Lindy West

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lindy West
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Éditrice, écrivaineVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Ahamefule J. Oluo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Site web

Lindy West, née le , est une écrivaine, journaliste et militante américaine, autrice du recueil d'essais Shrill : Notes from a Loud Woman. Collaboratrice pour The New York Times, elle rédige des articles sur des sujets liés au féminisme, à la culture populaire et au mouvement d'acceptation des gros.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lindy West naît le , à Seattle, aux États-Unis. Elle est la fille d'Ingrid, infirmière, et de Paul West, musicien[1].

Elle fréquente l' Occidental College, à Los Angeles, en Californie[2],[3].

Carrière[modifier | modifier le code]

Lindy West, en 2019

En , Lindy West travaille comme monteuse pour l'hebdomadaire alternatif The Stranger, publié à Seattle[2]. Deux ans plus tard, en , elle déménage à Los Angeles, tout en continuant à écrire pour The Stranger jusqu'en [2],[4],[5].

Rédactrice pour le site internet Jezebel[6],[7], elle rédige des articles sur les thématiques liées au racisme, au sexisme et à la discrimination par la taille[8],[9]. Son travail est également publié dans le quotidien The Daily Telegraph[10], le magazine GQ[11], le journal New York Daily News[12], sur les sites internet de Vulture[13], Deadspin, Cracked[14], MSNBC[15] et de The Guardian[2].

Décrivant l'approche comique de Lindy West face aux problèmes graves, la journaliste Dayna Tortorici écrit dans The New York Times qu'elle fait évoluer les mentalités sur les thématiques liées à l'image corporelle, au harcèlement en ligne, grâce à ses articles populaires[16].

En , Lindy West remporte le Women's Media Center Social Media Award, qui lui est remis par Jane Fonda, à New York. En acceptant le prix, Lindy West déclare : « I hear a lot these days about the lazy, aimless "millennials" – about how all we want to do is sit around twerking our iPods and Tweedling our Kardashians – and I also hear people asking, "Where is the next generation of the social justice movement? Where are all the young feminists and womanists and activists?" Dude, they're on the internet » (« Ces jours-ci, j'entends beaucoup parler des "millennials", ces personnes paresseuses et sans but, qui ne veulent que rester assises à twerker sur leurs iPods et à tweeter sur leurs Kardashians, et j'entends aussi des gens demander : "Où est la prochaine génération du mouvement pour la justice sociale ? Où sont toutes les jeunes féministes et activistes ? Mec, elles sont sur internet »)[16],[17].

Le , Lindy West co-fonde la campagne Shout Your Abortion (« Balance ton avortement »), sur les réseaux sociaux, notamment Twitter : les gens y partagent en ligne leurs expériences d'avortement sans « sadness, shame or regret » (« tristesse, honte ou regret »), dans le but de « destigmatization, normalization, and putting an end to shame » (« déstigmatiser, normaliser et en finir avec la honte »). Cette campagne est lancée en réponse aux moyens déployés par la Chambre des représentants des États-Unis pour soutenir le financement de Planned Parenthood, suite à la controverse relative à la récente publication de vidéos secrètes de Planned Parenthood[18],[19],[20],[21],[22],[23].

En , Lindy West remporte The Stranger Award Genius de littérature, qui récompense son livre Shrill: Notes from a Loud Woman[24].

Le , Lindy West devient rédactrice pour The New York Times. Elle y tient une chronique hebdomadaire sur le féminisme et la culture populaire[25].

Le , la série télévisée Shrill, adaptée de ses mémoires, avec Aidy Bryant, est créée sur Hulu. Lindy West en est la productrice exécutive et la scénariste[26].

Son second recueil d'essais, intitulé The Witches Are Coming, est publié le , par Hachette Book Group[27]. L'année suivante, en , ce même éditeur publie son ouvrage Shit, Actually: The Definitive, 100% Objective Guide to Modern Cinema[28].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Le , Lindy West épouse le musicien et écrivain Ahamefule J. Oluo, frère cadet de l'écrivain originaire de Seattle Ijeoma Oluo[29],[30].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Lindy West, The Witches Are Coming, Hachette Books, (réimpr. 2019), 272 p. (ISBN 978-0316449885)
  • (en) Lindy West, Shrill: Notes from a Loud Woman, New York City, Hachette Books, (réimpr. 2016), 272 p. (ISBN 978-0316348409, LCCN 2016001577)
  • (en) How to Be a Person : The Stranger's Guide to College, Sex, Intoxicants, Tacos and Life Itself, Seattle, Washington, Sasquatch Books, (réimpr. 2012), 250 p. (ISBN 9781570617782, LCCN 2012011132)[31]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en-US) « Entertaining musician, ad man Paul West dies », sur The Seattle Times, (consulté le )
  2. a b c et d "Author Archive: Lindy West." The Stranger. Accessed on January 21, 2012.
  3. « Music & nightlife | Entertaining musician, ad man Paul West dies | Seattle Times Newspaper », sur web.archive.org, (consulté le )
  4. "Lindy West Announces Move to LA, Seattle Cries." Seattlest. August 30, 2011. Accessed on January 21, 2012.
  5. West, Lindy. "So Long, Suckers!!! I Never Liked You!" The Stranger. September 13, 2011. Accessed on January 21, 2012.
  6. Waldman, Katy, « Stop Calling Yourself A Feminist », Slate, (consulté le )
  7. "Whoa, The Reaction To That Column Was Crazy" RedEye Chicago. Accessed on August 20, 2012.
  8. (en-US) « Lindy West: Finding ‘invisible hypocrisies’ », sur The Seattle Times, (consulté le )
  9. (en) « Seattle's Lindy West Brings Women's Issues to Light Online », sur Seattle Magazine, (consulté le )
  10. « Lindy West » [archive du ], The Daily Telegraph (consulté le )
  11. « Contributors: Lindy West », GQ (consulté le )
  12. West, Lindy. "Anatomy of a racist: Our awkward relationship with Mel Gibson." NY Daily News. July 19, 2010. Accessed on January 21, 2012.
  13. West, « Glee Recap: Takin' It to the Streets », Vulture.com,
  14. West, Lindy, « How To Be a Person: A Guide to Life for the Recent Graduate », Cracked.com,
  15. « I Jumped the Shark on My Pony. It Is My Pony's Only Trick. » [archive du ], Lindy West (consulté le )
  16. a et b (en-US) Dayna Tortorici, « ‘Sex Object: A Memoir’ and ‘Shrill: Notes From a Loud Woman’ », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le )
  17. Lindy West Receives the WMC's Social Media Award from Jane Fonda [video]
  18. Pearson, « Women embrace, criticize #ShoutYourAbortion », CNN,‎ (lire en ligne, consulté le )
  19. Buchanan, « Tens of thousands of women share their abortion experiences in global attempt to end stigma », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Wilmer, « The women 'shouting' their abortions », BBC,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. Bowden, « Planned Parenthood' #ShoutYourAbortion Sees Women Take To Social Media To Help Save Funding », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le )
  22. Kahn, « The Dark Side of Hashtag Activism », Elle,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. Roy, « How the #ShoutYourAbortion Hashtag Started and Sparked a New Movement », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. (en) Christopher Frizzelle, « Lindy West », sur The Stranger (consulté le )
  25. (en-US) Lindy Ouest, « Lindy West. Feminisme and popular culture. », The New York Times,‎ (lire en ligne Accès libre, consulté le )
  26. (en) Bryant, « Aidy Bryant On 'Shrill,' 'SNL' Thrills, And Not Feeling Bad About Her Body », NPR.org (consulté le )
  27. (en) « Roxane Gay: ‘If I was conventionally hot and had a slammin’ body, I would be president’ », sur the Guardian, (consulté le )
  28. « Shit, Actually », Hachette Book Group (consulté le )
  29. Hamil, « Q&A with Ahamefule J. Oluo », CityArts,
  30. West, « My wedding was perfect – and I was fat as hell the whole time », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  31. « Bio | Ladies and Gentlemen, Lindy West », sur web.archive.org, (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]