Liste d'objets du Système solaire situés à un point de Lagrange

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Un schéma montrant la position des cinq points de Lagrange d'un système à deux corps.

Voici une liste d'objets (astéroïdes, sondes spatialesetc.) du Système solaire qui ont occupé, occupent ou devraient occuper l'un des cinq points de Lagrange d'un système de deux objets célestes.

Les points L4 et L5, de par leur stabilité, peuvent naturellement attirer ou maintenir longtemps des objets. Les points L1, L2 et L3, étant instables, ne peuvent pas forcément maintenir longtemps des objets, mais peuvent être utilisés par des missions spatiales, avec des corrections d’orbite.

Soleil - Terre[modifier | modifier le code]

L1[modifier | modifier le code]

Le point de Lagrange L1 est situé à environ 1 500 000 km de la Terre en direction du Soleil.

L2[modifier | modifier le code]

Le point de Lagrange L2 est situé à environ 1 500 000 km de la Terre dans la direction opposée au Soleil.

  • Sondes actuelles :

L3[modifier | modifier le code]

Le point de Lagrange L3 est situé de l'autre côté du Soleil par rapport à la Terre, légèrement au-delà de l'orbite terrestre. Caché par le Soleil, il est inobservable depuis la Terre. Actuellement, on ne connait aucun objet situé à cette position.

L4[modifier | modifier le code]

Le point de Lagrange L4 est situé sur l'orbite terrestre, en avance de 60° par rapport à la Terre.

L5[modifier | modifier le code]

Le point de Lagrange L5 est situé sur l'orbite terrestre, en retard de 60° par rapport à la Terre. Il semble abriter des nuages de poussières[réf. nécessaire].

Par le passé[modifier | modifier le code]

Si on accepte l'hypothèse de formation de la Lune après collision entre la proto-Terre et un objet appelé par convention Théia, le plus probable est que Théia se trouvait en L4 ou en L5. Une telle position lui aurait permis d'avoir une position stable pour accumuler de la masse, jusqu'à ce que l'effet de la gravité des autres planètes déloge Théia de cette position stable, provoquant la collision[2].

Terre - Lune[modifier | modifier le code]

L2[modifier | modifier le code]

L4[modifier | modifier le code]

L5[modifier | modifier le code]

Soleil - Mars[modifier | modifier le code]

L4 (1)[modifier | modifier le code]

L5 (8)[modifier | modifier le code]

Soleil - Jupiter[modifier | modifier le code]

L4[modifier | modifier le code]

L5[modifier | modifier le code]

Saturne - Téthys[modifier | modifier le code]

L4[modifier | modifier le code]

L5[modifier | modifier le code]

Saturne - Dioné[modifier | modifier le code]

L4[modifier | modifier le code]

L5[modifier | modifier le code]

Soleil - Uranus[modifier | modifier le code]

L4[modifier | modifier le code]

Soleil - Neptune[modifier | modifier le code]

L4[modifier | modifier le code]

Source : Minor Planet Center.

L5[modifier | modifier le code]

Source : Minor Planet Center.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Martin Connors, Paul Wiegert et Christian Veillet, « Earth’s Trojan asteroid », Nature, vol. 475,‎ , p. 481–483 (DOI 10.1038/nature10233).
  2. (en)Do gravity holes harbour planetary assassins?, newscientist.com.
  3. (en) Lagrange Points (site de John Baez).