Linley Marthe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Linley Marthe
Description de l'image Linley Marthe - Vienne 2012.jpg.
Informations générales
Naissance (46 ans)
Genre musical Jazz, funk
Instruments guitare basse, contrebasse, piano
Site officiel http://linleymarthe.com

Linley Marthe (né le à Tranquebar, Ile Maurice[1]) est un bassiste mauricien de jazz. Il est considéré comme un bassiste de jazz important des années 1990 et 2000[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Linley Marthe est autodidacte, il apprend la flûte, la guitare basse et la contrebasse alors qu'il est encore à l'école[3]. Il fait ses premières armes au piano de 1986 à 1991 au Club Med Pointe aux Canonniers à l'Ile Maurice[1] avec le groupe SOS TROPIC. Ensuite il fera partie de nombreux groupes de jazz et notamment celui du saxophoniste Ernest Wiéhé. Repéré par François Jeanneau, celui-ci l'aide à son arrivée à Paris en 1993 à intégrer le CNSMD de Paris. Il fait ses débuts à Paris dans le POM.

Il se sert parfois de son héritage culturel pour combiner les influences du jazz, de la musique africaine, et de la musique indienne, en particulier avec Philippe Sellam & Gilles Renne au travers de leur groupe " African Project " ( 3 albums : Traditional Odyssey / Live at Saint Louis / Sortilége ) ou aussi Trilok Gurtu[4].

Il a travaillé avec Lionel et Stéphane Belmondo, Dave Liebman, Andy Emler, Francis Lassus, Eric Bensoussan (Samabe), Philippe Sellam, Gilles Renne, Antoine Hervé, Marc Berthoumieux, Sylvain Beuf, Nicolas Folmer , Flavio Boltro, Jean-Pierre Como, Laurent Coq, Jean-Marie Ecay, Christian Escoudé, Denis Leloup, Francis Lockwood, Nicolas Genest, Nguyên Lê, Olivier Ker Ourio, Loic Pontieux, Michel Portal, Paco Séry, Baptiste Trotignon, Louis Winsberg, Geoffroy De Masure, Chander Sardjoe, Hervé Samb, mais aussi Randy Brecker, Gino Vannelli...

En 2003, il devient membre permanent du Joe Zawinul Syndicate, jusqu'à la mort de ce dernier. Il a touché le public par sa nervosité de jeu, son sens du rythme et sa virtuosité[4],[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Quand Linley rencontre Alain », sur 5 Plus Dimanche, (consulté le 10 août 2014)
  2. Noël Balen, L'odyssée du jazz, Éditions Liana Levi, 2003, (ISBN 978-2-86746-469-0), p. 591
  3. « "J'ai amené des morceaux qui donnent la liberté" », sur L'Express Maurice, (consulté le 10 août 2014)
  4. a et b Benoit Lugué, Linley Marthe, Entretien au festival Jazz Fort-Médoc, juillet 2006
  5. Matthieu Jouan, Linley Marthe, Le rythme et la basse, mars 2001

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Linley Marthe, quatre cordes à son art, Jazzman, septembre 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]