Lioré et Olivier LeO 20

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lioré et Olivier LeO 20
Bombardier Lioré et Olivier LeO 20 (1928)
Bombardier Lioré et Olivier LeO 20 (1928)

Constructeur Drapeau : France Lioré et Olivier
Rôle Bombardier
Statut Retiré du service actif
Premier vol
Mise en service
Date de retrait
Nombre construits 324 exemplaires
Équipage
3 (pilote, navigateur-bombardier, mitrailleur)
Motorisation
Moteur Gnome et Rhône 14N 9Ady
Nombre 2
Type Moteur à 9 cylindres en étoile à refroidissement par air
Puissance unitaire 420 ch (313 kW)
Dimensions
Envergure 22,25 m
Longueur 13,81 m
Hauteur 5,26 m
Surface alaire 105 m2
Masses
À vide 2 725 kg
Avec armement 5 460 kg
Performances
Vitesse maximale 198 km/h
Plafond 5 750 m
Rayon d'action 500[1] km
Endurance 1000 km
Rapport poids/puissance 6,31 kg/ch
Armement
Interne 2 mitrailleuses jumelées de 7,7 mm en poste de tir avant
2 mitrailleuses jumelées de 7,7 mm en poste de tir dorsal
1 mitrailleuse de 7,7 mm en tourelle rétractable ventrale
Externe 500 kg de bombes en soute

Le Lioré et Olivier LeO.20 est un avion militaire de l'entre-deux-guerres[2].

Conçu pendant les années 1928 à 1933, c’est-à-dire au tout début de l’existence de l’Armée de l'Air, avant les grands projets de réarmement, et donc sans bénéficier des gros budgets, le bombardier terrestre Lioré et Olivier LeO-20, oeuvre de l’ingénieur Henri Olivier (l’un des deux fondateurs de la firme) fut une incontestable réussite technique et commerciale. Construit à 324 exemplaires, ce bombardier emportait une charge égale à son poids à vide ː 2 700 kg sur une longue distance, 1 000 km, à une vitesse prodigieuse au moment de sa création en 1925 : 200 km/h[3].

Livré en 1927, triplace, il a, par exemple, été utilisé par le 22e régiment d'aviation de bombardement de nuit, stationné à Chartres, sur la base aérienne 122 Chartres-Champhol.

Sources[modifier | modifier le code]

  1. distance franchissable max/2 soit 1000 km /2
  2. « Lioré et Olivier LeO-20 - Bombardier lourd - Un siècle d'aviation française », sur aviafrance.com (consulté le 24 septembre 2014)
  3. Gérard Hartmann, « Un géant de l’aéronavale : le LeO H-25 », sur La coupe Schneider et hydravions anciens. Dossiers historiques hydravions et moteurs. (consulté le 12 décembre 2017)|

Bibliographie[modifier | modifier le code]

LeO 208

Liens externes[modifier | modifier le code]