 sous le nom de « Ultra Sax Guy »[69],[70].
  • Caramelldansen : chanson du groupe suédois Caramell, qui, par le biais du site Internet 4chan, a fait l'objet d'une animation flash en boucle avec deux des personnages de l'anime Popotan dansant en rythme, les mains levées[réf. nécessaire].
  • Rickroll : Rick Astley est un devenu un mème à cause du clip vidéo de sa chanson Never Gonna Give You Up, succès à sa sortie en 1987, puis tombée dans un relatif oubli (toutefois adaptée en France par les 2Be3, et reprise par quelques autres groupes européens dans les années 1990), avant de connaître un nouveau succès improbable près de 20 ans plus tard en étant massivement partagée sous forme de canular[71].
  • Je m'appelle Funny Bear (en) : un ours vert en slip connu pour sa chanson, de nombreux remix ont été faits[72].
  • Loituma Girl (en) : le skat de Loituma dans la chanson finlandaise Ievan Polkka repris en boucle sous le nom de Leekspin, avec une image de Bleach ou l'un des personnages fait tourner un poireau, ce qui valut à cette musique l'appellation française de « la chanson du poireau »[réf. nécessaire].
  • What Is Love : une chanson de Haddaway souvent associée à un sketch du Saturday Night Live (repris plus tard dans le film Une nuit au Roxbury), où l'on voit Jim Carrey et ses amis s'adonnant au headbang en écoutant ce titre dans une voiture[réf. nécessaire].
  • What's Up? : une reprise de la chanson des 4 Non Blondes a été juxtaposée à un montage de séquences de la série animée He-Man (Les maîtres de l'univers), faisant ressortir son caractère camp prononcé (le personnage de Musclor chante avec une voix de fausset, en émettant des hoquets équivoques)[73].
  • Crazy Frog : une grenouille utilisée dans des clips et devenue célèbre dans le monde entier[réf. nécessaire].
  • Bilal, le Rappeur du 9-2 : un jeune rappeur amateur habitant en Hauts-de-Seine, dont une performance maladroite a été abondamment raillée et parodiée.
  • Amandine du 38 : une jeune rappeuse amatrice du Nord-Isère dont la performance École au Sénégal a été vue des millions de fois sur YouTube[74]. Elle est cible de moqueries, d'insultes et même de menaces de mort. Elle affirme avoir très mal vécu cette expérience, ayant mis 5 ans à s'en remettre[75]. Elle essaie en 2010 de sortir un CD financé par les internautes sous le label participatif My Major Company sous le nom Miss Sing[76].
  • Sœur Cristina Scuccia : auditionnée à l'émission The Voice of Italy en habits de religieuse, elle est remarquée par les juges et le public dans une audition à l'aveugle après avoir chanté No One d'Alicia Keys. En trois jours, la vidéo de son interprétation[77] compte 15 millions de visionnages[78], vidéo aussi présentée dans des journaux télévisés de plusieurs pays. Elle remporte la deuxième saison de The Voice of Italy et le soir de sa victoire elle remercie Dieu pour sa victoire, en récitant la prière du Notre Père pour les organisateurs du concours et pour le public.
  • Sandstorm : morceau instrumental du DJ finlandais Darude. Lorsque quelqu'un demande le nom d'une chanson, les autres internautes se mettent à répondre « Darude – Sandstorm »[79].
  • Hotline Bling : morceau du rappeur canadien Drake dont le clip a rapidement gagné en popularité avec de nombreuses parodies publiées sur Internet en 2015 à cause de sa danse[80],[81].
  • Shooting Stars (en) morceau du groupe Bag Raiders sortie en 2009. La chanson est devenue populaire en tant que mème mettant en vedette des personnes ou des animaux tombant sur des fonds surréalistes et dans le cosmos accompagnés de cette musique[82]. La popularité de la chanson a depuis été reconnue par le groupe lui-même[83].
  • We Are Number One (en) : chanson venant du show télévisé islandais Bienvenue à Lazy Town dans l'épisode L'équipe rêvée de Robbie (interprétée par Stefán Karl Stefánsson et composée par Máni Svavarsson)[84]. Le mème consiste en des modifications du clip original, comme accélérer la vidéo à un moment précis, par exemple. Le fait que le cancer de Stefán fut annoncé peu après et qu'une page de dons a été mise en ligne depuis a beaucoup aidé le phénomène à se faire connaître puisqu'une bonne partie de ces parodies y sont consacrées[85],[86].
  • Daimaō Kosaka et son personnage Piko-Taro dans la chanson Pen-Pineapple-Apple-Pen remporte un énorme succès sur YouTube[87].
  • Man's Not Hot (en) : chanson du rappeur Michael Dapaah (en). La vidéo est devenue populaire sur les réseaux sociaux et détournée[88].
  • Tchococita : une alien qui danse sur un fond de Dame Tu Cosita
  • Le Techno Viking : un homme à l'allure de viking, blond, de grande taille et à la musculature saillante, déambulant torse nu lors d'un festival de musique techno en exécutant une chorégraphie très assurée, dans une attitude sérieuse et intimidante ; une capture d'écran le montrant le bras à demi tendu et pointant son index vers le ciel (posture conquérante, proche de celle qu'adopte à plusieurs reprises le personnage Raoh dans la série animée Hokuto no Ken) a été abondamment parodiée.

Challenges[modifier | modifier le code]

Les « challenges » ou défis présentent des personnes, connues sur Internet ou non, filmées en train de relever un défi. Ils sont par la suite diffusés sur les réseaux sociaux, en s'inspirant ou se défiant les uns les autres de répéter le même processus.

  • Banana Sprite challenge : consiste à manger très rapidement deux bananes et boire une cannette de Sprite sans vomir. Il existe d'autres versions de ce challenge mais l'idée de départ suggère que le corps ne peut pas digérer les deux substances en même temps.
  • Book bucket challenge : une variation du célèbre Ice Bucket Challenge. Le phénomène est devenu viral sur les médias sociaux entre août et septembre 2014[89]. Alors que le Ice Bucket Challenge invitait ses participants à renverser un seau de glace sur leur tête en soutien à l'association ALS[90], le Book Bucket Challenge invite quiconque à partager sur les réseaux sociaux le titre des dix livres les ayant le plus inspirés ou à donner des livres aux personnes dans le besoin.
  • Charlie Charlie Challenge : rituel nécessitant l'utilisation d'un ouija durant lequel l'esprit d'un démon mexicain fictif, nommé Charlie, est invoqué à l'aide de deux crayons de papier disposés en forme de croix, et des mots « yes » et « no » écrits sur une feuille dans un carré. Les utilisateurs de médias sociaux ont commencé à faire circuler leurs vidéos où les crayons bougeaient vers le mot « yes » alors qu'ils demandaient si le démon était là[91].
  • Cinnamon challenge : un challenge devenu viral sur Internet. L'objectif est de se filmer en train d'avaler une cuillère à café de cannelle moulue en moins de soixante secondes, sans rien boire, puis de publier la vidéo en ligne[92]. Le défi est difficile et porteur de risques substantiels sur la santé dans la mesure où la cannelle recouvre et assèche la bouche et la gorge, pouvant entraîner toux, étouffement, vomissement et l'inhalation de cannelle, menant ainsi à des irritations de la gorge, des difficultés respiratoires et un risque de pneumonie ou d'atélectasie pulmonaire[93].
  • Ice and Salt Challenge : devenu viral sur Internet, ce challenge consiste à étaler du sel sur sa peau, puis à presser un glaçon dessus le plus longtemps possible. Il en résulte une sensation de froid extrême difficilement supportable, et de graves brûlures de la peau.
  • Condom challenge : devenu viral sur Internet, ce challenge consiste à insérer un préservatif en latex dans une narine et de l'aspirer jusque dans la cavité nasale et à travers la gorge pour enfin le ressortir par la bouche. L'expression « condom challenge » s'est répandue pendant le même mouvement de popularité du cinnamon challenge en mai 2012, mais l'idée est antérieure de plusieurs années, et les premières vidéos datent au moins de 2007[94]. Le défi a pris une portée virale en avril 2013, lorsque le blog vidéo WorldStarHipHop poste une vidéo de deux jeunes femmes relevant le défi : s'ensuivent plusieurs autres personnes postant leur propre vidéo du challenge. Un second condom challenge s'est créé et consiste à remplir un préservatif d'eau, le nouer, et de le lâcher au-dessus de la tête de quelqu'un : soit le préservatif explose, soit il englobe la tête de la personne du fait de l'adhérence du latex.
  • Fire challenge : ce défi consiste à verser des liquides inflammables sur le corps de quelqu'un et d'y mettre le feu, tout en filmant une vidéo. La suite de l'expérience consiste à poster la vidéo sur les médias sociaux. Les pompiers, la police et des sources médiatiques se sont exprimés contre cette activité, en espérant dissuader les gens de reproduire l'expérience de nature dangereuse.
  • Mannequin Challenge : consiste à se filmer en tenant une position figée, de préférence improbable.
  • Con-T Challenge : implique qu'une personne se couche sur le dos, alors qu'une deuxième personne lâche un morceau de comté dans la bouche ouverte de son partenaire. Les internautes redoublent alors de créativité pour effectuer ce challenge à des hauteurs de plus en plus importantes et dans des situations des plus cocasses. Le défi est apparu en Belgique en mars 2017, mais il semblerait que les premières vidéos datent de janvier[réf. nécessaire].
  • Neymar Challenge : consiste à se rouler par terre et simuler une forte douleur dès qu'une personne crie « Neymar ! ». Le phénomène apparaît après les nombreuses simulations du footballeur durant la Coupe du monde 2018[95].
  • Birdbox Challenge : ce défi est tiré du film Bird Box sorti le 21 décembre 2018[96]. Il consiste, comme dans le film, à se déplacer les yeux bandés d'un point A à un point B. Un premier accident a été déploré aux États-Unis[97], où une jeune femme a pris le volant et percuté une autre voiture.

Images[modifier | modifier le code]

  • Les parodies de Motivational Posters (posters de motivation), appelées Demotivational Posters[98], créées à l'origine par Despair Inc. en 1998 ; ce sont des tableaux constitués d'une image encadrée de bordures noires, avec en dessous une légende composée d'un titre en large fonte suivi d'un sous-titre en fonte plus petite[99]. À l'origine les légendes prenaient le contrepied des formules motivantes de leurs modèles (exemples : « FAILURE / When your best just isn't good enough », « LOSING / If at first you don't succeed, failure may be your style »), puis le même procédé s'est étendu à toutes sortes de sujets. Des images existantes, incluant leur légende, peuvent servir de base à d'autres détournements, avec une deuxième légende commentant la première, et ainsi de suite.
  • Chats-musants (lolcats en anglais) : une manière typique et très codée de sous-titrer avec une grammaire particulière une image présentant un chat dans des situations extravagantes, et par extension toutes sortes d'animaux, participant à des scènes parfois récurrentes.
  • Fail : des images montrant quelque chose qui a raté, vidéo illustrée de manière humoristique avec les mots FAIL (échec) ou encore EPIC FAIL (échec monumental).
  • Facepalm : images de divers personnages célèbres faisant le geste consistant à apposer une main à son front pour occulter à son propre regard un spectacle affligeant ou un propos particulièrement stupide ; la plus connue est celle du capitaine Jean-Luc Picard (Patrick Stewart) dans la série Star Trek : The Next Generation.
  • NOM NOM NOM : images souvent retouchées avec des yeux et une bouche rajoutés, donnant l'illusion d'y voir une créature en train de manger. Il s'agit d'une référence à Macaron le glouton de l'émission pour enfants 1, rue Sésame[100]. Il est repris dans le jeu Team Fortress 2 de Valve, lorsque le personnage « Heavy » mange un sandwich (sandvich)[101].
  • Raptor Jesus : photomontage entre une tête de vélociraptor et une image de Jésus dont la première recherche remonte au selon Google Insights (en)[102],[103],[104].
  • Philosoraptor : image verdâtre d'un vélociraptor profondément plongé dans des questions métaphysiques ou dans la résolution de paradoxes bizarres.
  • Socially Awkward Penguin : l'image d'un manchot avec une légende évoquant une situation d'embarras ou d'inadéquation sociale, sur le mode de l'autodérision.
  • La Robe.
  • Naked Banana : image ayant gagné en popularité sur les image boards notamment 4Chan. L'image est postée en général dans des discussions au hasard sur le site 4Chan[105].
  • Goatse : l'image d'un homme nu penché en avant et se dilatant l'anus, massivement partagée sous forme de canular.

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

  • « It's over 9000! » (« C'est au-dessus de 9000 ! ») : une phrase de Vegeta, le rival de Son Goku, dans la version nord-américaine de Dragon Ball Z. Lorsque Son Goku revient d'un entraînement parmi les morts, il affronte le terrible Vegeta et son acolyte Nappa. C'est alors que Son Goku augmente son énergie et ses ennemis sont surpris par la puissance qu'il dégage. Quand Nappa, tout affolé, voulant croire à une erreur, demande à Vegeta quel niveau de puissance indique son détecteur, celui-ci répond rageusement en brisant l'appareil : « IT'S OVER NIIINE THOUSAAAAAAAAAAAND! » (la version française dit « Elle est largement au-delà des 8000 », respectant la version japonaise, « Hassen ijou da », et la prononciation n'est pas aussi paroxystique). Plusieurs remixes réalisés à partir de cette scène ont été diffusés sur YouTube. D'autres répliques de la série ont été parodiées, notamment « The balls are inert » (« Les boules sont inertes », avec un double sens dû à la polysémie du mot « ball »), ou encore « IMMA FIRIN’ MAH LAZOR » (réplique prononcée par le personnage Cell, pouvant se traduire par « Je tire avec mon laser ! », qui a été parodiée sous le nom de Shoop da Whoop).
  • Dans le film This is Spinal Tap, plusieurs scènes ont fait l'objet de mèmes, en particulier celle où l'un des musiciens du groupe éponyme présente son amplificateur de guitare en insistant jusqu'à l'absurde, face au documentariste perplexe, sur sa particularité qui est d'être gradué jusqu'à 11, alors que les amplificateurs sont généralement gradués jusqu'à 10, ce qui impliquerait qu'il soit forcément plus puissant. L'expression « up to eleven » est passée dans le langage courant[106].
  • Plusieurs scènes du film Network de Sidney Lumet, en particulier la tirade « I'm as mad as Hell and I'm not going to take it anymore! », et « You will atone! ».
  • Plusieurs sketches des Monty Python, notamment celui qui a popularisé le mot « spam » dans son acception actuelle.
  • « Luke, I am your father » (« Je suis ton père, Luke »), déformation d'une réplique de Darth Vader dans le film L'empire contre-attaque de la franchise Star Wars.
  • Dans Star Wars III: Revenge of the Siths, Darth Vader s'exclame « Nooooooooo! » ; déjà incongrue en soi, cette réplique a été sous-titrée « Do not want » dans une version piratée chinoise (qui contient de nombreuses autres erreurs) ; cette formulation particulièrement maladroite a été reprise dans de nombreux photomontages parodiques.
  • Rambo III : « Dans ton cul ! », réplique du colonel Trautman, entrée dans le langage courant, en réponse à une question relative à la localisation d'un objet quelconque (à l'instar des missiles dans la scène d'origine).
  • Les tontons flingueurs : plusieurs scènes et répliques citées et parodiées.
  • Le père Noël est une ordure : plusieurs scènes et répliques citées et parodiées.
  • La cité de la peur : plusieurs scènes et répliques citées et parodiées.
  • Kaamelott : plusieurs scènes et répliques citées et parodiées.
  • Plusieurs répliques des Guignols de l'info sont fréquemment citées, voire entrées dans le langage courant : « Ah que coucou » (Johnny Hallyday), « sévèrement burné » (Bernard Tapie), « Putain deux ans », « J'ai niqué Couille-Molle » (Jacques Chirac), « à l'insu de mon plein gré » (Richard Virenque), etc.
  • Happy Tree Friends : série d'animation diffusée sur Internet depuis 2000.
  • « It's time to duel » (« c'est l'heure du duel ») : une phrase tirée du générique de la série animée Yu-Gi-Oh!
  • Le doublage français décalé et délirant de la série animée Ken le survivant (Hokuto no Ken) : dans une volonté d'en édulcorer la violence (sachant que la série, conçue pour un public d'adolescents voire de jeunes adultes, était diffusée en France dans une émission pour enfants) et de se rendre la tâche moins pénible, les doubleurs (menés par Philippe Ogguz) ont à l'époque négocié avec la production pour avoir carte blanche, après quoi ils ont commencé à introduire des calembours absurdes (« Hokuto à pain », « Nanto de vison ») et des répliques saugrenues, sans grand rapport avec les dialogues d'origine (« Décidément les temps comme les œufs sont durs, et la bêtise n'a pas de limite », par exemple, pour une réplique traduite dans un sous-titrage amateur soigné en : « Quelle triste époque, et quelle triste soldatesque »).
  • « This is Sparta! » : un mème consistant à incruster la tête de Leonidas du film 300 dans des images ou des vidéos accompagnées d'une version souvent modifiée de la phrase, notamment la musique techno Sparta Remix dont l'instrumental a été à son tour repris dans d'autres vidéos[107],[108]. La phrase « Tonight, we dine in Hell! »[109] prononcée par le même personnage dans ce film a également été parodiée.
  • My Little Pony (My Little Pony: Friendship is Magic) : série animée diffusée en octobre 2010 aux États-Unis, devenue un élément important de la subculture Internet. Le phénomène est supposément parti de 4chan. Tandis que la série s'est mélangée avec de nombreux autres mèmes, l'univers initial de celle-ci a été fortement étendu par les fans, via des fanfictions autour de personnages inventés ou existants, notamment des personnages d'arrière-plan. Les créateurs de la série ont pris connaissance de cette popularité imprévue, communiquant avec les fans sur les forums et allant jusqu'à modifier un personnage de la série pour constituer un clin d'œil (comme pour Derpy Hooves).
  • Pingas : tiré du dessin animé Les aventures de Sonic, est un mot mal interprété provenant d'une phrase prononcé par le Dr Robotnik (Eggman) après avoir attrapé ses deux sbires Scratch et Grounder en train de l'espionner : « Snooping as usual I see? ». Il a été utilisé par des internautes qui se sont amusés à retirer les paroles d'une chanson (comme Dragonstea din tei) et de le remplacer par ce mot.
  • Bob l'éponge : comme la série My Little Pony, il existe de nombreux mèmes avec les personnages de la série de la célèbre éponge.
  • Blend S : vidéos reprenant l’opening de l’anime, composées des séquences présentant les personnages et leur rôle, avec simultanément un mot chanté commençant par la lettre S, auxquelles s'ajoutait une séquence humoristique supplémentaire.
  • Godzilla Resurgence : la seconde forme du roi des monstres (appelée Kamata kun) est devenu une star Internet du fait de son design jugé ridicule.
  • La marmotte du spot de publicité [1] pour le chocolat Milka à la télévision française en 1998 où l'on voit un homme qui observe à la dérobée la marmotte, mascotte de la marque, emballer du chocolat. Il va raconter cette scène à son épouse en disant : « Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu ! ». L'épouse incrédule lui répond d'un air désabusé : « Mais bien sûr ! ». La phrase « Et la marmotte, elle met le chocolat dans le papier d'alu ! » est devenu l'équivalent de répondre qu'on ne croit pas aux dires de la personne, c'est l'équivalent de « Mon œil ! ».
  • The Wicker Man : plusieurs scènes du film ont été partagées et parodiées en raison du jeu outrageusement outrancier de Nicolas Cage (« How did it get burned?! », « Not the bees! »).
  • The Room, de et avec Tommy Wiseau : abondamment conspué et parodié pour son absence de structure, ses dialogues bizarres, le jeu poussif des acteurs, et plus généralement l'exécution catastrophique en dépit des hautes ambitions de l'auteur, qui fait référence à plusieurs grands classiques du cinéma, notamment via la réplique « You're tearing me apart Lisa! », évoquant James Dean dans La fureur de vivre.
  • Surprise motherfucker! : réplique prononcée par le sergent James Doakes dans la première saison de la série Dexter. Également une scène entre les deux protagonistes où Dexter Morgan assène un coup de tête à James Doakes après lui avoir dit : « I own you ». Le langage fleuri de Debra Morgan (« Fuck me twice on Sunday », « A baby? A motherfucking roly-poly chubby-cheeked shit-machine? », « I don't give a fuck who you fuck, just don't fuck with my investigation, you fuck! ») ou d'autres personnages (« If you fuck me, I'll fuck you back, in ways you never imagined! ») : voir ci-dessous la section sur le mot « fuck » et ses dérivés.
  • Plusieurs répliques de Walter White dans la série Breaking Bad : « Stay out of my territory », « I am the danger » « - Say my name. - Heisenberg? - You're goddamn right! » De même que certains tics de langage de Jesse Pinkman, qui ponctue souvent ses phrases par le mot « bitch » (plus spécifiquement la formule « Yeah, science, bitch! », bien qu'elle n'ait jamais été prononcée en ces termes exacts dans la série).
  • Les expressions faciales outrancières de Matthew Fox dans la série Lost, appelées « jackfaces ». Robert de Niro a fait l'objet de moqueries similaires. À l'opposé, une expression faciale typiquement inexpressive de Steven Seagal a été associée à toute une palette de sentiments.
  • Le personnage de Jack Bauer dans la série 24 a fait l'objet de listes de hauts-faits et d'aphorismes, sur le modèle des Chuck Norris Facts. Par ailleurs, une séquence de la deuxième saison montrant sa fille Kim Bauer poursuivie par un cougar a été abondamment parodiée. La fréquence avec laquelle le héros prononce certains jurons d'une voix rageuse (« Son of a bitch! », « Damn it! ») ou certaines répliques récurrentes (« WHERE IS THE BOMB?! ») a par ailleurs fait l'objet de drinking games.[110]
  • Dans Taxi Driver de Martin Scorsese, la scène où Travis Bickle (Robert de Niro) mime devant un miroir une confrontation avec un individu imaginaire, répétant la fameuse réplique : « You talkin’ to me? ». Cette scène, improvisée à l'origine, a été reprise par Vincent Cassel dans La haine de Matthieu Kassovitz (« C'est à moi qu'tu parles là ?! »), et abondamment parodiée depuis.
  • Dans Raging Bull, également de Martin Scorsese et avec Robert de Niro dans le rôle principal, une scène où ce dernier, incarnant le boxeur Jack LaMotta, demande obsessionnellement à son frère et manager : « You fuck my wife?! » a également été parodiée (notamment en France par José Garcia dans Nulle Part Ailleurs).
  • Plusieurs séquences montrant des coups de sangs de personnages incarnés par Joe Pesci dans des films sur la Mafia (Les affranchis, Casino...).
  • Plusieurs répliques de Scarface de Brian de Palma, dont « Say hello to my little friend! », de même que l'abondance de jurons.
  • De manière plus générale, la surabondance du mot « fuck » et ses dérivés dans le cinéma nord-américain contemporain : sur la version anglophone de Wikipedia, une page établit un classement du nombre total de « fuck » et assimilés pour chaque film, indiquant en outre le taux par minute[111] ; hormis deux documentaires dédiés au phénomène, le film en tête du classement depuis 2013 est The wolf of Wall Street de Martin Scorsese. Des montages sont créés par des amateurs pour les cas les plus flagrants, juxtaposant l'ensemble des « fuck » et assimilés d'un film (Scarface, Casino, The big Lebowski...) ou d'une série (The Sopranos, Dexter...). Ce phénomène avait déjà été parodié en 1990 par le groupe d'humoristes Les Inconnus, dans une fausse bande-annonce montrant les acteurs « Al Pas-de-chez-nous » et « Robert de Négro », dans un film intitulé sobrement « Fuck You » (« Je t'embête » en V.F.), dont la quasi totalité des répliques consistent en des variations du mot « fuck », avec des sous-titres français euphémisés (« If you fuck me, I'll fuck you! » devenant « Si tu m'embêtes, je t'embêterai aussi ! »), jusqu'au plan final où, sans transition, l'un des protagonistes montre une photo d'un phoque en disant « it's a phoque », sous-titré « c'est un enculé », raillant le fréquent manque de fidélité des traductions dans les sous-titres cinématographiques.
  • Dans le même ordre d'idées, l'acteur Samuel L. Jackson, qui dans ses rôles prononce souvent des répliques chargées en « explétifs » à base de « fuck » et ses dérivés (par exemple : « I've had it with these motherfucking snakes on this motherfucking plane! »), a généré un mème en lisant un « conte pour enfants » (en fait à destination des parents) intitulé « Go the f##k to sleep » (pouvant se traduire par « Va au dodo bordel »).
  • L'euphémisation des mots orduriers dans des versions éditées pour la télévision de films ou séries provoque un effet comique involontaire[112] (par exemple la réplique mentionnée ci-dessus, issue du film Snakes on a plane, devient en version censurée « I've had it with these monkey fighting snakes on this Monday-to-Friday plane! » ; ou encore, dans The big Lebowski, « See what happens when you fuck a stranger in the ass » devient « See what happens when you find a stranger in the Alps »).
  • Mr. T et sa réplique récurrente « I pity the fool! » (prononcée à l'origine dans le film Rocky III), ainsi que sa vidéo éducative involontairement comique « Be Somebody (Or Be Somebody's Fool) » (1984), en particulier le segment « Treat your mother right », consistant en un rap dédié aux mères, empreint de dévotion et interprété avec le plus grand sérieux[113]. La réplique récurrente « quit your jibber-jabber! » de son personnage de Barracuda (B.A. Barracus en V.O.) dans la série L'agence Tous Risques (The A-Team en V.O.) a également été reprise.
  • Dans la série Les Experts : Miami, le protagoniste Horatio Caine (David Caruso) est connu pour son gimmick consistant – généralement à la fin de la scène d'exposition – à prononcer la première partie d'un jeu de mots poussif, ou d'une réplique se voulant percutante, puis à remettre ses lunettes de soleil dans un geste théâtral, avant de conclure la phrase par une punchline ratée. Un montage diffusé sur YouTube[114] intercale un florilège de ces séquences avec le début du générique, faisant retentir le cri de Roger Daltrey (« YEEEEAH! ») sur le morceau Won't Get Fooled Again du groupe The Who ; la juxtaposition produit un effet comique, du fait du contraste entre le cri paroxystique, le geste théâtral, et le bide humoristique. Abondamment parodié (notamment par Jim Carey[115]), ce motif a été repris dans des dialogues sur Internet, symbolisé par une suite de caractères ASCII : ( •_•) > ⌐■-■ > (⌐■_■)[116].

Sport[modifier | modifier le code]

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • « The cake is a lie » (le gâteau est un mensonge), venant du jeu Portal parle d'un gâteau promis à Chell par GlaDOS qui est en fait une tentative de la tuer. La phrase « The cake is a lie » apparaît sur un mur. Elle deviendra par la suite un mème Internet.
  • Weegee[118] : basé sur l'apparence de Luigi dans la version PC de Mario a disparu !, il apparaît généralement avec un autre personnage sur des images, où sa victime est dans une situation embarrassante.
  • SANESS : version maladroitement dessiné de "Sans", un personnage emblématique du jeu Undertale. SANESS a été créé et mis en scène par le Youtuber Sr.Pelo. S'exprimant avec une voix exagérément forte et sur un fond musical pour le moins étrange.
  • « All your base are belong to us »[119] : phrase issue du jeu Zero Wing mal traduite du japonais à l'anglais.
  • Leeroy Jenkins : personnage d'un joueur de World of Warcraft devenu populaire à la suite de la diffusion sur Internet d'un extrait vidéo d'une partie de jeu dans laquelle il entraîne la perte de ses compagnons.
  • Do a barrel roll! (Fais un tonneau !) : prononcée par le personnage Peppy Hare dans Lylat Wars (Star Fox 64). L'expression a pris le sens de « Fais quelque chose d’inutile si tu ne peux pas faire mieux »[120]. Celle-ci est surtout utilisée lorsque le joueur se trouve dans une situation délicate et qu'il n'a plus ou presque plus de chances de s'en sortir.
  • « I used to be an adventurer like you, then I took an arrow in the knee » (En français : « J'étais un aventurier comme vous, puis j'ai pris une flèche dans le genou ») : issue de The Elder Scrolls V : Skyrim, que l'on peut entendre en parlant aux gardes des grandes villes. Elle est devenue sujette à des déformations, en remplaçant quelques mots de la phrase, afin de la rendre humoristique, par exemple : « Avant j'aimais la confiture, puis j'ai pris une flèche dans le genou. »
  • Fus Ro Dah : cri d'attaque du héros dans The Elder Scrolls V : Skyrim.
  • WASTED : phrase tiré du jeu Grand Theft Auto V apparaissant après que le joueur meurt.
  • « FATALITY » : de Mortal Kombat, ou « Finish him! » du même jeu.
  • Team Fortress 2 : Mentlegen, une image réalisée avec MS Paint où l'on y voit un Spy avec la bouche grande ouverte remplie de cigarettes[121].
  • Des captures d'écran de la série Zelda, en particulier le premier volet The Legend of Zelda sur la NES, avec des phrases laconiques prononcées par de mystérieux vieillards rencontrés dans des grottes : « It's dangerous to go alone! Take this! » (« Il est dangereux de voyager seul ! Prends ceci ! »), lorsque le héros Link reçoit son épée, ou « It's a secret to everybody » (« Ne le répète à personne ») lorsque Link reçoit une importante somme en rubis.
  • YouTube Poops : les séquences vidéos de Zelda: The Wand of Gamelon, Link: The Faces of Evil, Hotel Mario ou I.M. Meen détournées.
  • Le Villageois d’Animal Crossing : ayant créé le buzz par sa bonne humeur permanente pour le moins troublante, lors de son annonce au casting de Super Smash Bros. for Nintendo 3DS / for Wii U.
  • Shulk de Xenoblade Chronicles : ayant créé le buzz par son mot I'm really feeling it dans les jeux Super Smash Bros. for Nintendo 3DS / for Wii U. Cette phrase étant devenu culte, beaucoup de joueurs le disent.
  • Expand Dong : Le mot désignant un glitch dans le jeu vidéo Goldeneye 007 sur la Nintendo 64 où les soldats possèdent des grosses têtes, de larges bras et des petites jambes. Ce mème fait aussi référence à Donkey Kong.
  • Les paroles sur le personnage Lanky Kong lors du DK Rap dans le jeu Donkey Kong 64 (He has no style, he has no grace, this Kong has a funny face).
  • Waluigi fait partie des personnages-memes en raison du fait qu'il est assez mystérieux pour un personnage de Nintendo (car apparait seulement dans des spin-offs de la saga Mario) et de la controverse des fans qui pointent du doigt le fait qu'il n'apparait jamais dans un jeu Super Smash Bros.

Mèmes dessinés[modifier | modifier le code]

  • Rage Comics : Ces dessins, représentant ce qui a été originellement défini comme des rage faces (bien que seule une partie représente des personnages énervés) sur le site 4chan (origine d'une grande majorité d'entre eux), ont gagné en popularité depuis l'avènement du site 9gag.com qui propose des comics inspirés de situations de la vie courante.
  • Are you kidding me?
  • Cereal Guy
  • Challenge accepted
  • Derp/Derpina
  • Forever alone
  • F*ck Yeah/LFGT
  • Genius
  • I lied
  • I'm Watching You
  • Like a sir
  • Me gusta Face
  • Not sure if…
  • Oh Crap/OMG Rage Face
  • Oh God, Why?
  • Okay Guy
  • Pedobear
  • Poker Face/Bad Poker Face
  • Rage Guy (FFFFFUUUUUUUU-)
  • So Hardcore
  • Sweet Jesus Face
  • Troll Face
  • Y U NO guy
  • Polandball : des bandes dessinées mettant en scène des personnages ronds représentant des pays, et dont les histoires reprennent des stéréotypes nationaux ou des faits historiques avec humour.
  • Dolan : des bandes dessinées représentant Donald Duck (appelé « Dolan ») accompagné de Dingo (« Gooby ») ou de leurs amis, réalisés maladroitement sous Microsoft Paint, s'exprimant dans un anglais très approximatif et confrontés à des situations grotesques.
  • Pepe the Frog
  • Loss : un webcomics de Tim montrant un homme affolé courant à l'hôpital, cette image a été massivement détournée sur des subreddits comme Me_Irl et sur Twitter[122].

Mèmes de célébrités[modifier | modifier le code]

Mèmes de personnages fictifs[modifier | modifier le code]

Autres[modifier | modifier le code]

  • L'expression « meuporg » : après que Nathanaël de Rincquesen de France 2 a mal prononcé l'acronyme MMORPG dans l'émission Télématin du  ; parfois aussi morpeug. L'expression est mentionnée dans la série télévisée d'animation française Wakfu.
  • La scène de colère d'Adolf Hitler tirée du film La Chute : l'humour des parodies provient des faux sous-titres sur la vidéo en version originale allemande, évoquant généralement des enjeux dérisoires (sortie d'un nouveau jeu, d'un matériel informatique très attendu...), sans aucun rapport avec le contexte d'origine, et totalement anachroniques (l'une de ces parodies a d'ailleurs évoqué ce même mème de façon auto-référentielle), avec parfois une recherche d'adéquations homophoniques visant à en accentuer la vraisemblance. Si le réalisateur s'est montré bienveillant envers ce phénomène, le producteur du film a demandé le retrait de ces parodies des sites d'hébergement vidéo[125]. Après avoir retiré les vidéos dans un premier temps, YouTube est revenu sur cette décision, invoquant la notion de fair use[126] (en français, droit de caricature, d'illustration et de « citation raisonnable »).
  • Une courte scène du film Inglourious Basterds montrant d'Adolf Hitler dans un moment de colère : quelques secondes de « NEIN NEIN NEIN NEIN! » très mécontents. Elle est insérée dans des montages parodiques pour exagérer un simple « non » en réaction à un acte ou une question posée.
  • Captain Obvious (en français : Capitaine Évident) : super-héros grotesque qui n'intervient que pour énoncer des évidences. À l'origine, utilisé en réponse ironique à une personne qui explique quelque chose que tout le monde a compris (« Merci Captain Obvious »). Il a aujourd'hui pris forme, et une bande dessinée parodique lui est dédiée[127],[128].
  • Slender Man : monstre humanoïde sans visage portant un costume-cravate et de longs membres filiformes (parfois représenté avec des tentacules). Apparu pour la 1re fois via des photos truquées publiées sur le site humoristique nord-américain SomethingAwful.com, sa popularité a permis à un jeu vidéo indépendant d'être créé, Slenderman y étant le principal antagoniste.
  • « Screamers » : souvent des vidéos ou jeux qui demandent de la concentration, mais l'apparition soudaine d'un monstre, souvent accompagné d'un cri au milieu de la vidéo permet de faire peur au lecteur ou au joueur. Reagan de l'Exorciste y est une représentation fréquente.
  • Mer il et fou : issue du forum Gamekult.com où un utilisateur s'interrogeait sur l'opportunité d'acheter la PSP. L'expression mal orthographiée a rapidement fait l'objet de nombreux détournements[129]. Elle est souvent suivie de d'expression Enkuler de rire[130].
  • « Coucou tu veux voir ma bite ? » : tirée d'un reportage de Complément d'enquête sur les dangers d'Internet, où cette phrase affichée sur une fenêtre de chat (et orthographiée « cc tu va voir ma bite ») est lue en voice-over; sur un ton étonnamment neutre et didactique[131]. De nombreuses parodies sont apparues, mettant cette phrase en situation dans des films (Le Cinquième Élément, Star Wars, Le Seigneur des anneauxetc.), des publicités, ou prononcée par des personnes célèbres (Dominique Strauss-Kahn, Emmanuel Macron...).
  • « Consequences will never be the same », « You dun goofed » et « I'm calling the Internet police » : prononcées par le père de Jessi Slaughter contre des internautes se moquant de sa fille.
  • McCully Quinn : podcasteur sur Vine, sa célèbre expression « It was at this moment Jackson knew. He fucked up » est très largement réutilisée dans les vidéos. L'image avant la chute de la personne se fige, la réplique part, et la vidéo finit sur l'impact.
  • « Oh hell, no! », utilisée en arrêt sur image avant une action ridicule.
  • « Of course! », réplique prononcée par Raul Julia jouant le personnage de Mr. Bison dans le film Street Fighter et popularisée par le Nostalgia Critic. Utilisée pour souligner un propos à la fois absurde et évident, par exemple dans les critiques de films, lorsqu'il est révélé que le but du grand méchant est de conquérir le monde.
  • La carte Kiwi, originaire de la publicité chantée de la SNCF dans les années 1980, reprise aujourd'hui lorsqu'une personne affirme « Ce n'est pas possible » et que l'internaute rétorque « Mais si, c'est possible, avec la carte Kiwi ! ». La publicité a été relancée le par le vidéaste français MisterJDay dans sa vidéo sur les pubs de la SNCF[132].
  • PTDR T KI : Phrase tweetée par les youtubeurs Guillaume & Kim en réponse au youtubeur JirayaTV, ce dernier voulant savoir pourquoi le couple se querellait avec un de ses amis. L'absurdité de la réponse a amusé les internautes et la phrase a été reprise en masse sur YouTube, Twitter et de nombreux autres sites[133].
  • « When the beat drops i'm like ( ͡° ͜ʖ ͡°) ( ͡⊙ ͜ʖ ͡⊙) ( ͡◉ ͜ʖ ͡◉) : souvent utilisé en commentaire YouTube pour signifier qu'on aime le refrain d'un morceau. Ces smileys sont nommés Lenny Face.
  • Le Youtube drama : Phénomène inspiré de la presse à scandale aux États-Unis destiné à raconter des histoires sensationnelles sur les vidéastes. La chaine Drama Alert est la plus connue avec plus de 3 millions d'abonnés[134].
  • Babylonokia : un téléphone portable prétendument âgé de 800 ans qui aurait été trouvé en Autriche.
  • L'Oncle du bus, vidéo virale d'une scène de bus à Hong Kong.
  • Epic Beard Guy[135] : dans un bus, un homme barbu âgé de 67 ans donne une correction à un jeune homme noir habillé façon gangsta rap qui lui avait manqué de respect. Mentionné sur le site TVTropes (qui à l'origine répertoriait les procédés narratifs récurrents utilisés à la télévision ou au cinéma, puis s'est étendu en incluant toutes sortes de motifs récurrents dans des domaines très divers, aussi bien dans des œuvres artistiques que dans le monde réel) comme exemple de « Badass Grandpa »[136].
  • « Eat da poo poo » : un pasteur ougandais du nom de Martin Ssempa fait un prêche contre l'homosexualité en montrant des vidéos de fist-fucking et de coprophagie, employant cette formule, prononcée avec un fort accent[137], qui a fait l'objet de multiples parodies[138].
  • « Fuck her right in the pussy! » : un homme intervient dans plusieurs reportages télévisés en direct et lâche cette formule avec la plus grande décontraction, sidérant les journalistes présents qui se confondent ensuite en excuses[139].

Twitter[modifier | modifier le code]

Grâce aux hashtags, des événements sont souvent parodiés sur Twitter, cette liste n'est pas exhaustive :

  • En décembre 2010, le rappeur Rohff justifie le flop de son album à cause de « chutes de neige ». Quelques heures plus tard, le hashtag « #ACauseDeLaNeige » devient le mot-clé le plus tweeté sur Twitter. Les internautes évoquent des événements qui ne se sont jamais déroulés et justifient ce non déroulement à cause de la neige.
  • En mars 2012, à la suite de l'affaire Mohammed Merah, la nageuse française Laure Manaudou déclare : « Supprimez ces jeux vidéo à la con. Et ça ira déjà mieux ! ». Le hashtag #ACauseDesJeuxVidéos est alors créé.
  • En novembre 2015, suite aux attentats de Paris, une apparition de Jawad Bendaoud sur la chaîne d'information BFM TV est parodiée par Twitter.
  • En février 2016, la découverte du plagiat de sept vidéos par le vidéaste MathPodcast a déclenché la création du hashtag #MathPodcastPlagiat[140].
  • En septembre 2017, le rappeur Big Shaq est en direct à la radio anglophone, il dévoile alors sa chanson Man’s Not Hot qui deviendra un mème très répandu sur Twitter, notamment grâce au passage où le rappeur enchaîne les bruitages. Ce mème sera repris quelque temps plus tard sur Facebook mais avec moins de succès

En France[modifier | modifier le code]

Plusieurs Français se sont illustrés en accédant à la notoriété grâce à Internet, ou en lançant des mèmes.

  • Rémi Gaillard : ses vidéos de prouesses footballistiques ou de happenings déguisés ont été vues au total plus d'un milliard de fois, ce qui fait de lui l'une des plus grandes stars mondiales d'Internet[141].
  • Mozinor : ses vidéos de détournements humoristiques d'extraits de films sont connues du public francophone.
  • La Chanson du dimanche : ces deux musiciens ont posté une chanson tous les dimanches pendant plusieurs années, avec des mélodies entrainantes, une orchestration récurrente (clavier/guitare) et des paroles humoristiques, engagées ou poétiques.
  • Kamini : ce rappeur a profité d'Internet pour rendre célèbre son village natal de Marly-Gomont à travers un morceau de « rap rural » plus ou moins parodique, détaillant sa vie de jeune noir épris de rap urbain dans un petit village de campagne ; le contraste avec le contexte habituel du rap (quartiers populaires densément peuplés des grands centres urbains), et l'instrumentation rudimentaire, confèrent au morceau un caractère intentionnellement pittoresque et décalé. Des habitants du village apparaissent dans le videoclip amateur, bien que les paroles soient par endroits très acerbes (« Y a pas d'bitume là-bas c'est qu'des pâtures / Mais ça n'empêche que j'ai croisé pas mal d'ordures »). Jean-Pierre Pernault, cité dans la chanson, l'évoque dans son journal télévisé, ce qui contribue à accroître sa popularité.
  • Mickaël Vendetta : accède à la célébrité grâce à un blog où il expose sa vision de la vie en prônant la « bogossitude »[142].
  • 10 minutes à perdre : un collectif d'humoristes qui animait un site Internet présentant des informations insolites et des vidéos humoristiques. L'équipe du site a brièvement animé un programme court sur Canal+ en 2012, mais n'a pas rencontré son public à la télévision[143].
  • Nabilla avec son « Allô ? Nan mais allô quoi ? » issu de l'émission de télé-réalité Les Anges de la téléréalité sur NRJ 12 en . L'expression, déjà connue du jeune public, devient massivement utilisée[144] pour exprimer son incrédulité face à une situation jugée incongrue ou dénotant une inadéquation avec les normes sociales (comme dans la séquence d'origine où l'intéressée fustigeait une fille qui n'a pas de shampooing, selon elle aussi aberrante qu'une fille qui n'a pas de cheveux).
  • Meryem, invitée d'un épisode de l'émission de télévision C'est mon choix pour évoquer sa phobie des cafards, s'écrie en réponse à une moquerie : « Je suis pas venue ici pour souffrir ! OK ? »[145],[146],[147]
  • Antoine Daniel crée souvent des mèmes lors de ses émissions sur sa chaîne Youtube
  • Les Inrockuptibles relèvent en 2017 qu'Henry de Lesquen « est devenu une usine à mèmes, et l'emblème des jeunes d'extrême droite » sur Internet[148].
  • La Bajon dépasse les 100 millions de vues en 2018 avec ses nombreuses vidéos sur les réseaux sociaux.

Podcasts vidéo[modifier | modifier le code]

Les podcasts (nom utilisé par abus de langage en référence à l'i-Pod d'Apple) sont des vidéos dans lesquels une personne se filme et évoque avec humour un sujet quelconque. Les vidéastes Cyprien et Norman sont les pionniers dans ce domaine en France. De nombreux autres amateurs ont suivi cette mode.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christian Bale, icône virale du Net, 20minutes.fr, publié le 9 février 2009.
  2. Paul Phoenix, « 22 Minutes Of Non-Stop Arnold Schwarzenegger Quotes » (consulté le 11 décembre 2018)
  3. YTMNDfads, « YTMND Fad - Arnold » (consulté le 16 décembre 2018)
  4. Aboli Bibelot, « Arnold Schwarzenegger explains the basics of progressive resistance training » (consulté le 12 décembre 2018)
  5. CheckYourBuzz, « Depardieu / Ayrault : imbu à zéro, Poutine paie l'apéro » (consulté le 16 décembre 2018)
  6. idiosyncrazy1980, « Jean-Claude Van Damme, scène coupée de “JCVD”, « C'est quoi être aware ? » » (consulté le 11 décembre 2018)
  7. Volvo Trucks, « Volvo Trucks - The Epic Split feat. Van Damme (Live Test) » (consulté le 11 décembre 2018)
  8. (en-US) Barbara Chai, « How Volvo Created the Jean-Claude Van Damme ‘Epic Split’ Video », sur WSJ, (consulté le 11 décembre 2018)
  9. (en-US) « Watch Jean-Claude Van Damme do the splits between two Volvo trucks | Descrier News », sur Descrier, (consulté le 11 décembre 2018)
  10. bieri1979, « Chuck Norris `The Epic Christmas Split´ Between Two Moving Planes » (consulté le 11 décembre 2018)
  11. (en-US) Abby Ohlheiser, « 'We actually elected a meme as president': How 4chan celebrated Trump's victory », chicagotribune.com,‎ (lire en ligne, consulté le 22 mars 2017)
  12. « Issou, devenu star du Web malgré lui », leparisien.fr,‎ 2016-10-25cest07:00:00+02:00 (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  13. « Pourquoi Florian Philippot a collé la photo d'un acteur espagnol sous sa tasse? », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  14. « Après Mélenchon, Philippot fait de l’œil au forum de Jeuxvideo.com », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  15. BFMTV, « Batman: Marion Cotillard revient sur sa mort dans The Dark Knight Rises », BFMTV,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  16. (en-GB) « Star Wars Kid is top viral video », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  17. (de) « Kult-Meme: Die erstaunliche Wandlung des Angry German Kid », computerbild.de,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  18. (en-US) Juan Buis, « It's been twelve years since Numa Numa and viral videos suck now », The Next Web,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  19. « Mark Hicks », sur IMDb (consulté le 30 décembre 2017)
  20. (en) Will Wei, « WHERE ARE THEY NOW? "Afro Ninja" Picked Himself Up And Made A Movie Based On His Viral Video », Business Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  21. (en-US) « The Legend of Goddess Bunny, Hollywood's Forgotten, Disabled, Trans Art Star », Broadly,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  22. (en-US) « Ojai Valley Taxidermy Commercial Is The Perfect Local Ad (VIDEO) », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  23. (en) « 'Bed Intruder' Meme: A Perfect Storm of Race, Music, Comedy And Celebrity », NPR.org,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  24. (pt-br) « Catorze anos após o choque na Festa da Uva, jornalista Lasier Martins é eleito senador do Rio Grande do Sul », HuffPost Brasil,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  25. Mikael Lebleu, « YouTube: 10 ans de vidéos virales québécoises », sur journaldemontreal.com, (consulté le 30 décembre 2017)
  26. (en) « Eddy Malou », sur http://knowyourmeme.com (consulté le 13 février 2018)
  27. (en) Maurice Chittenden, « Harry and Charlie Davies-Carr: Web gets taste for biting baby », sur The Sunday Times, (consulté le 24 juin 2015)
  28. (en) « Meet YouTube's 224 million girl, Natalie Tran », sur news.com.au,
  29. (en-GB) « Randy Orton tweets approval of Dundee's 'RKO' celebration », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  30. (sk) « Tukabel, kupKANYE aj kapitán Danko: To najlepšie, čo sa šírilo slovenským internetom », Noizz.sk,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  31. (sk) Matúš Gavlák, « TUKABEL je hitom internetu, hviezdna Helena hovorí o súde », Noviny,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  32. Magali Moulinet, « Saltbae : le boucher turc qui enflamme le web en salant de la viande », sur o.nouvelobs.com,
  33. Sophie Evard, « «Salt bae», le boucher turc devenu star du web », sur lematin.ch,
  34. Sonia Devillers, « Le boucher qui hypnotise Instagram », sur franceinter.fr,
  35. Claire Levenson, « Ce boucher turc sensuel a plus d'un million de followers sur Instagram », sur slate.fr,
  36. « Comment un boucher turc est devenu une star sur Instagram », sur lexpress.fr
  37. (en) Josh Constine, « Instagram Superzoom records dramatic close-up videos », TechCrunch,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  38. (en) « Five-second 'Dramatic Chipmunk' video takes the Web by storm », CNET,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  39. (en-US) Alex Leo, « The Cutest Video Of All Time. Period. », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  40. « Pourquoi un bébé panda à Beauval ravirait tout le monde, même François Hollande », LExpress.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  41. (en) Naomi Lim, « MSNBC interrupts interview with Hillary Clinton for sneezing panda video », Washington Examiner,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  42. A. B. C. News, « 'Keyboard Cat' phenomenon spreads on Web, TV », sur ABC News, (consulté le 30 décembre 2017)
  43. (en-US) « Keyboard Cat falls victim to copyright law », sur LA Times Blogs - L.A. Unleashed, (consulté le 30 décembre 2017)
  44. « La Warner Bros traînée en justice à cause de Nyan Cat et Keyboard Cat », Clubic.com,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  45. (en-US) Neil Genzlinger, « Woofs and Meows Have It (at Least on Screens) », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  46. (en-US) Sam Leith, « You Are What You Meme - What Maru the cat says about us », Slate,‎ (ISSN 1091-2339, lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  47. Dwight Silverman, « Youth culture finding unity with online animations », Houston Chronicle,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  48. (en-GB) Jon Dennis, « Dancing badgers help Weebl's website win award », The Guardian,‎ (ISSN 0261-3077, lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  49. Olivier Mauco, « Top 5 des mèmes les plus cultes d'Internet », Atlantico.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  50. « Comment une vidéo devient-elle un phénomène Internet? », sur www.20minutes.fr (consulté le 30 décembre 2017)
  51. William Faivre, « Nyan Cat : Warner poursuivi en justice pour violation de droits d’auteur », 01net,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  52. (en-US) « 15 fascinating facts about Grumpy Cat », The Daily Dot,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  53. (en-US) « Wow this is doge », The Verge,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  54. (en-US) Adrian Chen, « Doge Is An Actually Good Internet Meme. Wow. », Gawker,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  55. Grégor Brandy (Journaliste), « Le « mème » Internet Doge est devenu une marque », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  56. (en-GB) « How Harambe the gorilla became an internet meme », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  57. « Le gorille Harambe, la triste histoire du mème de l'été », Slate.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  58. « Harcelé par des trolls, le zoo de Cincinnati décide de fermer son compte Twitter », (consulté le 5 septembre 2016)
  59. « Gabe the Dog, le chien musical, est mort », madmoiZelle.com,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  60. (en-US) « 'It is Wednesday, my dudes' is the perfect meme for Wednesday », The Daily Dot,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  61. « Serge le lama », sur Franceinfo (consulté le 28 avril 2018)
  62. (en-US) Maura Judkis, « ‘Gangnam Style’s’ invisible horse dance craze: Giddyup », sur Washington Post, (consulté le 30 décembre 2017)
  63. « Le "Gangnam Style" bientôt détrôné de sa première place ? », Ouest-France.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  64. « "Despacito", le nouveau tube qui bat le record de "Gangnam Style" », France Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  65. (en) How a Villager Became the Queen of All Media, Washington Post, publié le 19 avril 2009.
  66. Laurent Decotte, « À 25 ans, Mattrach est un « papy des YouTubeurs » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne)
  67. (en-US) « 'Numa Numa,' the world's first viral video, turns 13 », The Daily Dot,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  68. Sophian Fanen, « Mème mort, il trololo encore », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  69. « Eurovision : star du Net, «Epic Sax Guy» est de nouveau en lice cette année », La Parisienne,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  70. « Epic Sax Guy et son déhanché sont de retour à l'Eurovision », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  71. (en) « Rickroll », sur knowyourmeme.com
  72. (en-GB) Richard Alleyne, « Gummy Bear set to take Crazy Frog's mantle », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  73. « HEYYEYAAEYAAAEYAEYAA », sur www.youtube.com (consulté le 15 janvier 2019)
  74. http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/actualite/Secteur_France_Monde/2009/07/30/article_la-fausse-mort-d-amandine-du-38.shtml
  75. « Amandine du 38: cinq minutes pour faire une vidéo, cinq ans pour s'en remettre », Les Inrocks,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  76. « Amandine du 38 est revenue ! – L’Ultra-son #13 », OÜI FM,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  77. No One d'Alicia Keys interprétée par sœur Cristina Scuccia, 19 mars 2014, sur Youtube.
  78. Article sur tf1.fr Sœur Cristina Scuccia, cette nonne qui fait le buzz en Italie !
  79. (en) Lachlan Kanoniuk, « Darude on life as a meme: "I was weirded out at first" », sur inthemix, (consulté le 7 décembre 2015).
  80. « Drake's 'Hotline Bling' Video Inspired Some Incredible Dancing Memes », sur Time (consulté le 30 décembre 2017)
  81. (en) « The best 'Hotline Bling' Drake memes, from A to Z », USA TODAY,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  82. Joseph Earp, « 'Shooting Stars' meme blends epic fails with one electro track and it's taking over », sur Mashable (consulté le 21 mars 2017)
  83. (en) « Bag Raiders Are Chuffed 'Shooting Stars' Is A Meme, But Have No Clue Why », Pedestrian.TV,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2017)
  84. (en) « We Are Number One », Wikipedia,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2017).
  85. (en-US) « Click here to support Stefan Karl's Year of Healing by Mark Valenti », sur gofundme.com (consulté le 21 mars 2017)
  86. (en-US) « YouTubers Are Using Memes To Help The Robbie Rotten Actor Fight Cancer », We The Unicorns,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2017).
  87. Nadège El Ghomari, « Pen pineapple apple pen, la nouvelle chanson stupide de Kosaka Daimao qui fait un carton sur la toile », sur Le Huffington Post, (consulté le 29 avril 2017).
  88. (en-US) « This London rapper's fire catchphrases are an extremely good new meme », The Daily Dot,‎ (lire en ligne, consulté le 30 décembre 2017)
  89. « Facebook : après l’Ice Bucket Challenge, le Book Bucket Challenge », L'Obs, (consulté le 1er décembre 2016).
  90. (en) « Homepage », sur ALSA.org (consulté le 1er décembre 2016).
  91. « « Charlie Charlie challenge », le nouveau phénomène à la mode chez les ados », sur Midi Libre (consulté le 1er décembre 2016).
  92. « Défis du piment ou de la cannelle, drôles de succès aux États-Unis », sur L'Express, (consulté le 1er décembre 2016)'
  93. (en) « "Cinnamon challenge" dangerous to lungs, new report warns », sur CBNews, (consulté le 1er décembre 2016).
  94. « Condom Challenge Spreads Online », sur ABC News, (consulté le 1er décembre 2016).
  95. « Le Neymar Challenge, le défi qui ridiculise la star »
  96. AlloCine, « Bird Box » (consulté le 15 janvier 2019)
  97. « Bird Box Challenge : un premier accident aux Etats-Unis », sur Journal du Geek, (consulté le 15 janvier 2019)
  98. http://www.motivationalz.com/
  99. Demotivational posters sur Know Your Meme.com.
  100. (en) « Nom Nom: Why That Phrase (Or Nom, Or Noms) Gives Us The Creeps », sur HuffingtonPost (consulté le 17 janvier 2015).
  101. http://fr.urbandictionary.com/define.php?term=nom+nom+nom&defid=4226080
  102. (en) « Raptor Jesus », sur Know Your Meme
  103. (en) « Wikipedia: 20 articles earmarked for deletion », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  104. (en) « Happy Good Friday! (Here are some Jesus memes) », Metronews,‎ (lire en ligne)
  105. (en) « Naked Banana », Know Your Meme,‎ (lire en ligne, consulté le 21 mars 2017)
  106. « Up to Eleven », sur TV Tropes (consulté le 16 janvier 2019)
  107. (en) Steve Spalding, How To Explore Internet Memes, How to Split an Atom, 30 septembre 2007, (page consultée le 7 février 2010).
  108. Astrid Girardeau, Il mème un peu, beaucoup…, Écrans.fr, 13 avril 2008, (page consultée le 7 février 2010).
  109. David Q., Les parodies de 300 arrivent, Scifi-universe.com, 28 mars 2007, (page consultée le 7 février 2010).
  110. (en-GB) Patrick Smith, « 24: five ways Jack Bauer has changed television », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le 16 janvier 2019)
  111. (en) « List of films that most frequently use the word "fuck" », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  112. (en) « Movie lines ridiculously edited by TV censors », sur gizmodo.com, (consulté le 11 décembre 2018)
  113. idiosyncrazy1980, « Mr. T - Treat your mother right (ST Fr) » (consulté le 11 décembre 2018)
  114. stewmurray47, « CSI Miami - Endless Caruso One Liners » (consulté le 11 décembre 2018)
  115. cotis25, « Jim Carrey does David Caruso » (consulté le 11 décembre 2018)
  116. « Puts On Sunglasses / YEEEEAAAHHH », sur Know Your Meme (consulté le 11 décembre 2018)
  117. jiaimefprod, « 2003.08 "i did not move" drummond » (consulté le 16 décembre 2018)
  118. (en) Know your meme.
  119. (en) When Gamer Humor Attacks.
  120. http://www.waebo.com/google-do-a-barrel-roll-l-easter-egg-renversant.html
  121. (en) Know your meme.
  122. « Loss », Know Your Meme, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2018)
  123. Alexis Orsini, « YouTube, mème et jeux vidéo : Mélenchon ne gagnera peut-être pas l'élection, mais il a gagné le web », sur Numerama, (consulté le 29 avril 2017).
  124. « AH ! : L'application qui rend hommage à Denis Brogniart », sur DH.be, (consulté le 17 mai 2017).
  125. Les parodies d'Hitler retirées à la demande de Constantin Film.
  126. « Parodies d'Hitler : YouTube plaide le fair use », generation-nt.com,‎ (lire en ligne).
  127. http://www.madmoizelle.com/captain-obvious-13948
  128. http://blog.lefigaro.fr/hightech/2008/09/memoscopie-captain-obvious.html
  129. http://www.gamekult.com/forum/topic-dois-je-acheter-la-psp-550218n.html
  130. http://www.gamekult.com/forum/topic-dois-je-acheter-la-psp-550218n.html?p=16012562&viewfull=1#post16012562
  131. « Complement d'Enquete - Coucou, tu veux voir ma bite ? », sur www.youtube.com (consulté le 15 janvier 2019)
  132. MisterJDay, « LES PUBS SNCF : L'ANALYSE de MisterJDay », (consulté le 28 février 2016)
  133. JirayaTV, « PTDR T'ES QUI ? », (consulté le 30 janvier 2018)
  134. Damien Leloup, « Sexe, mensonges et vidéos : sur YouTube, débats autour du « drama » », sur Le Monde.fr, (consulté le 21 novembre 2017)
  135. « Epic Beard Guy dispenses righteous justice » (consulté le 11 décembre 2018)
  136. « Badass Grandpa », sur TV Tropes (consulté le 11 décembre 2018)
  137. dudeuter, « EAT DA POO POO » (consulté le 16 décembre 2018)
  138. Bart Baker, « Eat Da Poo Poo AUTOTUNE REMIX » (consulté le 16 décembre 2018)
  139. The Real FHRITP, « All 4 fuck her right in the pussy's ✔ » (consulté le 12 décembre 2018)
  140. « Math Podcast, youtubeur à succès épinglé pour plagiat », sur www.europe1.fr (consulté le 28 février 2016)
  141. Robin Korda, « Rémi Gaillard : un business tentaculaire mais pas si rentable », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 6 octobre 2016) :

    « Rémi Gaillard est un phénomène qui, de blagues potaches en impostures comiques, a réussi à fédérer une communauté impressionnante: quasiment six millions de fans sur Facebook, plus d'un milliard et demi de vidéos vues sur YouTube - c'est d'ailleurs le seul Français à atteindre un tel score, talonnant les vedettes américaines Rihanna ou encore Eminem. »

  142. Vendetta le paria, Paris Match, 10 février 2010.
  143. Clap de fin pour « 10 minutes à perdre », RTL, 30 juin 2013.
  144. « Le "Non, mais allô quoi ?" de Nabilla des "Anges" est en train de devenir culte ! Regardez » (consulté le 25 août 2015)
  145. « « Je suis pas venue ici pour souffrir ok ? » La réaction de la jeune femme face au buzz », sur Télé Loisirs, (consulté le 17 mai 2017).
  146. Coralie Vincent, « « Je ne suis pas venu ici pour souffrir », Meryem de C'est mon choix a déposé sa phrase ! », sur Closer, (consulté le 17 mai 2017).
  147. Khaled Freak, « JE SUIS PAS VENUE ICI POUR SOUFFRIR OK - POP (REMIX) » (consulté le 17 janvier 2019)
  148. Xavier Ridel, « Comment Henry de Lesquen est devenu l'emblème des jeunes d'extrême droite sur internet ? », sur lesinrocks.com, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]