Ligula intestinalis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ligula intestinalis
Description de cette image, également commentée ci-après
Partie antérieure (tête) du parasite L. intestinalis (Illustration faite par Arthur Reuben Cooper, publiée en 1918)[1].
Classification selon Catalogue of Life
Règne Animalia
Embranchement Platyhelminthes
Classe Cestoda
Ordre Diphyllobothriidea
Famille Diphyllobothriidae
Genre Ligula

Espèce

Ligula intestinalis
(Linnaeus, 1758)[2]

Ligula intestinalis désigne une espèce de vers cestodes de la famille des Diphyllobothriidae, vivant dans l'intestin des poissons et des oiseaux[3]. Cette espèce a été décrite pour la première fois en 1758 par le naturaliste suédois Carl von Linné (1707-1778).

Parasite fréquent des poissons blancs, et plus particulièrement de la tanche ou du gardon où on la trouve dans la cavité générale, elle se présente sous l'aspect du ténia, sans en être un.
La maladie induite est dite « ligulose ».

Cycle de reproduction[modifier | modifier le code]

Les œufs tombent au fond de l'eau et sont fixés sur des organismes planctoniques de l'ordre des copépodes, de petits crustacés.

En absorbant ces petits invertébrés parasités, les poissons sont à leur tour parasités jusqu'à ce qu'ils soient mangés eux-mêmes par un oiseau.

Malgré ce cycle de reproduction complexe (3 hôtes successifs), la ligule est un parasite très répandu.

La ligulose a pris dans certaines régions la gravité d'une épizootie, mais elle n'est en aucun cas transmissible à l'homme.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références taxonomiques[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sweeting, RA (1975) Studies on Ligula intestinalis. Some aspects of the pathology in the second intermediate host. J. Fish BioL, 10
  • Sweeting, RA (1976) Studies on Ligula intestinalis. Effects on a roach population in gravel pit. J. Fish Biol., 9 : 515-522.