Ligue universelle des francs-maçons

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Ligue universelle des francs-maçons
Histoire
Fondation
Cadre
Pays
Organisation
Président
Site web

La Ligue universelle des francs-maçons (LUF) (en espéranto : Universala Framasona Ligo) est un organisme international créé en 1905, à l'issue premier congrès international d’espéranto. À sa création elle prend le nom d'Espéranto Framasona et appelle au rassemblement des francs-maçons quelles que soient leurs obédiences, leurs nationalités ou leurs rites dans le but d'agir en faveur de l’internationalisme et du pacifisme. En 1913, elle prend son nom définitif et se structure à l'issue du congrès de Berne. L'association existe encore et continue ses activités en 2019.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Ligue universelle des francs-maçons est constituée à l'issue du premier congrès international d’espéranto qui se déroule en 1905 à Boulogne-sur-mer en France. Ce projet de langue internationale attire de nombreux francs-maçons qui le perçoivent comme un outil capable de rapprocher les hommes par le dialogue et s'inscrivant dans l'universalisme originel et le courant pacifiste de la franc-maçonnerie. La ligue se constitue en dehors de toute obédience et invite tous les francs-maçons sans distinction de rite ou d'appartenance. Elle ne parvient pas à ce structurer de manière formelle pendant ses premières années d’existence et c'est au cours de la rencontre internationale espérantistes de Berne en 1913, qu'elle fait approuver la rédaction de ses statuts et qu'elle prend le nom de Universala Framasona Ligo. Le premier président de la ligue est le portugais Sebastião de Magalhães Lima sénateur du Parti républicain, membre du Bureau international de la paix et pendant plus de vingt ans, grand-maître du Grand Orient lusitanien uni[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fulvio Conti, « La franc-maçonnerie et le mouvement pour la paix en Europe (1889-1914) : le Bureau international des relations maçonniques et la question de la paix et de l’arbitrage », Les Cahiers de la méditerranée, no 91,‎ , p. 87-89 (lire en ligne, consulté le ).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]