Lina Bruna Rasa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Lina Bruna Rasa
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Tessiture
Soprano spinto (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Genre artistique

Lina Bruna Rasa, née le à Padoue (Italie) et morte le à Milan, est une soprano italienne. Elle s'est notamment fait remarquer pour ses prestations dans le répertoire du vérisme musical et a été l'artiste favori de Pietro Mascagni, qui la considérait comme la Santuzza idéale.

Bruna Rasa a créé les rôles d'Atte dans Néron de Pietro Mascagni, Cecilia Sagredo dans La Sagredo de Franco Vittadini et de Sainte Claire dans l'oratorio Trittico Francescano de Licinio Refice en 1926. Elle a également chanté le rôle de la Tsarine Militrisa lors de la première italienne de Le Conte du Tsar Saltan de Nikolaï Rimski-Korsakov.

Biographie[modifier | modifier le code]

Lina Bruna Rasa est née à Padoue et commence ses études musicales à l'âge de 14 ans, elle étudie avec Guido Palumbo et Italiano Tabarin à Padoue, et plus tard à Milan avec Manlio Bavagnoli. Son apparition en concert en 1925 à La Fenice où elle chante l'aria, Suicidio de La Gioconda, créé une sensation. La même année, à l'âge de 18 ans, elle fait ses débuts à l'opéra en interprétant le rôle d'Elena dans Mefistofele de Arrigo Boito au Teatro Politeama  à Gênes. Elle fait ses débuts au Teatro Regio de Turin dans le même rôle, le et engagée par Toscanini pour chanter Elena pour l'ouverture de la saison 1927 à La Scala de milan où elle a fait ses débuts le . Elle chante dans de nombreuses représentations notables, y compris la première mondiale de Nerone de Pietro Mascagni, le , à La Scala de Milan[1], dans La Sagredo de Franco Vittadini (en), dans la première italienne de Le Conte du Tsar Saltan de Nikolaï Rimski-Korsakov et quelques-unes d'autres premières, Sly d'Ermanno Wolf-Ferrari, La Maddalena de Vincenzo Michetti , et La campana sommersa d'Ottorino Respighi. Elle a chanté Mathilde pour La Scala, à la célébration du 100e anniversaire de Guillaume Tell de Rossini.

Entre les années 1926 et 1933,  Bruna Rasa chante dans toute l'Italie ainsi qu'à Monte-Carlo, Nice, Lausanne et Barcelone où elle chante Aida au Grand théâtre du Liceu. Plus tard, elle va en Égypte , en 1927, où elle chante dans Aida et Omòniza à l'Opéra khédival du Caire. Le , elle chante pour l'inauguration du Palais de la Méditerranée à Nice. En 1929, elle est engagée par l'impresario, Faustino Da Rosa, pour une série de spectacles en Amérique du Sud. Elle fait ses débuts au Théâtre Colón de Buenos Aires, le dans le rôle de Madeleine de Coigny dans Andrea Chénier avec Georges Thill dans le rôle de Chénier. Elle y chante également dans Cavalleria Rusticana, Tosca, et La campana sommersa dans la première Sud-Américaine. En août, la troupe de Da Rosa va en Uruguay où elle chante Andrea Chénier, de nouveau avec Thill et Tosca au Solís Theatre (en) à Montevideo.

Les hypothèses sur les premières interprétations de Bruna Rasa dans le rôle de Santuzza dans Cavalleria rusticana, rôle pour lequel elle est surtout connue aujourd'hui, indiquent qu'elles auraient eu lieu en 1927, à Lausanne et Bari. Le compositeur Pietro Mascagni, et Bruna Rasa se rencontrent pour la première fois à Venise en juillet 1928, date à laquelle elle donne une représentation de Cavalleria Rusticana, Place Saint-Marc devant une foule de 35 000 personnes. Mascagni est frappé par son intensité dramatique et sa puissante et belle voix. Elle va devenir sa Santuzza favorite. Il conduit par la suite beaucoup de ses représentations dans ce rôle à la fois en Italie et à l'étranger[2] et l'a choisie pour l'enregistrement en 1940 de Cavalleria rusticana qui a marqué le 50e anniversaire de sa création. C'est le seul enregistrement en studio qui est mené par Mascagni lui-même.

Au début des années 1930, Bruna Rasa commence à montrer des signes de la maladie mentale qui est la cause de sa retraite prématurée de la scène. Cette situation s'aggrave avec la mort de sa mère en 1935. Elle souffre d'une grave dépression qui la tient loin de la scène, souvent dans des sanatoriums, pour des périodes de plus en plus longues. Gino Bechi qui chante avec elle dans l'enregistrement de Cavalleria rusticana de 1940, se rappelle que durant les sessions d'enregistrement, elle lui demandait avec insistance s'il avait remarqué les chevaux blancs ailés qui l'attendaient pour l'emmener mais devenait complètement lucide quand la musique commençait[3]. Le ténor Giovanni Breviario qui a chanté avec elle à Lecco en 1941, a rappelé:

« Sa voix merveilleuse a pris vie dès qu'elle a commencé ses scènes. Cela ne s'est produit que sur scène. Nous étions tous très affectueux envers elle, mais quand elle n'était pas sur scène, elle était passive, apathique, ne parlait pas et restait fermement attachée à son sac à main[4] »

. Le , elle chante dans Cavalleria rusticana dans le théâtre en plein air de Pesaro. Il s'agit de sa dernière performance dans une mise en scène d'opéra. Lina Bruna Rasa passe les 36 dernières années de sa vie dans un hôpital psychiatrique à Milan, où elle meurt.

Répertoire[modifier | modifier le code]

En plus des rôles énumérés ci-dessus, Bruna Rasa a également chanté à la radio, Maggiolata veneziana de Rito Selvaggi[note 8] et Fedora Giordano.

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Andrea Chénier (Luigi Marini, Lina Bruna Rasa, Carlo Galeffi, Salvatore Baccaloni; La Scala Orchestre et Chœur; Lorenzo Molajoli, chef d'orchestre). Enregistré à l'origine en 1929. Label : Naxos (label) 811006667
  • Cavalleria rusticana (Beniamino Gigli, Lina Bruna Rasa, Gino Bechi, Giulietta Simionato; La Scala Orchestre et Chœur; Pietro Mascagni, chef d'orchestre). Enregistré à l'origine en 1940. Label: EMI Classics 69987 (également publié sur Naxos 811071415) lire en ligne sur Gallica
  • Fedora (Gilda Dalla Rizza, Emilio Ghirardini, Antonio Melandri; La Scala Orchestre et Chœur; Lorenzo Molajoli, chef d'orchestre). Cet album contient également des extraits de 1931 Andrea Chénier (ci-dessus) et plus de morceaux de Lina Bruna Rasa chantant: "L'altra notte in fondo al mare" et "Spunta l'aurora pallida" de Mefistofele; "In quelle trine morbide" de Manon Lescaut; "Vissi d'arte" de Tosca; "Rivedrai le foreste imbalsamate" (avec Carlo Galeffi) à partir de Aida; et "Voi lo vous savent petit, o Mamma" de Cavalleria rusticana. Label : Gala 758

Elle fait partie de l'une des plus grandes compilation de chants classiques, The EMI Record of Singing où elle apparaît dans le Volume III - L'école italienne.

Références et notes[modifier | modifier le code]

Notes
  1. Selon Casaglia, elle joue ce rôle à l'Opéra de Monte-Carlo, le 4 avril 1931 avec Paul-Henri Vergnes (Don José) et René Hérent (en) (Escamillo).
  2. Germania, opéra de Alberto Franchetti sur un livret de Luigi Illica, première à Milan en 1902.
  3. La Maddalena, opéra de Vincenzo Michetti qui a aussi écrit le livret, remaniement de son opéra antérieur María di Magdala, première à La Scala en 1928.
  4. Omòniza, opéra de Litterio Butti (1864-1930), compositeur italien, poète, philosophe et érudit classique. Situé au IXe siècle en Sicile à l'époque des invasions des Sarrasins.
  5. I pittori fiamminghi (Les peintres flamands), opéra en trois actes d'Antonio Smareglia sur un livret de Luigi Illica. Reprise du premier opéra de Smareglia Cornelio Schutt, créée au Teatro Verdi à Trieste en 1928.
  6. La Sagredo, opéra en quatre actes de Franco Vittadini sur un livret de Giuseppe Adami. Création à La Scala en 1930.
  7. Zanetto, opéra en un acte de Pietro Mascagni sur le livret de Giovanni Targioni - Tozzetti et Guido Menasci d'après la pièce de théâtre de François Coppée Le Passant. Créé en 1896 au Lacho Musicale Gioachino Rossini, à Pesaro.
  8. Maggiolata veneziana, tragédie lyrique en trois scènes sur un livret de Rito Selvaggi et Emanuele Cecconi. Théâtre San Carlo, Naples, 1929.
Références
  1. « Le mouvement musical à l'étranger - Italie », Le Ménestrel,‎ , p. 31 (lire en ligne, consulté le ).
  2. « Le mouvement musical à l'étranger - Italie », Le Ménestrel,‎ , p. 55 (lire en ligne, consulté le ).
  3. Dryden (2004)
  4. Innaurato (2000)
  5. « courrier théâtral et musical », Comoedia,‎ , p. 5 (lire en ligne, consulté le ).

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

icône image Image externe
Lina Bruna Rasa dans le rôle de Santuzza sur http://www.cs.princeton.edu/