Lisa Gastoni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lisa Gastoni
Description de cette image, également commentée ci-après

Lisa Gastoni

Nom de naissance Elisabetta Gastone
Naissance (80 ans)
Drapeau de l'Italie Alassio, Ligurie, Italie
Nationalité Drapeau de l'Italie Italienne
Films notables Grazie zia, Amore amaro

Lisa Gastoni, née Elisabetta Gastone le 28 juillet 1935 à Alassio est une actrice italienne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fille de père italien et de mère irlandaise, après la Seconde Guerre mondiale, elle décide d’aller à Londres où commence sa carrière de mannequin et d’actrice.

Lisa Gastoni commence sa carrière d'actrice en Italie dans les années soixante, en jouant dans des films de science-fiction sous le nom de « Jane Fate ».

Après un bref mariage avec un important physicien, elle rencontre le producteur Joseph Fryd avec lequel elle tourne le film Svegliati ed uccidi (1966) de Carlo Lizzani. Le film obtient un bon succès et Lisa Gastoni décroche le Nastro d'Argento.

Mais c'est en 1968, qu'elle entre dans la légende du cinéma italien, devenant un "sex-symbol", grâce au film de Salvatore Samperi, Grazie Zia (Merci, Ma Tante ou Merci Léa), histoire d'une relation psycho-incestueuse entre une sensuelle et raffinée jeune tante (Lisa Gastoni) et son névrotique neveu (Lou Castel). Lisa Gastoni décroche la Targa d'oro au Prix David di Donatello.

Dans les années '70 elle tourne peu de films, parce qu'elle fait le choix de travailler uniquement avec de bons réalisateurs. En 1975, Lisa Gastoni obtient, pour la seconde fois, le prix Nastro d'Argento de la meilleure actrice principale pour Amore amaro de Florestano Vancini.

Au cours des années suivantes, elle abandonne le cinéma.

Mais, récemment, elle est retournée au cinéma et à la télévision avec une désignation au Prix David di Donatello et au Nastro d'Argento pour le film Cuore sacro de Ferzan Ozpetek

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Cinéma
Télévision

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • La celestina (1980) de Luigi Squarzina

Récompenses[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]