Lillian Rosanoff Lieber

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Lillian Rosanoff Lieber
Lieber-R-Lillian.jpg
Lillian R. Lieber (1886 - 1986).
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 99 ans)
QueensVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Barnard College (jusqu'en )
Université Columbia (jusqu'en )
Université Clark (Philosophiæ doctor) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Fratrie
Aaron Rosanoff (en)
Martin André Rosanoff (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Hugh Gray Lieber (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata

Lillian Rosanoff Lieber (26 juillet 1886 à Mykolaïv, Empire russe - 11 juillet 1986 à Queens, New York) est une mathématicienne russo-américaine et une auteure populaire. Elle fait souvent équipe avec son mari illustrateur, Hugh Gray Lieber, pour produire ses œuvres.

Vie et carrière[modifier | modifier le code]

Petite enfance et éducation[modifier | modifier le code]

Lieber était l'une des quatre enfants d'Abraham H. et de Clara (Bercinskaya) Rosanoff[1]. Ses frères sont l'éditeur de Denver Joseph Rosenberg, le psychiatre Aaron Rosanoff (en) et le chimiste Martin André Rosanoff (en). Aaron et Martin ont changé de nom pour sonner plus russe, moins juif[2]. Lieber a déménagé aux États-Unis avec sa famille en 1891. Elle a reçu son bachelor of arts du Barnard College en 1908, sa maîtrise de l'université Columbia en 1911 et son doctorat en chimie de l'université Clark en 1914, sous la direction de Martin ; à Clark, Solomon Lefschetz était un camarade de classe[3]. Elle a épousé Hugh Gray Lieber le 27 octobre 1926.

Carrière[modifier | modifier le code]

Après avoir enseigné au Hunter College de 1908 à 1910 et dans le système des écoles secondaires de New York (1910-1912, 1914-1915), elle est devenue chercheuse au Collège Bryn Mawr de 1915 à 1917; elle a ensuite enseigné au Wells College (en) de 1917 à 1918 en tant qu'instructrice de physique (agissant également comme chef du département de physique), et au Connecticut College for Women (en) (1918 à 1920)[1]. Elle a rejoint le département de mathématiques à Long Island University (LIU) à Brooklyn, New York (LIU Brooklyn ) en 1934, est devenue directrice du département en 1945 (succédant à Hugh quand il est devenu professeur et président de l'art à LIU [3]), et a été nommé professeure titulaire en 1947, jusqu'à sa retraite en 1954; elle a été nommée directrice de l' Institut Galois de Mathématiques de LIU (plus tard l' Institut Galois de Mathématiques et d'Art ) (du nom d'Évariste Galois) en 1934[4],[5]. Au cours de sa carrière, elle a publié quelque 17 livres, qui ont été écrits dans un style unique en vers libres et illustrés de dessins au trait fantaisistes de son mari. Ses écrits très accessibles ont été salués par pas moins qu'Albert Einstein, Cassius Jackson Keyser, Eric Temple Bell et S. I. Hayakawa. Concernant son livre, The Education of T. C. MITS (en), Dorothy Canfield Fisher a déclaré :

« C'est tout à fait différent de tout autre livre que vous ayez jamais acheté ... plein de mathématiques et plein d'humour ... également plein d'une philosophie de vie profonde et curative, rassurante, fortifiante, [et] humaine... " [6]. »

Elle a édité plusieurs volumes de conférences Galois, dont A Practical Simplification of the Method of Least Squares de Martin, plusieurs conférences par Alonzo Church et Lattice Theory de Garrett Birkhoff[3]. Bien que Lieber ait pris sa retraite de l'Université de Long Island en 1954, elle a continué à écrire et à publier dans les années 1960.

Obscurité sur sa vie personnelle[modifier | modifier le code]

Peu de détails sur la vie et la carrière de Lillian Lieber ont survécu, même à l'Université de Long Island. Elle est décédée dans le Queens, à New York, quelques semaines à peine avant son 100e anniversaire. Elle venait d'une famille juive bien éduquée. Des détails peuvent être trouvés dans le livre épuisé, Yesterday, qui a été écrit par sa cousine Miriam Shomer Zunser (en) dans les années 1930[4].

Typographie inhabituelle[modifier | modifier le code]

En plus d'animer ses livres avec des illustrations (ou "psyquaports"[7]) de son mari, Hugh Gray Lieber (qui était le chef du Département des beaux-arts de l'Université de Long Island), Lillian a souvent choisi un schéma inhabituel de typographie qui s'explique dans cet exemple de sa Préface à The Education of TC MITS :

« Ce n'est pas destiné à être
un vers libre.
Écrire chaque phrase sur une ligne distincte
facilite la lecture rapide,
et tout le monde
est pressé
aujourd'hui. »

TC MITS est un acronyme pour « The Celebrated Man In The Street », un personnage qui, à l'instar de M. Tompkins de George Gamow, a servi de dispositif pour faire découvrir au grand public des concepts de mathématiques et de physique supérieures. Le personnage de MITS était au cœur de l'approche populaire de Lieber en matière d'éducation[4], et elle a souvent agrémenté ses expositions de passages vantant les vertus du système démocratique.

Le « standard Lillian Lieber »[modifier | modifier le code]

Dans son livre, The Einstein Theory of Relativity, Lillian Lieber a exprimé son point de vue sur l'inclusion des mathématiques dans les livres destinés au « célèbre homme [ou femme] dans la rue »:

"... juste assez de mathématiques pour AIDER et NON pour ENTRAÎNER le lecteur profane... De nombreuses discussions «populaires» sur la relativité sans aucun calcul ont été écrites, mais nous doutons que même les meilleures d'entre elles puissent éventuellement donner à un novice une idée adéquate de ce dont il s'agit. . . . D'un autre côté, il existe de nombreux [livres sur la relativité] qui ne sont accessibles qu'aux experts. "

La Cavendish Press à Ann Arbor, Michigan, a adopté la règle d'or de Lillian avec quelques aménagements[8].

Travaux[modifier | modifier le code]

Bien que ses œuvres aient eu une grande influence (y compris une édition spéciale de poche de The Education of TC MITS qui a été distribuée aux militaires américains pendant la Seconde Guerre mondiale), elles sont restées épuisées pendant des décennies. À partir de 2007, l'éditeur Paul Dry Books a réédité The Education of TC MITS, Infinity et The Einstein Theory of Relativity[2].

  • 1931 Non-Euclidean Geometry, Academy Press[9].
  • 1932 Galois and the Theory of Groups, Science Press Printing Company, Lancaster, PA.
  • 1936 The Einstein Theory of Relativity, Science Press Printing Company, Lancaster, Pennsylvanie.
  • 1940 Non-Euclidean Geometry; or, Three Moons in Mathesis, Science Press Printing Company, Lancaster, Pennsylvanie[1].
  • 1942 The Education of TC MITS, Galois Institute of Mathematics and Art, Brooklyn, NY. .
  • 1944 The Education of TC MITS, W. W. Norton & Company, NY, (édition révisée et agrandie)
  • 1945 The Einstein theory of Relativity, Farrar & Rinehart, NY et Toronto. (La partie I de cette édition est le même matériel publié en 1936. La partie II était nouvelle dans cette édition. )
  • 1946 Modern Mathematics for TC Mits, The Celebrated Man in the Street, G. Allen & Unwin Ltd, Londres, 1ère édition de Londres.
  • 1946 Take a Number: Mathematics for the Two Billion, The Jacques Cattell Press, Lancaster, Pennsylvanie.
  • 1947 Mits, Wits and Logic, (1ère édition) WW Norton & Company, NY[7].
  • 1949 The Einstein Theory of Relativity, D. Dobson (en), Londres.
  • 1953, 2008 Infinity: Beyond the Beyond the Beyond, édité et avant-propos par Barry Mazur, Paul Dry Books, Rinehart, NY[10],[11].
  • 1954 Mits, Wits, and Logic, (édition révisée) Galois Institute of Mathematics and Art, Brooklyn, NY.
  • 1956 Human Values of Modern Mathematics a Book of Essays, Galois Institute of Mathematics and Art, Brooklyn, NY[12].
  • 1959 Lattice Theory: The Atomic Age in Mathematics, Galois Institute of Mathematics and Art, Brooklyn, NY.
  • 1960 Mits, Wits, and Logic, (3d Edition) WW Norton & Company, NY.
  • 1961 Human Values and Science, Art and Mathematics, (1st Edition) WW Norton & Company, NY.
  • 1961 Galois and the Theory of Groups: A Bright Star in Mathesis, Galois Institute of Mathematics and Art, Brooklyn, NY[13].
  • 1963 Mathematics: First S-t-e-p-s, F. Watts, NY.
  • 2007 The Education of T. C. MITS: What Modern Mathematics Means to You, Préface de Barry Mazur, Paul Dry Books, Philadelphie, Pennsylvanie[14].
  • 2008 The Einstein theory of Relativity: A Trip To the Fourth Dimension, Paul Dry Books, Philadelphie, Pennsylvanie[15].
  • 2017 Take a Number: Mathematics for the Two Billion, Dover Publications, Mineola, NY[3].

Références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Lillian Rosanoff Lieber » (voir la liste des auteurs).
  1. a b et c Alper, « Lillian R. Lieber », Jewish Women's Archive (consulté le 1er mars 2019)
  2. a et b « Paul Dry, Publisher of her reissued books ».
  3. a b c et d Ackerberg-Hastings, « Take a Number: Mathematics for the Two Billion », Mathematical Association of America, Mathematical Association of America (consulté le 5 mars 2020)
  4. a b et c (en) « Robert Jantzen's webpage on Lieber »
  5. David Lindsay Roberts, Republic of Numbers: Unexpected Stories of Mathematical Americans through History, Baltimore, JHU Press, (ISBN 9781421433080, lire en ligne), p. 148
  6. Couverture de l'édition de 1944 W. W. Norton de The Education of T. C. MITS
  7. a et b Church, « Review: Lillian R. Lieber, Hugh Gray Lieber, Mits, Wits and Logic », Journal of Symbolic Logic, vol. 13, no 1,‎ , p. 55 (DOI 10.2307/2268160, JSTOR 2268160)
  8. « Cavendish Press Web Site, elaboration of the Lillian Lieber Standard »« https://web.archive.org/web/20070212154014/http://www.cavendishscience.org/bks/rel/math.htm »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?),
  9. Non-Euclidean geometry : or, Three moons in mathesis, [New York (lire en ligne)
  10. « Works by Lillian R. Lieber - PhilPapers », PhilPapers (consulté le 1er mars 2019)
  11. « The Education of T. C. MITS », Paul Dry Books (consulté le 1er mars 2019)
  12. « Lillian Rosanoff Lieber, Human Values of Modern Mathematics a Book of Essays - PhilPapers », PhilPapers (consulté le 1er mars 2019)
  13. « Galois and the Theory of Groups: A Bright Star in Mathesis - Mathematical Association of America » (consulté le 5 mars 2019)
  14. « The Education of T. C. MITS », Paul Dry Books (consulté le 1er mars 2019)
  15. « The Education of T. C. MITS », Paul Dry Books (consulté le 1er mars 2019)

Liens externes[modifier | modifier le code]