Liste de forts, fortifications, citadelles et places fortes en Afrique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Liste de forts, fortifications, citadelles et places fortes en Afrique

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

Un blockhaus près de Wolseley en Afrique du Sud. Ces constructions avaient pour vocation la surveillance des voies de communication contre les raids boers en 1901-1902

Fort de Daspoortrand[modifier | modifier le code]

Algérie[modifier | modifier le code]

Wilaya d'Adrar[modifier | modifier le code]

  • Fort Flatters à Temassinine.

Wilaya d'Alger[modifier | modifier le code]

Wilaya d'Annaba[modifier | modifier le code]

  • La citadelle, fort des suppliciés et les vestiges du rempart de la ville Fortif. /Mod
  • Fort de la cigogne
  • Pointe de la pescarde (ex. fort Turc)
  • Sour Ethakana el Kadiùm

Wilaya de Béjaïa[modifier | modifier le code]

  • Fort de la Casbah
  • Fort Moussa-Barral
  • Fort Abdelkader
  • Fort Gouraya
  • Fort Clausel
  • Fort Lemercier
  • Tour Doriac
  • Blockaus Doriac
  • Remparts Hammadites (médiévale)
  • Fort de la Casbah (médiévale)
  • Restes de l’enceinte fortifiée de la Porte Fouka(médiévale)
  • Citadelle des Zianides dénommée Lassouar (El- Kseur)
  • Kalâa des Béni Abbés

Wilaya de Tipaza[modifier | modifier le code]

  • Fort Génois
  • L’ensemble de l’enceinte Romaine

Wilaya de Guelma[modifier | modifier le code]

  • Citadelle de Guelma
  • Mur d’Époque Byzantine (Tébessa)

Wilaya de Jijel[modifier | modifier le code]

  • Fort Duquesne

Wilaya de Mostaganem[modifier | modifier le code]

  • Fort Et –Tork (fort de l’Est)(Mostaganem)

Wilaya de M'sila[modifier | modifier le code]

  • Ksar de la Médina de Bou-Saâda, architecture vernaculaire en terre qui date du 8 eme siècle ( Bou-Saâda)
  • Kalâa des Benû Hammad,, 1007 (commune de Maâdid, M'sila)
  • .Fort Cavaignac, fortification militaire Française (Bou-Saâda)

Wilaya d'Oran[modifier | modifier le code]

Oran[modifier | modifier le code]

  • Fort de Santa-Cruz (Oran). 35° 42′ 33,09″ N, 0° 39′ 54,81″ O
  • Fort Lamoune. Construit par les espagnols au XVIIe siècle, siège de la Ve région maritime au temps de la présence française, il est devenu ensuite une boite de nuit. Aujourd'hui occupé par la Gendarmerie algérienne. 35° 42′ 48,89″ N, 0° 39′ 24,14″ O
  • Fort de Saint Grégoire ou batterie. Construit par les Espagnols au XVIIe siècle, sous le règne du roi Philippe II, avec huit canons, il est pris par les turcs en 1708 et les français en 1830 qui l’utilisent un temps comme prison militaire. En 1940, elle est équipée de quatre canons de 95 mm Mle 1888. Aujourd'hui il est totalement abandonné. 35° 42′ 22,26″ N, 0° 39′ 01,97″ O
  • Château-Neuf. Le plus ancien château-fort d'Oran. Construit au XIVe siècle, il existe donc déjà lors de la conquête de la ville par les Espagnols qui le nomment Rosalcazar, de son nom en arabe de Bordj el Ahmar (fort rouge), et l'agrandissent. À la chute de la ville en 1708, il devient résidence du bey d'Oran puis celle des autorités militaires françaises après la conquête. Il est aujourd'hui en déshérence totale. 35° 42′ 37,99″ N, 0° 39′ 36,15″ O
  • Fort Saint André ou Fort-Neuf. Construit par les Espagnols en 1693 sur un emplacement qui commande les accès à Oran depuis l'est, il est alors, avec trente six canons, le fort de la place d'Oran le mieux armé. Détruit par une explosion de la poudrière en 1769. Remis en état par les Français il sert de caserne, notamment aux Spahis. Occupé ensuite par l'armée algérienne, il semble aujourd'hui en mauvais état. 35° 41′ 53,63″ N, 0° 39′ 10,16″ O
  • Fort Saint Philippe. Construit en 1557-1558, il est détruit en 1708 après la prise de la ville par le Bey turc Mustapha Ben Youssef. Entièrement rasé par l'armée algérienne au début des années 1970. 35° 41′ 37,45″ N, 0° 39′ 24,16″ O
  • Réduit Santa Barbara ou Sainte Barbe. Était situé sur la muraille, entre Rosalcazar et le fort Saint-André.
  • Fort Sainte-Thérèse. 35° 42′ 25,65″ N, 0° 38′ 34,045″ O approximativement
  • Fort Saint Louis. Était situé dans l'enceinte du fort Saint-André, vers l'est. Sa position exacte est inconnue.
  • Fortin de Santiago. Était situé sur les pentes de Santa-Cruz. Sa position exacte est inconnue.
  • Fortin Saint Pedro. Était situé à l'est du fort Saint-André et au sud de la vieille casbah d'Oran. Sa position exacte est inconnue.
  • Forteresse Saint Pierre
  • Vieux Fort

Mers el-Kébir[modifier | modifier le code]

Wilaya de Skikda[modifier | modifier le code]

  • Fort de France (puis Philippeville, puis Skikda)
  • Fort d'El Kantara

Wilaya de Tizi-Ouzou[modifier | modifier le code]

  • Fort Napoléon, ensuite Fort national
  • Le fort de Sabaou ou Bordj de Tizi-ouzou Fortification (Tizi-ouzou)

Wilaya de Tlemcen[modifier | modifier le code]

  • El Mechouar
  • Rempart de la Casbah Nedroma)
  • Reste de fortification Bordjs et autres ouvrages dépendant des fronts Sud et Ouest
  • Fortifications/Med (Mansourah) remparts Mérinides, l’enceinte se développe sur 4000m.
  • Enceinte en pise de Mansourah et ruines de la Macalla (Mansourah)
  • Casbah Oued Koriche

Les forts du Sahara[modifier | modifier le code]

Les premiers forts[modifier | modifier le code]

Les grands forts d'arrêt[modifier | modifier le code]

Les bordjs relais de la piste entre Ghardaïa et El-Goléa[modifier | modifier le code]

Les six fortins ont été construits entre 1892 et 1896, après la prise d'El-Goléa, pour sécuriser les liaisons entre les deux villes:


Bordjs des oasis du Gourara, du Touat et du Tidikelt[modifier | modifier le code]

Bordjs construits après la prise d'In-Salah (décembre 1899) pour contrôler les oasis, jusqu'alors sous la suzeraineté de l'empire Chérifien[1] :

Bordjs du Sud Oranais[modifier | modifier le code]

Postes défensifs et bordjs construits après la conquête des oasis pour assurer le contrôle des liaisons jusqu'à Timimoun dans les territoires revendiqués par le Maroc :


  • Tindouf [2]:
    • Bordj Laridon, sur les bords de la cuvette entourant Tindouf.
    • Bordj Ressot (1935), au centre de Tindouf.
    • Bordj du BILA (1955), du nom du 3e bataillon d'infanterie légère d'Afrique qui l'occupe à sa création. Construit aussi sur les bords de la cuvette entourant Tindouf.

Sahara des Touaregs[modifier | modifier le code]

Les derniers forts[modifier | modifier le code]


  • Fort Carcouet, près de fort Thiriet, au nord de Ghadamès (Libye)
  • Bordj de Marabsen ou de Mereksen (bordj de l’est Saharien).

Autres forts d'Algérie[modifier | modifier le code]

  • Fort d'El Kantara
  • Citadelle de Sétif Fortif. /Ant (Sétif)
  • Citadelle Bouatfane Fortif. /Ant. (Ain El Arbi)
  • Remparts en terre avec ses créneaux ruines concernant l’émir Abdelkader Fortif./Mod (Sidi-Kada)
  • Remparts Romains et Cimetière Punique Fortif. Et Mon.Fun/Ant (Hadjout)
  • Remparts de Beni Isguen Fortif./ Med.
  • Kalaa des béni Hamad

Bénin[modifier | modifier le code]

  • Fort de Ouidah N.6.21,31.87..E.2.05,24.15

République démocratique du Congo[modifier | modifier le code]

Nombreuses fortifications disparues ou en ruines. Voir notamment Campagnes de l'État indépendant du Congo contre les Arabo-Swahilis et Paul Costermans

République centrafricaine[modifier | modifier le code]

Gambie[modifier | modifier le code]

Ghana[modifier | modifier le code]

  • Fort Groß Friedrichsburg, Princess Town
  • Fort de Cape Coast
  • Fort Saint Anthony, Axim
  • Fort Batenstein, Butre
  • Fort William, Anomabu
  • Fort Saint Sebastian, Shama
  • Fort São Jorge da Mina, Elmina
  • Fort St Jago, Elmina
  • Fort Metal Cross, Dixcove

Kenya[modifier | modifier le code]

Libye[modifier | modifier le code]

Madagascar[modifier | modifier le code]

  • Fort-Dauphin, puis Tolanaro

Mali[modifier | modifier le code]

  • Fort Pierre Bordes (Tin-Zaouaten)

Maroc[modifier | modifier le code]

  • Tanger, enceinte urbaine
  • Fort de mirhleft n .29.34.4323/w.10.01.33.17
  • Fort oued noun n.29.05.29.07/ w 10.19.58.93
  • Fort aoreora n.28.50.26.35/w 10.50.35.67
  • Fort tafindilt.n.28.32.34.08/w.10.59.09.46
  • Fort dra.n.28.30.06.73/w10.40.37.90
  • Fort de aouinet torkoz.n.28.28.20.81/w 9.51.20.35

sahara occidental

  • Casa del Mar, ancien SHARA ESPAGNOL
  • Fort chacal.n.27.01.35.02/w.13.03.09.16

République Islamique de Mauritanie[modifier | modifier le code]

Vestige des murs de Dufile (Ouganda)

Niger[modifier | modifier le code]

Ouganda[modifier | modifier le code]

São Tomé[modifier | modifier le code]

  • Fort São Sebastião

Sénégal[modifier | modifier le code]

Tchad[modifier | modifier le code]

  • Fort-Lamy
  • Fort de Zouar

Tunisie[modifier | modifier le code]

  • Fort M'Chad Salah
  • Fort Garet Saber
  • Fort Jneïn
  • Bordj Lebœuf, devenu Bordj Bourguiba après l'indépendance de la Tunisie.

Zimbabwe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Roger Delerive, Forts sahariens des territoires du Sud, Geuthner, 1991, p. 99.
  2. Serge Douceret, Les morsures de l'Ouarkziz - Souvenirs d'un séjour dans les Bat d'Af, 2008, p. 17.
  3. Unesco, Patrimoine mondial: Liste indicative n° 4004, Le Tata (palais fortifié) du Sultan Sénoussi, 11 avril 2006

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La carte Colomb-Bechar (NH-30-3) de l'armée américaine, publiée en 1956, situait ce fort en territoire Marocain [1].
  2. La carte Colomb-Bechar (NH-30-3) de l'armée américaine, publiée en 1956, situait cette ville en territoire Marocain [2].
  3. La carte Colomb-Bechar (NH-30-3) de l'armée américaine, publiée en 1956, situait ce fort en territoire Marocain [3].
  4. La carte Colomb-Bechar (NH-30-3) de l'armée américaine, publiée en 1956, situait cette ville en territoire Marocain [4].
  5. Pour des photos, voir : http://www.idoumou.com/fort-gouraud-en-1965
  6. Pour des photos, voir : http://www.idoumou.com/fort-trinquet-1959

Voir aussi[modifier | modifier le code]