Linguistique contrastive

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Définition[modifier | modifier le code]

La linguistique contrastive consiste à opposer deux systèmes linguistiques différents afin de pouvoir repérer les interférences manifestant la ou les langues secondes. Elle a pour objectif de faciliter le passage d'une langue à une autre. Son ambition de départ était "une comparaison terme à terme rigoureuse et systématique de deux langues et surtout de leurs différences structurelles" afin de permettre de réaliser des méthodes mieux adaptées aux difficultés spécifiques que rencontre, dans l'étude d'une langue étrangère, une population scolaire d'une langue maternelle donnée.

Cette linguistique dite aussi différentielle s'intéressera surtout aux différences des langues en contact. Elle situe d'emblée une langue deux par rapport à une langue une, en ce sens qu'elle considère que les problèmes rencontrés au cours de l'acquisition d'une langue maternelle sont différents de ceux rencontrés dans l'apprentissage d'une langue étrangère. En ce sens, elle vise une pédagogie spécifique et différenciée des langues étrangères.

Elle suppose au départ que les langues sont différentes mais que la théorie du langage est une, (il est vrai qu'il existe une diversité de langues mais il existe un instrument métalinguistique et théorique pour rendre compte de ces objets différents). Elle va prévoir, décrire, expliquer les erreurs et les difficultés dues à l'influence de la langue une sur la langue deux. Elle utilise dans son étude la linguistique descriptive, en situation de bilinguisme ou de plurilinguisme. C'est une linguistique appliquée à l'enseignement d'une langue étrangère. Or, l'analyse contrastive se distingue de la linguistique comparée dans la mesure où elle compare les éléments de deux langues en insistant sur les différences plutôt que sur les ressemblances. Elle a été développée dans une optique d'application à l'enseignement des langues, par contre la linguistique comparée est une approche plus fondamentale, plus théorique.

Ainsi se différencie-t-elle de la linguistique comparée qui est une branche de la linguistique qui s'attache à comparer les structures de deux ou plusieurs langues, apparentées ou non. C'est une technique utilisée pour démontrer la relation génétique entre certaines langues. Elle essaye de prouver que deux ou plusieurs langues sont descendantes d'une seule proto-langue, par la comparaison d'une liste de termes. À travers des régulaires correspondances de sons établis et des séquences régulaires de sons, la proto-langue peut être reconstruite à partir des langues descentes. Aussi, les conclusions des recherches en linguistique contrastive peuvent avoir des applications dans l'enseignement des langues ou la traduction.

Développée au XIXe siècle à travers l'étude des langues indo-européennes, la méthode comparative est le standard à partir duquel les linguistes jugent si deux langues ont évolué à partir d'une même langue.

La Linguistique Contrastive: la comparaison interculturelle[modifier | modifier le code]

En comparer la même texte des langues différentes comme les recettes ou instructions nous pouvons voir les différences qui apparaissent dans la texte qui donnent des indices à propos les cultures spécifiques et les personnes qui parle la langue. Ces différences peuvent se présenter dans la professionnalisme, le détail, etc, qui dit beaucoup à propos la culture des personnes qui parlent cette langue. Ce montre que quand nous faisons les études contrastives, nous ne trouve seulement des différences linguistiques, stylistiques et structurelles mais aussi des différences culturelles que nous inférerons. Ces différences sont présentes dans beaucoup des différents textes comme les recettes, les textes des affaires, les rapports et les nouvelles[1].

La Linguistique Contrastive: La biologie de l’évolution[modifier | modifier le code]

Il ya beaucoup des similarités entre l’étude linguistique et la biologie de l’évolution qui relient aussi à la linguistique contrastive. Comme les espèces différentes, chaque langue possède des fonctionnalités différentes, des structures complexes et uniques. Ces propriétés différents sont le résultat des processus évolutionaires juste comme la spéciation. Ces différences nous permet de contraster les langues et leur propriétés juste comme nous pouvons faire avec les différentes espèces naturelles[2].

Les Études Contrastives[modifier | modifier le code]

Pour faire une étude contrastive, on doit observer plusieurs langues dans leur utilisation et forme orale/textuelle pour trouver des similarités et des différences en sens et structure. Un exemple d’une étude contrastive était quand les adjectifs de la langue française et géorgien étaient observer pour trouver des équivalents dans ces deux langues non reliées. Par transduction et comparaison, les structures générales des adjectifs qui apparaissent dans les deux langues a été trouvées et documentées[3].

Historique[modifier | modifier le code]

La linguistique contrastive est née vers les années cinquante en réaction aux lacunes enregistrées dans l'enseignement des langues étrangères. Des chercheurs et des linguistes (Fries, Lado, Politzer, Ferguson, Stockwell, Carol, etc.) ont essayé de voir la meilleure manière de remédier à ces lacunes. Au départ, les études n'ont pas intéressé les spécialistes, mais elles semblaient apporter des solutions nouvelles à "un des principaux obstacles à l'apprentissage d'une langue étrangère, l'interférence causée par la différence de structures entre la langue maternelle de l'élève et la langue étrangère". (Ferguson). Jusqu’à la fin du vingtième siècle les études contrastives étaient fait par créer des exemples de la langue première et puis se contraster avec la même dans la deuxième langue. Aujourd’hui la linguistique contrastive est basée sur la texte au lieu qu’inventer des exemples pour prouver des différences entre deux langues. Maintenant, dans les études contrastives en linguistiques les chercheurs étudient les langues différentes en utilisant un ensemble des textes des langues (PLECI/ENPC/ESPC/FECCS corpus) et aussi les programmes d’ordinateur. Cette ensemble des textes était assemblée en 1994 quand nous avions des resources technologique pour completer une tâche ainsi difficile. Cette évolution a établi des nouveaux domaines linguistiques comme la linguistique computationnelle qui permet à faire des ensembles de texte avec des autres paires des langues[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Bernd Spillner, « Méthodes de la textologie contrastive: comparaison linguistique et interculturelle », Philologica Jassyensia, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  2. (en) Lindell Bromham, « Curiously the same: swapping tools between linguistics and evolutionary biology », Biology & Philosophy, vol. 32, no 6,‎ , p. 855–886 (ISSN 0169-3867, DOI 10.1007/s10539-017-9594-y, lire en ligne)
  3. (en) Ketevan Djachy, « A Contrastive Study of the Semantic Content of the Adjectives in French and Georgian Languages », Theory and Practice in Language Studies, vol. 6, no 1,‎ , p. 11–20 (ISSN 1799-2591, DOI 10.17507/tpls.0601.02, lire en ligne)
  4. (en) Jarle Ebeling, « Contrastive linguistics in a new key », Nordic Journal of English Studies, vol. 15, no 3,‎ , p. 7–14 (ISSN 1654-6970, lire en ligne)