Lingwa de planeta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Planeta.

lingwa de planeta
Lingwa de planeta
Auteur D. Ivanov, A. Lysenko et alii
Date de création 2010
Région monde entier
Catégorie langue auxiliaire internationale
Classification par famille
Étendue individuelle
Type construite
Échantillon
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)


Un-ney makala

Oli jen janmi libre e egale relatem dignitaa e raitas. Li es doti-ney bay rasum e kojansa, e li mus trati mutu segun spiritu de bratanesa.

Lingwa de planeta (Lidepla ou encore LdP) est une langue construite (langue auxiliaire internationale) basée sur les langues les plus parlées dans le monde, dont l'arabe, le chinois, l'anglais, le français, l'allemand, le hindi, le persan, le portugais, le russe et l'espagnol.

L'idée principale du Lidepla est de constituer un ensemble harmonieux sur la base des langues nationales les plus répandues et les plus influentes dans le monde. L'objectif étant de déterminer un socle commun autour duquel chacun puisse se reconnaître, au travers d'un vocabulaire qui lui est familier - le tout dans un ensemble cohérent. Avec la multitude de langues sources à travers le globe, c'est l'une des langues a posteriori.

Le développement de la langue a commencé en 2006 à Saint-Petersburg, en Russie, par un groupe d'enthousiastes, avec Dmitri Ivanov comme chef de projet. La version de base de la langue a été publiée en juin 2010.

Note : La langue ne dispose pas (encore) d'un code ISO 639-3.

Alphabet et prononciation[modifier | modifier le code]

L'alphabet officiel du Lidepla est basé sur l'écriture latine et contient les 25 lettres suivantes et leurs équivalents en majuscules :

Alphabet de la Lingwa De Planeta
Lettres a b ch d e f g h i j k l m n o p r s t u v w x y z
Phonèmes IPA a b t͡ʃ d e f g x~h i d͡ʒ k l m n o p r s t u v w s~ɡ͡s i d͡z
Prononciation a be che de e ef ge ha i ja ka el em en o pe er es te u ve wa iks ye ze

La lettre q n'est pas utilisée, et le c n'apparaît que dans le digramme " ch ". La lettre y représente la même voyelle que le " i ", mais n'est pas accentuée.

Les digrammes et les lettres suivants sont prononcés comme suit, avec des exemples :

  • ch – /t͡ʃ/ comme dans " chair " : chay — thé
  • -ng, à la fin d'un mot – /ŋ/ comme dans " footing ": feng — vent
  • sh – /ʃ/ comme dans " chou ": shi — dix (10)
  • j – /d͡ʒ/ comme dans " Jakarta " : jan — savoir
  • z – /d͡z/ comme dans " adze (terme anglais pour herminette) " : zun — s'occuper avec, se consacrer à
  • x – /ks/ comme dans " axe (ex : de rotation) " : ekinoxa — Équinoxe | /gs/ comme dans " examen " : examen — exam

-ng- au milieu d'un mot est prononcé /ng/ (comme " ng " dans finger). La lettre v ainsi que la terminaison -ng peuvent être également prononcés /w/ (comme dans wood) et /n/ (nose).

x entre deux voyelles est légèrement prononcé, et avant une consonne peut être lu comme /s/.

Certains supports d'apprentissage utilisent le son /h/ pour la lettre h. La grammaire permet ce type de prononciation, mais privilégie cependant l'utilisation du son /x/, tel que le ch de Fach en allemand.

Pour plus de détails sur la phonologie, voir la section Phonologie ci-dessous.

L'accent tonique[modifier | modifier le code]

La règle générale concernant l'accent tonique est la suivante :

  • La voyelle avant la dernière consonne (ou " y ") est accentuée : máta (mère), família (famille), akshám (soir), ruchéy (ruisseau)

Le Lidepla essaie de préserver la sonorité originale des mots qu'il emprunte dans chaque langue. Cependant, il existe quelques exceptions ; tels que les suivantes (en bref) :

  • certaines terminaisons (-um, -us, -er, -en; -ik-, -ul-, et la plupart des suffixes, mais pas tous) ne sont jamais accentués
  • la voyelle doublée est toujours accentuée (comme dans adyoo, " bye ")

Description et grammaire[modifier | modifier le code]

L'idée principale derrière le Lidepla a été de créer un ensemble harmonieux sur la base des langues nationales les plus répandues et les plus influentes de la planète. Il en résulte que le vocabulaire du Lidepla contient une quantité assez importante de mots non-européens ; ce qui confère au Lidepla une qualité de langue réellement internationale - donc mondiale. Le principe de base à l'origine de celle-ci était de concevoir une base commune aux différents langues maternelles de chaque citoyen à travers le monde.

La grammaire du Lidepla suit 3 règles : la constance dans la forme des mots, la règle d'appartenance à une classe de mots et la règle de l'ordre direct des mots (sujet - prédicat - [objet])

La constance dans la forme des mots[modifier | modifier le code]

La forme des mots ne change jamais. En lieu et place de flexions (déclinaison ou conjugaison) on utilise des particules (comme en chinois). Exemple :

  • me lubi – j'aime
  • li lubi – ils aiment
  • yu ve lubi – tu aimeras
  • me wud lubi – j'aimerais
  • lubi (ba) – aime !

Les deux seules exceptions sont :

  • le pluriel des noms, par l'ajout du suffixe -s (ou -es après une consonne) : kitaba (livre) — kitabas (livres), flor (fleur) — flores (fleurs)
  • le verbe être qui a ses propres formes : bi (infinitif) / es (présent) / bin (passé)

La règle d'appartenance à une classe de mots[modifier | modifier le code]

Chaque mot en Lidepla appartient à une classe de mots – un nom, un verbe, un adjectif, un adverbe, etc. Les dérivations se font au moyen d'affixes (préfixes/suffixes) et de particules :

  • lubi – aimer (verbe)
  • luba – amour (nom)
  • lubi-she – aimant (adjectif)
  • lubi-shem – amouresement, avec amour (adverbe)

Il n'y a pas de terminaisons fixes pour les classes de mots, mais certaines sont néanmoins privilégiées. Ainsi la plupart des verbes finissent en i, mais il y a quelques exceptions (par exemple : jan – savoir, shwo – parler/dire, etc).

Dérivation[modifier | modifier le code]

À l'aide d'affixes et de particules, de nouveaux mots peuvent être créés. Exemples :

somni – dormir somni-she – dormant, en train de dormir
en-somni – s'endormir somni-shem – (de manière) endormi
somni-ki – somnoler somnishil – somnolent
gro-somni – s'endormir profondément somnilok – lieu de repos
ek-somni-ki – faire une sieste somninik – dormeur, roupilleur, marmotte

Principe de nécessité[modifier | modifier le code]

L'utilisation des particules est facultative si le contexte est suffisamment explicite. Exemples :

  • Yeri me miti ela – Hier, je l'ai rencontrée
  • Manya me miti ela – Demain, je la rencontrerai

On peut voir que, dans les deux cas, les particules de temps (he ou -te pour le passé, ve pour le futur) ne sont pas utilisées, car " hier " et " demain " apportent suffisamment d'informations temporelles.

De la même manière...

  • Me vidi mucho kinda – Je vois beaucoup d'enfants

... n'utilise pas la terminaison -s, car le pluriel est déjà renseigné par mucho, contrairement à...

  • Me vidi kindas – Je vois des enfants

... qui marque explicitement le pluriel.

La règle de l'ordre direct des mots[modifier | modifier le code]

L'ordre des mots dans une phrase est généralement de type direct, c'est-à-dire sujetprédicatobjet.

Pour changer l'ordre des mots, on utilise des particules spéciales. Par exemple den qui se positionne avant l'objet, comme ceci :

  • Ela lubi lu – Elle l'aime
  • Den lu ela lubi – Lui, elle l'aime.

La signification est la même, mais, dans le deuxième cas, on met en évidence l'être aimé.

Les pronoms personnels[modifier | modifier le code]

Les pronoms personnels de base en Lidepla sont :

Personne Singulier Pluriel
1er me nu
2ème yu yu
3ième ta li
it

Il y a une distinction à la troisième personne du singulier entre l'animé et l'inanimé : ta est utilisé pour les humains et les animaux (correspond à " il (lui) " et " elle " [animaux compris]), et it pour les choses et objets.

Pour faire la distinction entre les genres masculin et féminin, on utilise lu (il,lui) et ela (elle).

Tout comme en anglais, la seconde personne du pluriel (you, you all) et du singulier (you) sont exactement les mêmes : yu. Le Lidepla a également un pronom personnel indéfini : oni (" on ").

Les formes possessives[modifier | modifier le code]

La forme courte des pronoms possessifs ressemble à ceci :

Personne Singulier Pluriel
1er may nuy
2ème yur yur
2ème suy ley

La troisième personne du singulier suy est universel et peut être utilisé comme la forme possessive de ta, it, ela et lu – pour ela et lu, il y a aussi les formes possessives elay and luy.

Le suffixe -ney est utilisé pour former des adjectifs à partir de noms. Par conséquent, il est également possible de former des pronoms possessifs plus long, tels que : mi-ney, yu-ney, etc.

Les verbes[modifier | modifier le code]

La racine des verbes ne change jamais en Lidepla. Les temps sont formés à partir de particules ou de suffixes. Exemple :

  • Me he shwo a yu | Me shwo-te a yu – Je t'ai parlé

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

La majeur partie du vocabulaire Lidepla est composé de termes internationaux issus du Latin. Cependant, les mots les plus fréquents sont d’origine anglaise, russe, chinoise, arabe et hindi. Il n'y a pas de terminaisons définies pour les différentes parties du discours, de sorte que presque tous les mots peuvent être facilement incorporés (à corriger si traduction bancale). Les mots empruntés sont adaptés à la phonologie du Lidepla, mais ne conserve pas leur forme d'origine – la prononciation est préservée, mais non l'orthographe.

En 2014, le vocabulaire du Lidepla comptait environs 4 000 entrées, soit environs 10 000 mots distincts, avec un nombre allant croissant. Pour qu'un mot soit incorporé, les principes suivants sont pris en compte :

  • les mots courts sans groupes de consonnes sont privilégiés
  • le mot doit être répandu et/ou phonétiquement familier pour les locuteurs d'au moins quelques langues nationales différentes. Par exemple, le mot darba (frapper, impressioner) - d'origine arabe -, est proche du russe " удар ([udar]) " et du chinois " 打 (Dǎ) "

Exemples de similitude[modifier | modifier le code]

En Lidepla, certaines phrases sont très proches de leur équivalent nationale (orthographe et sonorité), tout en conservant la même signification :

  • Brata snova dumi om to est similaire à son équivalent Russe (Брат снова думает об этом [Brat snova dumayet ob etom] – Le frère y pense encore)
  • Ta bu yao shwo au Chinois (他 不 要 说 [Tā bùyào shuō] – Il ne veut pas parler)
  • Way yu go bak? à l'Anglais (Why do you go back? | Why are you going back? – Pourquoi est-ce que tu y retournes)
  • Me jan ke mata pri pi chay à l'Hindi (Mots à mots en reprenant les termes les plus proches [ce n'est pas une traduction] : मैं जानना कि माता प्रेम पीना चाय [mai jaanna ki maata prem peena chaay] – je sais que ma mère aime le thé)
  • Pa sabah me safari est similaire à l'Arabe (في الصباح أسافر [fi alsabah 'asafir] Le matin je voyage)

Phonologie[modifier | modifier le code]

Il y a 17 consonnes de base (b, d, g ; p, t k ; w, f ; s, ʃ ; x ; d͡ʒ, d͡z ; m, n, r, l) et 3 autres supplémentaires (v ; t͡ʃ ; ŋ) en Lidepla.

La distinction des sons w — v, d͡ʒ — t͡ʃ n'est pas stricte, c'est-à-dire qu'ils peuvent être prononcés plus ou moins de la même manière - notamment parce qu'il n'y a pas de paires minimales les concernant.

Le son ŋ est le même qu'en anglais (dans les terminaisons en -ing).

Bilabiale Labio-dentale Alvéolaire Post-alvéolaire Vélaire
Nasale m n (ŋ)
Occlusive p b t d k ɡ
Affriquée d͡z t͡ʃ / d͡ʒ
Fricative w f (v) s ʃ x
Spirante r l

Le Lidepla compte également les cinq voyelles universelles (a, e, i, o, u) communes à la plupart des langues.

Antérieure Postérieure
Fermée i u
Mi-ouverte e o
Ouverte a

Lien externe[modifier | modifier le code]