Liste de personnes associées à la Seconde Guerre mondiale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Seconde Guerre mondiale.

Cet article contient :

  • dans la première section, une liste de listes de personnalités associées à la Seconde Guerre mondiale ;
  • dans les sections suivantes, des listes de personnes, par pays, associées à la même guerre.

Listes de personnalités[modifier | modifier le code]

Listes de personnes par pays[modifier | modifier le code]

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

  • Jan Smuts, (1870-1950), maréchal, héros de la guerre des Boers, ami personnel de Churchill (qui jeune officier, fut son prisonnier) depuis cette époque. Chef des nationalistes afrikaners. Premier ministre de l'Union sud-africaine.
  • John Vorster

Albanie[modifier | modifier le code]

  • Enver Hoxha, (1908-1985), militant et résistant communiste, s'impose comme le chef du PC albanais durant la guerre avec le soutien de Tito et du PC yougoslave dont il est proche à l'époque.

Allemagne[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Autriche[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

Birmanie[modifier | modifier le code]

Brésil[modifier | modifier le code]

  • Getúlio Vargas, (1883-1954), président des États-Unis du Brésil depuis le début des années 1930, chef des libéraux à l'origine, réformateur et interventionniste, il impose un régime autoritaire et corporatiste à son pays dès cette époque. Proche idéologiquement des fascismes, il ne s'engage pas moins dans la guerre au côté des alliés à la demande de Roosevelt dès 1942. Constitue une alliance informelle avec l'Argentine du colonel Peron et les États du Bloc ibérique (Portugal, Espagne) pour contrer l'influence des anglo-saxons.

Bulgarie[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Danemark[modifier | modifier le code]

Égypte[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

  • Francisco Franco, (1892-1975), militaire espagnol, généralissime des "forces nationales" pendant la guerre d'Espagne en 1936, président de la Junte de Défense nationale ("Junte de Burgos"), chef du gouvernement "national" et chef de l'État espagnol par interimdepuis 1937. Il se fait également désigner Chef national de la Phalange national-syndicaliste qu'il liquide politiquement dans les faits. Il proclame un « État totalitaire » après son entrée à Madrid en 1939 qui met fin de fait à la République espagnole. Bien que soutenue par les puissances de l'Axe pendant la guerre civile, il ne parvient pas à un accord avec celles-ci et constitue le « Bloc ibérique » avec Salazar pour prévenir une éventuelle opération dans la péninsule. Après la guerre, victime de l'embargo des alliés, il durcit son régime et se rapproche de l'Argentine du général Peron. La guerre froide met fin à son isolement, mais il se refuse volontairement à donner une constitution claire à l'État espagnol qui depuis 1947 est redevenu un royaume dont il est le régent à vie, jusqu’à sa mort en 1975.

États-Unis[modifier | modifier le code]

Éthiopie[modifier | modifier le code]

Finlande[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Grèce[modifier | modifier le code]

Hongrie[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Irak[modifier | modifier le code]

Irlande[modifier | modifier le code]

Italie[modifier | modifier le code]

Japon[modifier | modifier le code]

Malte[modifier | modifier le code]

Mandchourie[modifier | modifier le code]

Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

Norvège[modifier | modifier le code]

Palestine[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Philippines[modifier | modifier le code]

Pologne[modifier | modifier le code]

Portugal[modifier | modifier le code]

  • António Salazar, président du Conseil des ministres de la République portugaise et dictateur de fait de ce pays depuis la fin des années 1920. Sympathisant de l'Axe sur le plan idéologique, en particulier du fascisme corporatiste de Mussolini, mais officiellement "neutre" durant toute la guerre; il aide en réalité discrètement les alliés pour des raisons d'ordre économique et géopolitique : le Portugal étant depuis le XVIIIe siècle un satellite économique de la Grande-Bretagne et puis du Royaume-Uni; constitue au début de la guerre avec l'Espagne du gouvernement nationaliste du général Franco, le "Bloc ibérique" destiné empêcher une intervention brutale des forces belligérantes dans la péninsule (en particulier risque de coup de force allemand sur Gibraltar) et à préserver la neutralité officielle de celle-ci.
  • Aristides de Sousa Mendes, consul à Bordeaux en 1940, connu pour avoir sauvé de nombreux juifs pourchassés par les forces nazies en leur distribuant des passeports portugais malgré les instructions du président Salazar.Destitué et rayé des cadres par celui-ci pour faute disciplinaire.

Roumanie[modifier | modifier le code]

  • Ion Antonescu, (1882-1946), général de la Première Guerre mondiale, maréchal, président du Conseil du Royaume de Roumanie en 1940, devenu pro-allemand surtout par crainte de l'influence soviétique (annexion de la Bessarabie en 1939), dictateur militaire de fait du pays, surnommé le "conducator", s'appuie sur les anciens militants du mouvement national-socialiste et orthodoxe intégriste de la "Légion de l'Archange Saint-Michel" et de la Garde de fer, fait destitué le roi Carol, s'aligne sur l'Allemagne et intègre les forces de l'Axe en 1941 contre l'Union soviétique. Destitué par le roi Michel en 1944. Exécuté en 1945.
  • Michel Ier de Roumanie (1921-...), dernier souverain du royaume
  • Mihai Antonescu (1904-1946), vice-président du conseil (sans lien de parenté avec Ion Antonescu)
  • Horia Sima (1907-1993), chef de la Garde de fer

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Suède[modifier | modifier le code]

Tchécoslovaquie[modifier | modifier le code]

Tunisie[modifier | modifier le code]

Turquie[modifier | modifier le code]

Union Soviétique[modifier | modifier le code]

Yougoslavie[modifier | modifier le code]

Viêt Nam[modifier | modifier le code]