Linézolide

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Linézolide
Image illustrative de l’article Linézolide
Identification
Nom UICPA (''S'')-N-[[3-[3-fluoro-4-(4-morpholinyl)]phényl]-2-oxo-5-oxazolidinyl]méthyl-acétamide
No CAS 165800-03-3 S(–)
No ECHA 100.121.520
Code ATC J01XX08
DrugBank DB00601
PubChem 441401
SMILES
InChI
Apparence Solide
Propriétés chimiques
Formule brute C16H20FN3O4  [Isomères]
Masse molaire[1] 337,3461 ± 0,016 g/mol
C 56,97 %, H 5,98 %, F 5,63 %, N 12,46 %, O 18,97 %,
Propriétés physiques
Solubilité 3 mg·mL-1 eau
Considérations thérapeutiques
Voie d’administration Injection, Oral
Précautions Belgique : usage hospitalier

Unités du SI et CNTP, sauf indication contraire.

Linézolide (per os ou perfusion)
Noms commerciaux
  • Zyvoxid (Belgique, France, Suisse)
Classe antibiotique
Autres informations Sous classe : oxazolidinones
Identification
No CAS 165800-03-3Voir et modifier les données sur Wikidata
No ECHA 100.121.520
Code ATC J01XX08
DrugBank 00601Voir et modifier les données sur Wikidata

Le linézolide est un antibiotique de synthèse de la famille des oxazolidinones. Il est actif sur les germes Gram positifs, y compris les entérocoques résistants aux glycopeptides et les Staphylococcus aureus méthicillino-résistants et de sensibilité diminuée aux glycopeptides.

C'est le premier antibiotique de la famille des oxazolidinones à avoir été mis sur le marché en 2000[2].

Il agit en se fixant sur la sous-unité 50S du ribosome bactérien, près de son centre catalytique[3]. Il peut également limiter la prolifération de certaines cellules eucaryotes en bloquant la réplication de leurs mitochondries[4]. Il se diffuse dans l'ensemble des tissus, y compris les poumons et le système nerveux central[5].

Il est en général réservé au traitement d'infections bactériennes graves dans les cas où d'autres antibiotiques ont échoué pour cause de résistance aux antibiotiques. Il n'y a pas de résistance croisée avec les autres classes d'antibiotiques actifs sur les bactéries à Gram positif. Des états comme des infections cutanées ou des pneumonies nosocomiales ou une résistance à la méticilline ou à la pénicilline sont des indications pour le linézolide. Il est en particulier actif sur certaines souches de Staphylococcus aureus résistant à la méticilline et sur les entérocoques résistant à la vancomycine[6]. Il inhibe également la croissance du Mycobacterium tuberculosis commun ou résistant[7],[8]. Il a ainsi été testé chez des patients porteurs d'une tuberculose multi-résistante avec stérilisation des crachats[9]. Des résistances secondaires à cette molécule ont cependant été décrites chez les patients traités[9].

Les effets secondaires sont dominés par la myélotoxicité (thrombopénie, anémie, pancytopénie)[10], qui dépend étroitement de la durée du traitement, lequel est rarement indiqué au-delà de 28 jours. On note aussi des neuropathies périphériques, un syndrome sérotoninergique (lorsqu'il est utilisé avec un inhibiteur sélectif de la recapture de la sérotonine[11], le linézolide est un inhibiteur réversible de la monoamine oxydase (IMAO). Une acidose lactique est possible. Il peut également causer des neuropathies optiques régressives après plusieurs mois d'arrêt du traitement[12].

Il est assez cher par comparaison aux antibiotiques plus anciens.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Masse molaire calculée d’après « Atomic weights of the elements 2007 », sur www.chem.qmul.ac.uk.
  2. (en) Leach KL, Brickner SJ, Noe MC, Miller PF, « Linezolid, the first oxazolidinone antibacterial agent », Ann N Y Acad Sci. 2011;1222:49-54.
  3. (en) Ippolito JA, Kanyo ZF, Wang D. et al. « Crystal structure of the oxazolidinone antibiotic linezolid bound to the 50S ribosomal subunit », J Med Chem. 2008;51:3353-6.
  4. (en) Nagiec EE, Wu L, Swaney SM. et al. « Oxazolidinones inhibit cellular proliferation via inhibition of mitochondrial protein synthesis », Antimicrob Agents Chemother. 2005;49:3896-902.
  5. (en) Di Paolo A, Malacarne P, Guidotti E, Danesi R, Del Tacca M, « Pharmacological issues of linezolid: an updated critical review », Clin Pharmacokinet. 2010;49:439-47.
  6. (en) Vinh DC, Rubinstein E, « Linezolid: a review of safety and tolerability », J Infect. 2009;59:Suppl1:S59-S74.
  7. (en) Ashtekar DR, Costa-Periera R, Shrinivasan T, Iyyer R, Vishvanathan N, Rittel W, « Oxazolidinones, a new class of synthetic antituberculosis agent: in vitro and in vivo activities of DuP-721 against Mycobacterium tuberculosis », Diagn Microbiol Infect Dis. 1991;14:465-71.
  8. (en) Tato M, de la Pedrosa EG, Canton R. et al. « In vitro activity of linezolid against Mycobacterium tuberculosis complex, including multidrug-resistant Mycobacterium bovis isolates », Int J Antimicrob Agents 2006;28:75-8.
  9. a et b (en) Lee M, Lee J, Carroll MW. et al. « Linezolid for treatment of chronic extensively drug-resistant tuberculosis », N Engl J Med. 2012;367:1508-18.
  10. (en) Birmingham MC, « Linezolid for the treatment of multidrug-resistant, gram-positive infections: experience from a compassionate-use program », Clin Infect Dis, vol. 36, no 2,‎ , p. 159-68. (PMID 12522747)
  11. (en) Beekmann SE, Gilbert DN, Polgreen PM, « Toxicity of extended courses of linezolid: results of an Infectious Diseases Society of America Emerging Infections Network survey », Diagn Microbiol Infect Dis. 2008;62:407-10.
  12. (en) Lee E, Burger S, Shah J et al. « Linezolid-associated toxic optic neuropathy: a report of 2 cases », Clin Infect Dis. 2003;37:1389-91.

Lien externe[modifier | modifier le code]