Lionel-Édouard Martin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Lionel-Edouard Martin)
Lionel-Édouard Martin
Lionel-Edouard Martin.jpg
Lionel-Édouard Martin en 2011.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activités

Lionel-Édouard Martin est un poète et romancier français né à Montmorillon le . Il est aussi traducteur (du latin et de l'allemand).

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de lettres conclues par une agrégation de lettres modernes, sa carrière le mène à la diplomatie culturelle et à l’enseignement supérieur. Spécialiste de didactique du français langue étrangère, il a effectué de nombreux et longs séjours hors de France (Maroc, Allemagne, Caraïbe…), qui ont nourri son écriture[1].

Sa poésie interroge, sous l’angle de leurs rapports avec le corps et le langage[2], les mondes parcourus, les choses vues[3] : thématique qui, sous forme de textes courts, elliptiques, se prolonge et s’amplifie dans son œuvre narrative, fortement empreinte d’éléments biographiques[4].

Commentaire[modifier | modifier le code]

À propos de son style, la critique évoque « une prose faussement classique, en réalité profondément nerveuse, saturée d'ironie froide et d'une sensualité extrêmement terrienne[5] » autant qu'« une mélancolie douce et une incisive justesse qui rendent chacun de ses mots proches et partagés[6]. »

Œuvres[modifier | modifier le code]

Textes narratifs[modifier | modifier le code]

  • Nativité cinquante et quelques[12], roman (Le Vampire Actif, 2013)
  • Magma[13], roman (publie.net, 2013 ([republication revue et corrigée : 2017])
  • Anaïs ou les Gravières[14], roman (éditions du sonneur, 2012)
  • La Vieille au buisson de roses[15], roman (Le Vampire Actif, 2010)
  • Le Tremblement[16], récit (Arléa, 2010)
  • Vers la Muette[17], roman (Arléa, 2010)
  • Jours d'été dans le Sud-Ouest[18], récit (Arléa, 2009)
  • Deuil à Chailly[19], récit (Arléa, 2007)
  • L’Homme hermétique[20], roman (Arléa, 2007)
  • Corps de pierre[21], roman,(Écriture, 2007)
  • Jeanlou dans l’arbre[22], récit (L’Harmattan, 2005)
  • Chronique des mues, récit (L’Harmattan, 2004)

Poèmes et textes courts[modifier | modifier le code]

  • Ville au coude d'un fleuve, poèmes (éditions Le Bateau ivre, 2021)
  • Le Chant noir des maïs, prose (Le Réalgar-Éditions, 2021)
  • D'ici courtes bucoliques (vignettes), poèmes (revue Touroum Bouroum, n° 4, 2020)
  • Virée slovaque, poèmes, illustrations de Véronique Lafont ((Le Réalgar-Éditions, 2020)
  • Qu’une même île corallienne, poèmes (revue IntranQu’îllités, n° 5, 2020)
  • Marchant parmi les marbres, poèmes, illustrations de Bénédicte Dussère (revue Diérèse n° 79, 2020)
  • Méditations pyrotechniques, poèmes, illustrations de Véronique Lafont[23] (Voleur de Feu[24], 2019)
  • Célébration de la rivière en son étiage, poèmes (La Revue littéraire, n° 72, mars-[25])
  • Danube en crue, poèmes (revue Europe, n° 1067, [26])
  • Orphée chante illustré par Bénédicte Dussère[27], poèmes (Ce qui reste, [28])
  • Zones d'arpentage et d'abornement[29], poèmes, illustrations de Marc Bergère[30] (Le Réalgar-Éditions, 2017)
  • Pierre brisée, métamorphose, livre d'artistes, poème de Lionel-Édouard Martin, encre de Marc Bergère, tiré en octobre 2017 à 21 exemplaires sur les presses d'Alain Freixe
  • Cratyle pour mémoire[31], proses (publie.net, 2017)
  • Lettre ouverte à l'homme calcaire[32] (Le Réalgar-Éditions, 2016)
  • Faire avec[33], poèmes, illustrations de Nelly Buret[34] (SOC & FOC, 2015)
  • Temple, poèmes, illustrations de Marc Bergère (revue Diérèse, n° 61, 2013)
  • Avènement des ponts, poèmes (Tarabuste, 2012)
  • Brueghel en mes domaines, petites proses sur fond de lieux[35], poèmes (Le Vampire Actif, 2011)
  • Litanies des bulles[36], poèmes, illustrations de Marc Bergère[37] (SOC & FOC, 2010)
  • Bouts d’air noir, azur sonneur, poème (revue Triages no 21 Tarabuste, 2009)
  • Dire migrateur, poèmes (Tarabuste, 2008)
  • Miroirs des jardins tropicaux, poèmes (Encres vives, 2008)
  • Icare[38], poèmes (La Femelle du requin, 2007)
  • Brèches, poèmes (Encres vives, 2005)
  • Arrimages, poèmes (Tarabuste, 2005)
  • Ulysse au seuil des îles[39], poèmes (Ibis rouge, 2005) (Prix poésie du Salon du livre insulaire 2005)
  • Strophiques, poèmes (Encres vives, 2004)
  • Disparue Caraïbe, poèmes (revue Parasites, n° 3, automne 2004)

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Martial. La verve, le verbe. 196 épigrammes choisies et traduites du latin. (éditions Le Bateau ivre, 2021)
  • Katherine Mansfield, Poèmes en prose (traduction de l’anglais, revue Diérèse, n° 77)
  • Rainer Maria Rilke, Les Sonnets à Orphée / Die Sonette an Orpheus (traduction de l’allemand, publie.net[40], 2019)
  • Maria Luise Weissmann : La Fête précoce / Das frühe Fest, traduction (revue Diérèse[41], n° 76, printemps-été 2019)
  • Rainer Maria Rilke : Poèmes nouveaux / Neue Gedichte 1ère et 2ème parties, traduction (publie.net, 2018 / 2019)
  • 15 poèmes (traduits du latin) de Francesco Franchini (1500-1559) : Huit variations sur le grain de beauté d’Himère ; Deux madrigaux pour Lucie ; Trois madrigaux sur l’attaque de cécité de Livie Colonna ; Deux madrigaux pour Livie Colonna sur une piqûre d’épine (revue Diérèse[41], n° 71, )
  • 19 poèmes de Rainer Maria Rilke (extraits des Poèmes nouveaux), traduction de l'allemand (revue Triages, n° 29, )[42]
  • Aimer, vivre & mourir : Petite anthologie thématique de la poésie d’expression latine (de l’Antiquité aux temps modernes)[43], traductions du latin (éditions Tarabuste, 2016)

Préfaces, postfaces, parties de livres[modifier | modifier le code]

  • "Dame blanche", in Pour bien lire en soi-même. 22 nuances de Proust (Le Réalgar-Éditions, 2022)
  • Moi je suis le cadavre. Roman collectif (Le Réalgar-Éditions, hors commerce, 2020)
  • À dos de chat ailé. En mémoire de Cécile Delalandre (éditions Le Bateau ivre, 2020)
  • La Bézote, suivi de Reste la forêt[44], de Cécile Delalandre (éditions Le Bateau ivre, 2020)
  • Montmorillon, ma ville[45], de Jean Piet (éditions Stellamaris, 2018)
  • Voyage ordinaire en Sévétie[46], de Clotilde Escalle (Gwen Catalá éditeur, 2016)
  • Entre nature et culture, le vin ![47], de Azélina Jaboulet-Vercherre[48] (Féret[49], 2016)
  • Fers[50] de Véronique Gentil (Le Vampire Actif, 2011)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Josse, « Lionel-Édouard Martin lancé "sur la route en V des oiseaux migrateurs". », sur remue.net, (consulté le ) : « Si les récits de Lionel-Édouard Martin s’ancrent pleinement dans sa terre natale, en l’occurrence celle du Poitou, qu’il interroge, sillonne, revisite à travers la mémoire familiale, il n’en va pas de même avec ses poèmes qui captent les éléments furtifs d’un parcours bien plus volage. »
  2. « Lionel-Edouard Martin : Dans le ventre de la langue », Chiendents, no 59,‎ , p. 10 (ISSN 2258-739X) :

    « J'éprouve un réel plaisir à la mâche. […] Je lis, j'écris avec ma glotte bien plus qu'avec mes tripes. »

  3. « Lionel-Edouard Martin : “La poésie doit transformer la chose vue en musique” », sur Ma pause café, (consulté le ).
  4. « Entretien avec Eric Bonnargent », Le Matricule des anges, no 157,‎ , p. 30 :

    « J'ai l'imagination peu fertile, mais je m'en accommode …. Je puise dans ma mémoire, qui est une vieille mémoire, souvent défaillante, une mémoire qui déforme […], une mémoire "fictionnelle" en quelque sorte. »

  5. Nathalie Crom, « Blessures de famille », Télérama,‎ (lire en ligne)
  6. Xavier Houssin, « Les minutes des morts », Le Monde,‎
  7. « Lionel-Édouard Martin, Roxane », sur Editions Le Bateau I (consulté le )
  8. « Tout était devenu trop blanc | Le Réalgar-Éditions » (consulté le )
  9. « Cor de Lionel-Edouard Martin aux éditions Publie.net », sur www.publie.net (consulté le ).
  10. Présentation.
  11. « Mousseline et ses doubles, Lionel-Édouard Martin », Les Éditions du Sonneur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « NATIVITÉ CINQUANTE ET QUELQUES, Lionel-Édouard Martin « Le Vampire Actif : Maison d’édition » (consulté le ).
  13. « Magma de Lionel-Édouard Martin », sur éditions publie.net (consulté le ).
  14. « Anaïs ou les Gravières, de Lionel-Édouard Martin », Les Éditions du Sonneur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  15. « NATIVITÉ CINQUANTE ET QUELQUES, Lionel-Edouard Martin », sur www.vampireactif.com (consulté le ).
  16. « Le Tremblement : Lionel-Édouard Martin », sur www.arlea.fr (consulté le ).
  17. « Vers la Muette : Lionel-Édouard Martin », sur www.arlea.fr (consulté le ).
  18. « Jours d’été dans le Sud-Ouest : Lionel-Édouard Martin », sur www.arlea.fr (consulté le ).
  19. « Deuil à Chailly : Lionel-Édouard Martin », sur www.arlea.fr (consulté le ).
  20. « L’Homme hermétique : Lionel-Édouard Martin », sur www.arlea.fr (consulté le ).
  21. « Présentation »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)Présentation.
  22. « JEANLOU DANS L'ARBRE, Lionel-Edouard Martin », sur www.harmattan.fr (consulté le ).
  23. « VÉRONIQUE LAFONT » (consulté le )
  24. « Voleur de feu 11, Méditations pyrotechniques, Véronique Lafont, Lionel-Edouard Martin », sur Voleur de feu (consulté le )
  25. Tony Lesterlin, « Editions Léo Scheer : Revue Littéraire mars-avril 2018 n°72 », sur leoscheer.com (consulté le ).
  26. « n° 1068 - Yves Bonnefoy - mars 2018 - Europe », Europe,‎ (ISBN 978-2-351-50092-7, lire en ligne, consulté le ).
  27. « Bienvenue », sur benedictedussere.com (consulté le ).
  28. « Lionel-Edouard Martin & Bénédicte Dussère – Orphée chante », sur calameo.com (consulté le ).
  29. « Zones d’arpentage et d’abornement | Le Réalgar-Éditions », sur lerealgar-editions.fr (consulté le ).
  30. marc bergère - eregrebcram, « Le blog de marc bergère - eregrebcram », sur Le blog de marc bergère - eregrebcram (consulté le ).
  31. « Cratyle pour mémoire | Lionel-Édouard Martin », sur éditions publie.net (consulté le )
  32. « Lettre ouverte à l’homme calcaire », sur Le Réalgar-Éditions (consulté le ).
  33. Présentation.
  34. « Nelly Buret », sur nellyburet.com (consulté le ).
  35. « Les Échappées », sur Le Vampire Actif : Maison d’édition (consulté le ).
  36. « LITANIES DES BULLES », sur www.soc-et-foc.com (consulté le ).
  37. « Le blog de marc bergère », sur Le blog de marc bergère (consulté le ).
  38. « Icare », sur lafemelledurequin.free.fr (consulté le ).
  39. « Ulysse au seuil des îles », sur Ibis Rouge Editions (consulté le ).
  40. « Les Sonnets à Orphée | Rainer Maria Rilke », sur éditions publie.net (consulté le )
  41. a et b « Diérèse 71 : Diérèse et les Deux-Siciles », sur diereseetlesdeux-siciles.hautetfort.com (consulté le ).
  42. « Revue Triages n° 29 (2017) éditions Tarabuste », sur www.laboutiquedetarabuste.com (consulté le ).
  43. Présentation.
  44. « Cécile Delalandre, La Bézote, suivi de Reste la forêt », sur Editions Le Bateau I (consulté le )
  45. Michel Chevalier, « Le site des Éditions Stellamaris: Montmorillon, ma ville », sur Le site des Éditions Stellamaris, (consulté le ).
  46. « Voyage ordinaire en Sévétie », sur gwencatalaediteur.fr (consulté le ).
  47. Présentation.
  48. Azélina Jaboulet-Vercherre
  49. Site des éditions Féret
  50. « Les Échappées «  Le Vampire Actif : Maison d’édition », sur www.vampireactif.com (consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles de critique universitaire :

  • Gabrielle Saïd, « Édouard Glissant et Lionel-Édouard Martin : la langue en dérive », in Écritures babéliennes de Violaine Houdart-Merot (éd.), Peter Lang, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]