Liste d'organisations nationalistes blanches

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Cet article fournit une liste d'organisations nationalistes blanches, non exhaustive, classé par pays et continents. C'est-à-dire d'organisations qui prônent une idéologie politique qui définit l'identité nationale sur la race blanche, en opposition au multiculturalisme.

Afrique[modifier | modifier le code]

Afrique du Sud[modifier | modifier le code]

Amérique[modifier | modifier le code]

Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Canada[modifier | modifier le code]

États-Unis[modifier | modifier le code]

Amérique du Sud[modifier | modifier le code]

Argentine[modifier | modifier le code]

Brésil[modifier | modifier le code]

  • Neuland (New Land), un groupe néonazi violent actif depuis la fin de la première décennie du XXIe siècle[11]

Chili[modifier | modifier le code]

Uruguay[modifier | modifier le code]

  • Orgullo Skinhead, le National Revolutionary Front of Uruguay et Poder Blanco étaient trois organisations néonazies actives à la fin des années 1990 et au début des années 2000[12].

Europe[modifier | modifier le code]

Allemagne[modifier | modifier le code]

Belgique[modifier | modifier le code]

  • Sang-Terre-Honneur et Fidélité, un groupe néonazi flamand, fondé en 2004 d'une scission de la branche flamande de l'organisation internationale de skinheads nazis, Blood and Honour. BBET se fait connaître du public en septembre 2006, après que 17 membres, dont 11 militaires, ont été arrêtés en raison des lois anti-terroristes et celles contre le racisme, l'antisémitisme et le négationnisme de décembre 2003. Selon la ministre de la Justice Laurette Onkelinx et le ministre de l'Intérieur Patrick Dewael, les suspects étaient en train de préparer des attaques terroristes pour « déstabiliser la Belgique ».

Bosnie-Herzégovine[modifier | modifier le code]

Espagne[modifier | modifier le code]

Catalogne[modifier | modifier le code]

France[modifier | modifier le code]

Grèce[modifier | modifier le code]

  • Aube dorée (en grec moderne : Λαϊκός Σύνδεσμος – Χρυσή Αυγή), un parti politique néonazi présent au parlement. Son discours s'articule notamment autour de thèmes irrédentistes (Épire du Nord, Chypre, conflit de la mer Égée), xénophobes, souverainistes, natalistes, partisans du « droit du sang », avec entre autres pour slogan « Pour une Grèce qui appartiendra aux Grecs » (Για μια Ελλάδα που θα ανήκει στους Έλληνες). Le parti fut membre du Front national européen.

Norvège[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

  • Dutch Peoples-Union (en), En raison de ses nombreux appels à la réhabilitation des criminels de guerre condamnés suite a la Seconde Guerre mondiale et le port de costumes SS lors de manifestations, il est considéré parmi les plus extrêmes partis politiques de l’extrême droite néerlandaise. Le parti aspire à une fusion des Pays-Bas avec la Flandre et l'Europe des patries.

Portugal[modifier | modifier le code]

  • Parti national rénovateur (portugais : National Renovator Party), un parti politique nationaliste d'orientation politique proche de celle du Front national en France. Il a comme slogans Travail et Nation et Le Portugal aux Portugais.

Roumanie[modifier | modifier le code]

  • Garde de fer (en roumain : Garda de Fier), un mouvement nationaliste qui exista dans le royaume de Roumanie entre 1927 et le début de la Seconde Guerre mondiale.
  • Noua Dreaptă, un parti politique néo-fasciste, irrédentiste et ultra-orthodoxe, se réclamant nationaliste et patriote. Particulièrement en pointe dans la lutte contre l'homosexualité, il se réclame des idéaux de la Garde de fer et du mouvement légionnaire de la Roumanie de l'entre-deux-guerres.

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Russie[modifier | modifier le code]

Serbie[modifier | modifier le code]

  • Alignement national, une organisation néonazie qui a organisé des manifestations antisémites en 2005. Dix-huit de ses membres éminents ont été arrêtés et ont été condamnés à de longues peines de prison.

Suède[modifier | modifier le code]

Océanie[modifier | modifier le code]

Australie[modifier | modifier le code]

Nouvelle-Zélande[modifier | modifier le code]

Iran[modifier | modifier le code]

  • SUMKA, un groupe néonazi iranien que l'on connu aussi sous le nom Hezb-e Sosialist-e Melli-ye Kargaran-e Iran ou groupe National-socialiste des Travailleurs d'Iran.
  • Ligue aryenne, un parti politique néo-nazi

Médias[modifier | modifier le code]

Site et forums internet[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kitchener: White supremacist group's sign yanked, Liz Monteiro, Torstar News Service, The Cambridge Reporter, page A3, 19 avril 2001
  2. White supremacist group's road adoption raises ire of Waterloo resident, Canadian Press, 17 avril 2001
  3. Down into the darkness: Matt Lauder's inside look at Canada's racist groups wasn't pretty par Eric Volmers, Guelph Mercury, 19 mars 2005
  4. Kirk Makin, « Racists, crusader stuck in a hate-hate relationship », The Globe and Mail,‎ , A.3 (ISSN 0319-0714) :

    « Mr. Warman traces his activism to a human-rights tribunal he happened to attend in 1991 that targeted the neo-Nazi Heritage Front. »

  5. Joseph Brean, « Scrutinizing the human rights machine », National Post, (consulté le 22 mars 2008)
  6. « The National Socialist Party of Canada: », Nspcanada.nfshost.com (consulté le 6 octobre 2013)
  7. Racist accused of threatening Jews, Muslims, CBC News, Canadian Broadcasting Corporation, 3 octobre 2001
  8. 2002 Interim Audit of Antisemitic Incidents, B'nai Brith Canada, 2002
  9. Anti-hate lawyer to speak on campus, Kaila Simoneau, Faculty of Arts News, University of Alberta, 14 juin 2005
  10. AMEUR, Farid, Le Ku Klux Klan, Larousse, 2009 – p.119
  11. « Brazil Sets up anti-neo-Nazi commission: », Thephora.net, (consulté le 6 octobre 2013)
  12. United Nations High Commissioner for Refugees, « Refworld Refugee Decision Support—Neo-Nazi activity in Uruguay: », Unhcr.org (consulté le 6 octobre 2013)
  13. Josep Anglada, la sonrisa de la extrema derecha. Público, 14/01/2010.
  14. ¿Podría ser la decisión en Vic una primera victoria de la extrema derecha?. Informativos Telecinco, 15/01/2010.
  15. Josep Anglada, el ultraderechista que crece en Vic. El Plural, 24/01/2010.
  16. Cónclave ultraderechista para lanzar la campaña del xenófobo Anglada. El Mundo, 13/03/2010.
  17. La ultraderecha capitaliza el rechazo a una mezquita en Premà del Mar. ABC, 18/05/2002.
  18. El ultraderechista Anglada propone prohibir el velo musulmán en Vic. El País, 24/01/2007.
  19. La extrema derecha busca un nuevo Sáenz de Ynestrillas para aglutinar el voto 'ultra'. El Confidencial, 3/06/2008.
  20. El ultraderechista Partit per Catalunya decide presentarse a las elecciones al Parlament. La Vanguardia, 13 de febrero de 2010.
  21. Plataforma per Catalunya invita a la ultraderecha flamenca y a la Liga Norte italiana en su congreso. Europaress, 17 de noviembre de 2007.
  22. La ultradreta se n’aprofita. Avui, 14 de enero de 2010.
  23. Le Bloc identitaire aux régionales
  24. « Mieux connaître les Identitaires, « Êtes-vous un parti politique ? », sur bloc-identitaire.com. « Le mouvement identitaire n'est pas qu'un parti politique. Les Identitaires, c'est bien plus qu'un parti. C'est un réseau, c'est une communauté. »
  25. dossier extrême droite radicale - Unité radicalecréation : juin 1998, dissolution : décret du 6 août 2002, origine : Unité Radicale est issu de la fusion de deux mouvances : Nouvelle Résistance/Jeune Résistance/Union des Cercles Résistance, Groupe Union Défense (GUD). Unité Radicale a en outre attiré des dissidents d'autres groupuscules d'extrême droite radicale (Œuvre française, PNFE : Parti nationaliste français et européen) « critiquant l'inaction, le folklorisme et le passéisme de leurs ex-organisations ». successeurs : Bloc identitaire/Jeunesses identitaires (Fabrice Robert, Guillaume Luyt/Philippe Vardon), Réseau radical (Christian Bouchet)
  26. « Blood & Honour International - World Wide Blood & Honour Movment », Bloodandhonour.com, (consulté le 6 octobre 2013)
  27. PYL Official website (Defunct)
  28. a et b « Behind the Gunfire » (consulté le 4 juin 2009)