Liniers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Liniers (homonyme).
Liniers
Image illustrative de l'article Liniers
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Poitou-Charentes
Département Vienne
Arrondissement Poitiers
Canton Saint-Julien-l'Ars
Intercommunalité Communauté de communes de Vienne et Moulière
Maire
Mandat
Brigitte de La Rochelambert
2008-2014
Code postal 86800
Code commune 86135
Démographie
Gentilé Linarois
Population
municipale
545 hab. (2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 36′ 39″ N 0° 32′ 14″ E / 46.6108333333, 0.537222222222 ()46° 36′ 39″ Nord 0° 32′ 14″ Est / 46.6108333333, 0.537222222222 ()  
Altitude Min. 97 m – Max. 138 m
Superficie 16,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte administrative de Vienne
City locator 14.svg
Liniers

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de Vienne
City locator 14.svg
Liniers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Liniers

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Liniers

Liniers est une commune du centre-ouest de la France, située dans le département de la Vienne en région Poitou-Charentes.

Ses habitants sont appelés les Linarois[1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Liniers se situe au carrefour de deux routes départementales, la D1 (axe Saint-Julien-l'Ars-Bonneuil-Matours) et la D6 (axe Bonnes-Poitiers). La commune est voisine des communes de Bignoux, Lavoux, Bonnes et La Chapelle-Moulière.

Le centre-bourg s'étale le long de la D1. Les habitants se répartissent dans une bonne vingtaine de hameaux.

altitude maximale s´élève à 131 mètres, le point bas est à 97 mètres.


Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

Selon la direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Foret de Poitou-Charentes[2], il n'y a plus que 9 exploitations agricoles en 2010 contre 11 en 2000.

Les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 664 hectares en 2000 à 520 hectares en 2010. 60% sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement et un d'orge), 28% pour les oléagineux (tournesol) et 3% pour le fourrage.

L'élevage de bovins, de moutons et de volailles ont disparu au cours de cette décennie.

Histoire[modifier | modifier le code]

La présence humaine à Liniers remonte au moins à l´époque[3] gallo-romaine, des traces subsistant au château des Meurs, à la Chevralière, à la Vieille Chaise et au Marchais, villages autrefois alignés sur une importante voie romaine reliant Poitiers à la vallée de la Vienne et à la vallée de la Creuse jusqu'à Yzeures-sur-Creuse.

Les principales agglomérations gallo-romaines étaient établies aux hameaux de la Pigealière, de la Loge et de la Boulardière. A l´époque carolingienne, Liniers était la principale localité d´un vaste secteur couvrant tout le plateau entre Vienne et Clain et s´appelait alors Linarinsis Vicaria. Au Xe siècle, Liniers était le chef-lieu d´une viguerie, territoire de juridiction du viguier, magistrat. Le nom de Liniers évoque dès son origine la culture du lin.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 juin 1995 Philippe Thomas DVD  
juin 1995 en cours (2008) Brigitte de La Rochelambert[4] DVD  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 545 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1872 1876 1881 1886 1891 1896
343 321 302 417 483 524 441 426 430
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
428 410 403 399 374 363 344 340 358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
321 306 324 414 472 486 504 545 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


La densité de population de la commune est de 31 hab./km2. Celle du département est de 61 hab./km2. Elle est de 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et de 115 hab./km2 pour la France (INSEE- 2008).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux : Notre-Dame-de-Liniers[modifier | modifier le code]

Petite église romane placée sous le patronage de Notre-Dame, dont la nef remonte au XIe siècle et les chapelles latérales au XIXe siècle. L'église, menaçant de s´écrouler en 1996, a été sauvée par d´importants travaux de restauration en 1997-98 avec l'aide de la Région, du Conseil général de la Vienne, de l'association Patrimoine Linarois et d´une souscription. Des vitraux contemporains en dalle de verre ont été créés par le maître verrier Michel Guével en 1999 et 2006. Le modelage à chaud de bloc de verre qui ont leur dynamique propre, leur assemblage avec une résine utilisées dans l'industrie aéronautique donne une lumière caractérisée par la douceur des teintes: rose, orangé ou bleu qui inonde l'intérieur de la petite église.

La construction du corps central du bâtiment actuel est du XIe siècle (le vaisseau unique ainsi que le clocher-porche). Des travaux furent effectués en 1668 par le Curé Pierre Tribouillard, comme en témoignent les inscriptions de la travée du clocher. Au XIXe siècle, deux chapelles latérales et une sacristie sont construites.

Un des deux chapiteaux du portail occidental représente deux colombes buvant à un calice. Elles représentent les âmes qui boivent à la source de la mémoire. C'est un emprunt de l'Église à l'iconographie traditionnelle romaine. Pour le chrétien, cette image est le symbole de l'Eucharistie : "Vous puiserez l'eau avec joie aux sources du salut" (Isaïe,12-3). Elle est courante dans les églises romanes du département de la Vienne. On la retrouve à l'église Saint-Pierre de Chauvigny, au Prieuré de Villesalem, à l'église de Bonneuil-Matours, à l'église de Civaux, à l'Église Notre-Dame de Lencloître.

Travaux récents :

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

Un dolmen peut être aperçu entre Liniers et La Rondelle, 300m avant le carrefour entre les routes départementales D84 et D42.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

La Forêt de Moulière: D'un superficie de 5 000 ha, elle est située au nord-est de Poitiers et couvre neuf communes : Bignoux, Bonneuil-Matours, La Chapelle-Moulière, Dissay, Montamisé, Saint-Cyr, Saint-Georges-lès-Baillargeaux et Vouneuil-sur-Vienne.

14 % du territoire de la commune sont occupés par la Forêt de Moulière. De très nombreux chemins permettent des promenades ou des randonnées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]