Liselotte Herrmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Herrmann.
Liselotte Herrmann
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Lieu de travail
Formation
Activité
Militante politiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Walter (fils)
Père
Richard Herrmann
Mère
Elise Fänger Herrmann
Autres informations
Parti politique
Stuttgart Lilo Herrmann-Gedenkstein-13 020.jpg

plaque commémorative

Liselotte Herrmann, née le [1] à Berlin et morte guillotinée le à Plötzensee[2], est une militante communiste allemande, résistante au Troisième Reich, notamment connue en République démocratique allemande pour ses actions contre le fascisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Liselotte nait dans une famille aisée et tolérante. En 1915 elle entre dans un lycée privé de Berlin[3]. Adolescente, elle rejoint la Jeunesse communiste et étudie la biologie à Berlin après avoir étudié la chimie et travaillé comme assistante dans un laboratoire. En 1933, elle est renvoyée ainsi que 111 autres étudiants, de l'université de Friedrich-Wilhelm à cause de son appartenance au KPD qu'elle a rejoint en 1931. Après la naissance de son fils en 1934, elle travaille à Stuttgart dans le bureau d'études de son père sous un faux nom et participe aux activités clandestines des communistes. Jeune étudiante communiste et jeune mère, elle proteste ouvertement contre la prise du pouvoir par Hitler, ce qui lui vaut son renvoi de l'université de Berlin. Elle s'installe alors dans le Wurtemberg et participe à différentes actions de résistance. Avec des amis, elle parvient à faire passer à l'étranger des informations sur le réarmement national-socialiste.

En décembre 1935, elle est arrêtée par la Gestapo, qui trouve chez elle les plans d'une entreprise d'armement, destinés à être transmis à l'étranger [4]. Après un an et demi de garde à vue, Liselotte Herrmann est condamnée à mort le par le Volksgerichtshof[5] avec deux de ses camarades de combat pour « préparatifs en vue d'actes de haute trahison avec circonstances aggravantes ». Elle est exécutée le à la prison de Berlin-Plötzensee, malgré des protestations du monde extérieur notamment parce qu'elle était mère d'un jeune garçon. Elle est la première mère exécutée sous le IIIe Reich. Elle laisse derrière elle son fils, Walter, qui sera élevé par les parents de Liselotte.

Hommage[modifier | modifier le code]

Depuis 2008, un stolperstein placé devant la maison où habitait Liselotte Herrmann rappelle qu'elle a été arrêtée en ce lieu[4].

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « German Resistance Memorial Center - Biographie - Liselotte Hermann », sur GDW-BERLIN (consulté le 5 octobre 2016)
  2. Le livre mémorial de Plözensee page 22
  3. (de) Karl-Heinz Jahnke, Ermordet und ausgelöscht : zwölf deutsche Antifaschisten, Freiburg (Breisgau), Ahriman-Verl., (lire en ligne), p. 34.
  4. a et b (de) Lothar Letsche, « Im Widerstand gegen die Kriegsvorbereitungen der Nazis - Die Berliner Studentin Lilo Herrmann », sur hu-berlin.de, (consulté le 2 mars 2018).
  5. Le mémorial de Plötzensee p. 22