Liliana Segre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Liliana Segre
Illustration.
Liliana Segre en 2017.
Fonctions
Sénatrice à vie italienne
En fonction depuis le
(3 ans, 11 mois et 26 jours)
Législature XVIIe et XVIIIe
Groupe politique Mixte
Biographie
Date de naissance (91 ans)
Lieu de naissance Milan, Lombardie
Nationalité italienne
Parti politique Indépendante
Diplômé de Université de Trieste
Université de Vérone
Université de Bergame

Liliana Segre, née le à Milan (Italie), est une femme politique italienne, rescapée de la Shoah, nommée sénatrice à vie en , militante de la mémoire de la Shoah.

Biographie[modifier | modifier le code]

Liliana Segre, fille d'Alberto Segre et Lucia Foligno, est née à Milan le . Elle perd sa mère alors qu'elle n'a pas encore un an et vit avec son père et ses grands-parents paternels. Liliana Segre est victime des lois raciales fascistes à l'âge de 8 ans et est forcée de quitter l'école primaire en . Le 7 décembre 1943, avec son père et ses deux cousins elle fuit en Suisse. Elle est arrêtée le lendemain dans le canton du Tessin et renvoyée en Italie, puis arrêtée à Selvetta di Viggiù frazione de Varese par des italiens [1] . Après six jours de prison, elle est d'abord transférée à Côme puis à la prison San Vittore de Milan, où elle est détenue pendant 40 jours[2].

Décret de nomination de Liliana Segre comme sénatrice à vie.

Le , elle est déportée avec son père en Allemagne, à partir de la Gare de Milan-Centrale au camp de concentration de Birkenau-Auschwitz et internée dans la section féminine. Son père, meurt à Auschwitz le . Ses grands-parents paternels, arrêtés à Inverigo, commune de Côme, le , sont également déportés à Auschwitz, où ils sont tués le jour de leur arrivée le . Le numéro 75190 lui est tatoué sur l'avant-bras et elle est affectée au travail forcé pendant un an environ à l'usine de munitions « Union  », appartenant à Siemens[2].

Le , après avoir évacué le camp de concentration de Birkenau-Auschwitz pour échapper à l'avancée de l'Armée rouge, les Nazis transférèrent 56 000 prisonniers, dont Liliana Segre, à pied à travers la Pologne vers le nord. Liliana Segre, qui n'a pas encore 15 ans, doit affronter une des marches de la mort pour arriver au camp de femmes de Ravensbrück puis à celui de Malchow, dans le nord de l'Allemagne. Elle est libérée le , après l'occupation du camp de Malchow par les Soviétiques et rejoint finalement Milan en août 1945[2].

Liliana Segre est l'une des 25 survivantes des 776 enfants italiens de moins de 14 ans qui ont été déportés au camp de concentration d'Auschwitz. À partir de 1990, après 45 ans de silence, elle participe à des rencontres avec les élèves des écoles milanaises, témoignant de son expérience d'ancienne déportée. Mariée en 1951 avec Alfredo Belli Paci, elle est mère de trois enfants. Veuve, elle vit à Milan[2].

Le , le président de la République italienne, Sergio Mattarella, conformément à l'article 59 de la Constitution, la nomme sénatrice à vie[3]. Le président du Conseil, Paolo Gentiloni salue cette décision : « La vie de Liliana Segre est un témoignage pour la liberté. Comme sénatrice, elle nous montrera la valeur de la mémoire[4]. ».

Cependant, à l'automne 2018, une enquête est ouverte par le pôle antiterroriste italien car la sénatrice Liliana Segre reçoit alors plusieurs centaines de messages racistes et haineux par jour[5]. En , le parlement italien adopte la création d'une commission parlementaire chargée de lutter contre les phénomènes d'intolérance, de racisme, d'antisémitisme et d'incitation à la haine et à la violence, communément appelée commission Segre, par 151 voix pour et 98 abstentions, ces dernières correspondant à des élus issus des partis Forza Italia (centre droit), La Ligue (extrême droite) et Frères d'Italie (extrême droite)[6],[7]. À l'automne 2019, toujours victime de très nombreuses insultes et menaces de militants d’extrême droite, elle demeure sous protection policière[8].

Distinctions[modifier | modifier le code]

ITA OMRI 2001 Com BAR.svg

Commandeur de l' Ordre du Mérite de la République italienne par le Président de la République Carlo Azeglio Ciampi le [9].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (it) Liliana Segre, Emanuela Zuccalà: Sopravvissuta ad Auschwitz. Liliana Segre fra le ultime testimoni della Shoah, Milan: Paoline Editoriale Libri 2005, (ISBN 978-88-315-2769-9)
  • (it) Enrico Mentana, Liliana Segre: La memoria rende liberi, Milan, Rizzoli 2015 (ISBN 978-88-17-07568-8)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Daniela Padoan : Come una rana d'inverno, Milan, Bompiani 2004, (ISBN 88-452-0117-1)
  • (it) Sara Fantini, Notizie dalla Shoah - La stampa italiana nel 1945, prefazione di Liliana Segre, Edizioni Pendragon, Bologne 2005, (ISBN 88-8342-403-4)

Article connexe[modifier | modifier le code]

  • Memoria, documentaire de 1997 dans lequel témoigne Liliana Segre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liliana Picciotto, Il libro della memoria. Gli Ebrei deportati dall'Italia (1943-1945), Milan 2002, p. 574
  2. a b c et d (it) « Chie é Liliana Segre senatrice a vita[date=19 janvier 2018 », sur Repubblica.it.
  3. (it) « Liliana Segre senatrice a vita[date=19 janvier 2018 », sur La Repubblica
  4. (en) « Auschwitz survivor Liliana Segre made senator for life in Italy », sur The Local It,
  5. (it) Monica Serra, « Insulti razzisti alla senatrice Liliana Segre », La Stampa,‎ (lire en ligne)
  6. Italie: un député appelé "sioniste" en plein débat au Sénat, I24News
  7. « En Italie, le difficile combat d’une rescapée de la Shoah pour la tolérance », sur Le Monde.fr, Le Monde, (consulté le ).
  8. « Rescapée d’Auschwitz, engagée contre l’intolérance, menacée en Italie », sur www.liberation.fr,
  9. (it) « Onorificenze », sur quirinale.it

Liens externes[modifier | modifier le code]