Liquide de Bouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le liquide de Bouin est un fixateur cellulaire pour coupes histologiques utilisé en cyto-histologie. Il fut inventé par le biologiste français Pol Bouin en 1897[1]. Il est très employé en France mais présente le désavantage de provoquer un phénomène d'auto-fluorescence cellulaire pouvant gêner les observations au microscope photonique à fluorescence. Le liquide de Bouin dégrade aussi rapidement les acides nucléiques.

Sa composition en volume est la suivante :

Si le liquide de Bouin a connu un franc succès pendant une longue période, il faut pourtant savoir qu'actuellement, lorsque les méthodes analytiques telles que l'immunocytochimie ou l'hybridation in situ sont envisagées, on préfère utiliser comme fixateur une solution aqueuse isotonique et tamponnée à un pH de 7,4 de formaldéhyde à 4 %.

Emploi[modifier | modifier le code]

Il est utilisé entre autres pour la conservation des biopsies de l'appareil digestif et des tissus mous[2], car par comparaison avec les solutions tampon de formaldéhyde à 10 %, il offre un meilleur contraste chromatique du noyau cellulaire. Le liquide de Bouin présente un pH compris entre 1,5 et 2. Il convient moins bien aux préparations pour la microscopie électronique. La fixation par le liquide de Bouin est le préalable à une coloration à l'hématoxyline et à l'éosine ou une coloration trichrome de Masson. L'acide acétique contenu dans le liquide oxyde les érythrocytes et dissout les chélates de fer et de calcium (on peut utiliser à la place de l' acide méthanoïque[3]). Le formol crée un cytosol basophile, neutralisé par l'acide picrique.

Les préparations humides doivent être traitées moins de 24 heures dans le liquide de Bouin. L'excès d'acide picrique sera neutralisé avec une solution d'eau éthanol, afin de pérenniser la coloration du spécimen.

L'ADN traité au liquide de Bouin peut, à quelques limitations près, être utilisé pour une réaction en chaîne par polymérase, ainsi que l'ARN pour une transcriptase inverse[4],[5].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. D'après C. Ortiz-Hidalgo, « Pol André Bouin, MD (1870-1962). Bouin's fixative and other contributions to medicine. », Archives of pathology & laboratory medicine., vol. 116, no 8,‎ , p. 882–884 (PMID 1497471).
  2. Cf. J. M. French, Reproductive Toxicology, vol. 48 : Imaging and morphology in reproductive toxicology - progress to date and future directions, , 37–40 p. (PMID 24681297, DOI 10.1016/j.reprotox.2014.03.008)
  3. Cf. John D. Bancroft et Marilyn Gamble, Theory and Practice of Histology Techniques, Chine, Churchill Livingstone Elsevier, (réimpr. 6), 72 p. (ISBN 978-0-443-10279-0)
  4. D'après I. Hostein, I. Soubeyran, H. Eghbali, S. de Resende, M. Longy et P. Soubeyran, « Polymerase chain reaction diagnosis of t(14;18) from paraffin-embedded tissues fixed with Holland Bouin fluid. », Diagnostic Molecular Pathology, vol. 7, no 3,‎ (PMID 9836076).
  5. D'après A. Gloghini, B. Canal, U. Klein, L. Dal Maso, T. Perin, R. Dalla-Favera et A. Carbone, « RT-PCR analysis of RNA extracted from Bouin-fixed and paraffin-embedded lymphoid tissues. », The Journal of molecular diagnostics : JMD., vol. 6, no 4,‎ , p. 290–296. DOI (PMID 15507667, PMCID 1867484).

Lien externe[modifier | modifier le code]