Jean-Baptiste Lislet Geoffroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lislet Geoffroy)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Geoffroy.
Jean-Baptiste Lislet Geoffroy
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Mère
Autres informations
Date de baptême
Membre de

Jean-Baptiste Lislet Geoffroy, né le [1],[2] à Saint-Pierre de La Réunion et mort le [1] ou 8 février 1838[3] à Port-Louis, aujourd'hui capitale de Maurice) est un scientifique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean-Baptiste Lislet Geoffroy est le fils d'une esclave, Niama, princesse de Galam (Sénégal), et de Jean-Baptiste Geoffroy, ingénieur installé à Bourbon, homme des Lumières éduqué et libéral[3]. Sa mère est affranchie le jour de son baptême, le [3], ce qui permet à Lislet de naître libre, et il est adopté par la suite par son père biologique, qui pourra ainsi lui donner son nom. Cette procédure s'explique par les difficultés imposées par le code noir à un maître pour affranchir et reconnaître ses propres enfants issus d'une queue. Lislet Geoffroy reçoit de son père une solide éducation, en particulier en latin, algèbre et géométrie[3].

Au cours de l'année 1771, Jean-Baptiste Lislet Geoffroy sert de guide à Philibert Commerson dans la région du Piton de la Fournaise, où ils observent la faune et la flore.

Par la suite, il se fait astronome, botaniste, cartographe et géologue, ce qui lui vaut de devenir le premier ressortissant des colonies à devenir correspondant de l'Académie des sciences le 23 août 1786[3]. Un an plus tard, alors qu'il a 32 ans, il obtient la commission d'ingénieur géographe. Il s'applique alors à cartographier les îles de l'océan Indien, des Seychelles à Madagascar.

Lorsque les Britanniques prennent l'île Bourbon au début du XIXe siècle, Lislet Geoffroy est chargé de leur transmettre le pouvoir. Comme il est apprécié d'eux, il devient finalement citoyen britannique.

Hommage[modifier | modifier le code]

A sa mort, l'abolitionniste français François-André Isambert, lui rendit hommage en déclarant à la Chambre des députés qu'il a "honoré les races de couleur en même temps que l'humanité".

Le Port de Saint-Pierre de La Réunion n'ayant pas de nom, fut nommé après sa rénovation Port Lislet Geoffroy (2002-2003)[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Lislet Geoffroy, Jean Baptiste (1755-1836), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 20 octobre 2016)
  2. La date du , trouvée dans les sources, est a priori celle de son baptême
  3. a, b, c, d et e Christian Landry, Biographie du scientifique, Association des Professeurs d'Histoire et Géographie de La Réunion
  4. Source Clément Duret

Liens externes[modifier | modifier le code]