Ligue révolutionnaire communiste de Turquie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligue révolutionnaire communiste de Turquie
Türkiye İhtilalci Komünistler Birliği
Image illustrative de l’article Ligue révolutionnaire communiste de Turquie
Logotype officiel.
Présentation
Fondation Février 1979
Idéologie Marxisme-léninisme
Anti-révisionnisme
Affiliation internationale Coordination Internationale des Partis et Organisations Révolutionnaires('ICOR')
Site web http://tikb.li/

La Ligue révolutionnaire communiste de Turquie (en turc, Türkiye Ihtilalci Komünistler Birliği ou TIKB) est un parti marxiste-léniniste de Turquie.

Formation et orientation[modifier | modifier le code]

Les fondateurs de l'organisation, aussi connu comme Aktancılar, en référence à Aktan Ince, l'un des dirigeants dans les années 1970, était en 1975 impliqué dans la réorganisation du THKO[1]. Au début, ils étaient un petit groupe autour de la revue Halkın Kurtuluşu, qui deviendra plus tard le TDKP, jusqu'à ce qu'Aktan Ince et ses proches décident de créer en 1977 une autre revue,  Devrimci Proletarya (Le Prolétarien Révolutionnaire). Lors d'une "Assemblée des Militants progressistes" (tr: Ilerici Militanlar Toplantısı) en février 1979, le Groupe a adopté le nom de TIKB[2]. Après cela ont été publiés les journaux İhtilalci Komünist (Le Communiste Révolutionnaire) pour former les militants et Orak-Çekiç (Faucille et Marteau) pour définir l'axe tactique. Les deux revues étaient illégales. En avril 1980, l'Organisation a tenu sa première Conférence à Istanbul. Comme beaucoup d'autres organisations, la TIKB a été concernée par les vagues d'arrestations après le coup d'état de 1980. Ce n'est qu'à partir de 1987/88 que le parti a été totalement reconstruit et que les activités en Turquie et à l'étranger reprennent.

En juillet 1991, le deuxième congrès a lieu, au cours duquel Kenan Güngör, Selim Açan et Yaşar Ayaşlı sont élus au Comité central. Le 3e a lieu en 1993, et le 4e congrès en janvier 2010, ce qui a donné lieu à des scissions. L'une des scission s'est manifestée en 1995 avec la création d'un groupe avec le suffixe B pour "bolcheviks" (TİKB-B). Il s'est organisé autour de la revue Proleter Devrimci Duruş (Attitude Prolétarienne Révolutionnaire). En septembre 2012, le 1er Congrès du TİKB a lieu. Les protestations autour du parc Gezi en 2013 sont considérées par le TİKB comme une renaissance. Ethem Sarısülük, qui est décédé lors d'une manifestation à Ankara en juin 2013, est désigné comme militant du TİKB.

Le TİKB décrit l'économie de la Turquie comme « semi-coloniale et semi-capitaliste » et la voit sous l'hégémonie de l'impérialisme américain. L'ex-Union soviétique a été classée par elle comme social-fasciste. Son modèle de socialisme est calqué sur l'Albanie[3]. Le TİKB estime nécessaire de renverser la suprématie de la bourgeoisie par une révolution violente pour établir la dictature du prolétariat.

Activités[modifier | modifier le code]

Le TİKB a été impliqué dans des affrontements violents avec d'autres organisations avant le coup d'état de 1980. Des partisans de TİKB et Halkın Kurtuluşu ont par exemple été tués[4]. Cette forme de violence a ensuite été considérée comme une erreur[5]. Sous le nom de "socialisation" (tr: kamulaştırma), des joailleries, des bureaux de change et des banques ont été attaqués. Parmi les cibles se trouvaient également les forces de sécurité et des partis politiques, principalement le MHP, classé comme fasciste.

Dans un rapport publié en 1996 par Amnesty International, le TIKB est considéré comme un des groupes d'opposition armés responsables de violations des droits de l'homme[6]. Le TİKB a été impliqué dans les événements du district de Gazi en 1995. Deux membres ont été tués. Le TİKB est également actif à l'étranger, notamment en Allemagne. En effet, une première conférence a eu lieu en janvier 2001.

Poursuites[modifier | modifier le code]

Après le coup d'État de 1980, certains membres sont morts sous la torture et d'autres ont été abattus en tentant d'échapper à l'arrestation. D'autres personnes ont été arrêtées et condamnées à de longues peines d'emprisonnement. L'organisation se targue de ne s'être pas retirée de Turquie après le coup d'État, et affirme que la plupart de ses militants n'ont jamais avoué sous la torture. Sur les 8 membres du Comité central arrêtés, un seul a fait une déclaration, et 90% des militants auraient refusé d'avouer entre les mains de la police. Dans un numéro spécial d'octobre 1982, l'office de secours alternatif à la Turquie a intenté plusieurs procès devant les tribunaux militaires d'Istanbul et d'Ankara, au cours desquels 113 personnes ont été inculpées en tant que membres du TİKB. Contre 22 d'entre eux, la peine de mort a été demandée. D'autres documents datant de juin 1986 montrent que six peines de mort ont été prononcées contre les 186 membres présumés du TİKB.[7]

Il y a eu aussi des procès répétés de membres du TİKB, par exemple:

  • 4 avril 1998: La Cour de sûreté de l'État (SSG) 1 à Istanbul a jugé cinq personnes pour deux meurtres commis au nom du TIKB. Trois condamnations à mort ont été prononcées (Adem Kepeneklioğlu, Turan Tarakçı et Mehmet Hakan Canpolat). Un accusé a pris douze ans et demi de prison, et une personne a été acquitté[8].
  • 20 juillet 2001: Lors d'une procédure à Istanbul contre 21 accusés, pour le meurtre d'un policier en janvier 2001, à Istanbul,  le Procureur de la république a demandé la peine de mort contre trois d'entre eux (Erdinç Yücel, Erkan Altun et Yüksel Okuyucu)[9].
  • Septembre 2008: Dans une procédure à Istanbul contre 22 accusés, du meurtre de trois personnes au nom de la TIKB, trois ont été condamnés à la réclusion à perpétuité et deux à la réclusion à perpétuité. Les victimes du meurtre étaient Emrah Sarıtaş et Ergin Topal (assassiné le 2 août 1995) et Deniz Birinci (assassinée le 23 juin 1998)[10]. Gürbüz Aydemir, Ulaşs Dil et Yüksel Yiğitdoğan ont été condamnés à la prison à vie. En mars 2010, la Cour européenne des droits de l'homme a estimé que l'affaire contre Yüksel Yiğitdoğan n'avait pas respecté les principes énoncés dans la Convention européenne des droits de l'homme (CEDH)[11].

Des membres du TİKB détenus ont participé à plusieurs reprises à des grèves de la faim de prisonniers politiques en Turquie. Certains d'entre eux ont perdu la vie dans des actions connues sous le nom de Mort Rapide (tr: ölüm orucu). Haydar Başbağ et M. Fatih Öktülmüş sont morts lors d'une grève de la faim à la prison militaire de Metris en 1984. Au cours de l'été 1996, des grévistes de la faim, Tahsin Yılmaz, Hicabi Küçük et Osman Akgün ont été tués. Après la prise d'assaut de 20 prisons, le 19 décembre 2000, 30 prisonniers et deux soldats ont perdu la vie. Sont morts Tuncay Günel, Ali Çamyar, Lale Çolak et Okan Külekçi, accusés d'être des membres de la TIKB.[12]

Publications[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1970, le TIKB a publié un magazine légal intitulé Devrimci Proleterya. Après avoir été réactivée dans la seconde moitié des années 1980, elle a également publié le magazine légal Alınteri et le magazine illégal Orak-Cekiç. Il y a eu beaucoup de procès contre le magazine Alınteri, dans lequel ce sont surtout les rédacteurs en chef respectifs qui ont été condamnés à des amendes ou à des peines d'emprisonnement[13]. Il y avait aussi des cas dans lesquels les lecteurs du journal légal ont été traités comme des membres de l'organisation illégale TİKB[14]

Le Livre Adressiz Sorgular (Interrogatoires sans Adresse), écrit par un membre dirigeant de la TIKB, Yaşar Ayaşlı,  parut d'abord dans la maison d'édition Yurt, en juin 1989. L'auteur y décrit en premier lieu, sa résistance à la torture après sona rrstation en 1985. Le livre a été confisqué et l'auteur et l'éditeur Unsal Öztürk inculpé pour "propagande communiste", "injure à l'autorité publique" et "éloge d'infraction", mais acquitté en mars 1990. Yaşar Ayaşlı a été critiqué par ses anciens camarades pour avoir écrit des informations inexactes, de poursuivre des objectifs personnels avec ce livre, et de nuir à l'organisation[15]. Enfin, un collectif d'écrivains sous le nom d'Osman Yaşar Yoldaşçan (tué à Istanbul à la fin du mois de septembre 1980 alors qu'il s'opposait à son arrestation à l'aide de son arme à feu), a publié une refonte du livre[16]. Un film avec le même titre a été tourné en 2006 mais interdit en Turquie[17].

Le 3 novembre 2010, Nevin Berktaş a été arrêté à Istanbul pour avoir purgé une peine de prison de 10 mois dans le cadre de son livre Hücreler (Cellules). Le livre a été publié en 2000 par l'éditeur Yediveren. Dans ce document, l'auteur relate ses expériences dans la prison d'Adana, où elle a été inculpée devant le tribunal militaire après le coup d'État de 1980 pour appartenance à TİKB-B et condamnée à plus de 18 ans de prison. Après que la Cour européenne des droits de l'homme a statué en février 2011 que la condamnation de Nevin Berktaş pour «propagande pour une organisation terroriste» violait la liberté d'expression, elle a été libérée[18]. La CEDH a écrit dans son Arrêt :

"Le livre contient des passages qui reflètent principalement les expériences personnelles des auteurs et des personnes condamnées pour appartenance au TIKB (bolchevik). Cela donne l'impression d'une critique massive du système pénal tur ... Il se peut que certaines des opinions exprimées dans le livre soient controversées et corrélées avec le TIKB (bolchevik), mais le ton hostile de certains passages exprime plus de profondes souffrances face à des événements tragiques dans les prisons qu'un appel à la violence.“[19]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Siehe einen Auszug aus dem Werk “Türkei-Turquie” der Schweizerischen Flüchtlingshilfe (SFH), Bern, April 1997; abgerufen am 4.
  2. Die Angaben sind auf einer Seite zur TIKB « Copie archivée » (version du 7 septembre 2014 sur l'Internet Archive) bei terororgutleri.com zu finden; abgerufen am 4.
  3. Siehe den Artikel TİKB Amaç ve Stratejisi « Copie archivée » (version du 7 septembre 2014 sur l'Internet Archive) bei terororgutleri.com sowie ein Interview vom September 2010 „Die Linke hat schwere Fehler begangen.“; jeweils abgerufen am 4.
  4. Siehe die Seite Halkın Kurtuluşu Devrimci Proletarya Çatışması; abgerufen am 4.
  5. Vergleiche die Selbstdarstellung TİKB KISA TARİHİ…; abgerufen am 4.
  6. Siehe den Bericht « https://www.amnesty.org/en/library/asset/EUR44/084/1996/en/0c4186f5-eaf9-11dd-aad1-ed57e7e5470b/eur440841996en.html »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (AI Index: EUR/44/84/96)
  7. Siehe das Sonderinfo als PDF-Datei und die Dokumentationen Massenprozesse und Todesstrafen sowie Todesstrafen bis 1996; abgerufen am 6.
  8. Vergleiche die Nachricht in Sabah Sol örgüt davasında 3 idam cezası verildi; abgerufen am 6.
  9. Siehe die Meldung bei ntvmsnbc 21 TİKB’li hakim önündeydi; abgerufen am 6.
  10. Siehe die Nachricht bei ntvmsnbc TİKB davasında 5 kişiye müebbet hapis; abgerufen am 6.
  11. Das Urteil ist in Französisch unter AFFAIRE YİĞİTDOĞAN c.
  12. Siehe die Jahresberichte der TIHV Annual Report for 2001 und Annual Report for 2002
  13. Siehe dazu Jahresberichte der TIHV in Englisch oder Türkisch, zum Beispiel der Jahresbericht 1999 oder der Jahresbericht 2002 (jeweils in Englisch) oder den Wochenbericht 05/2007 des Demokratischen Türkeiforums; jeweils abgerufen am 6.
  14. Vergleiche eine Meldung vom März 2011 wiedergegeben bei Info-Türk, No. 391; abgerufen am 6.
  15. Im Internet ist eine komplette Wiedergabe des Werkes als PDF-Datei vorhanden.
  16. Das Buch mit dem gleichen Titel Adressiz Sorgular erschien 2014 im Verlag Şubat, (ISBN 978-6-05634-875-4).
  17. Siehe Nachricht in Radikal vom 1.
  18. Das Urteil kann auf den Seiten des EGMR gefunden werden.
  19. Die auszugsweise Übersetzung und ein Hintergrund zu dem Fall ist beim Demokratischen Türkeiforum unter Meinungsfreiheit verletzt: Buchautorin Nevin Berktaş kommt in Haft zu finden; abgerufen am 6.

Liens externes[modifier | modifier le code]