Ligue des étudiants marxistes du Japon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Ligue des étudiants marxistes du Japon (日本マルクス主義学生同盟, Nihon marukusushugi gakuseidōmei) était une organisation étudiante liée à la Ligue Communiste Révolutionnaire du Japon - Comité National (formée en 1959 par la faction Kuroda/Honda de la Ligue communiste révolutionnaire du Japon. Son acronyme est Marugakudo.

En 1963, la Marugakudo s'est divisée de la même façon que le Comité National entre la faction Honda (Chukaku-ha) et la faction Kuroda (Kakumaru-ha).

Résumé[modifier | modifier le code]

Elle s'est formée le 4 mars 1960 après la lutte contre le renouvellement du traité de sécurité américano-japonais (surnommé "ampo"), au sein du Bunto, en même temps que la Shagakudo (Ligue des étudiants socialistes). Elle critiquait le Parti communiste comme étant "la droite de l'extrême-gauche", voulant se rapprocher de la petite-bourgeoisie. Lorsque le Bunto s'est effondré après la défaite dans la lutte contre l'ampo, beaucoup de ses membres ont rejoint la marugakudo, qui a rapidement étendu son influence, prenant le contrôle de la direction de la Zengakuren, à la suite du Bunto.

Le 17e Congrès de la Zengakuren, ouvert le 8 juillet 1961, fut marqué par une lutte âpre contre le Minsei, la faction étudiante du PCJ, et contre l'"union de Tsuruya" (la Shagakudo, la faction du Kansai de la Ligue communiste révolutionnaire du Japon et la Ligue des jeunes socialistes), et finit sur un renforcement de la position de la Marugakudo, le Minsei décidant de se retirer et de former sa propre Zengakuren, et l'union Tsuruya étant expulsée progressivement.

En février 1963, quand le congrès du Comité national fit ressortir les différences entre Kuroda et la majorité du parti, la Marugakudo se divisa également, entre la majorité, pensant qu'il n'était plus possible d’empêcher que les autres organisations de gauche étudiante prennent la parole durant les meetings, et la minorité qui souhaitait continuer d’empêcher des réunions communes. La majorité forma la Faction marxiste révolutionnaire et la seconde la Faction noyau central. Par extension, ces deux termes finirent par désigner l'ensemble des membres des deux organisations opposées qui se formèrent sur la base des factions Kuroda et Honda.

La scission eut lieu officiellement entre avril et juin 1963, six dirigeants de la chukaku-ha étant expulsés du comité central de la Zengakuren, le reste de la faction décidant de boycotter le 20e congrès de l'organisation étudiante, ce qui mena à leur expulsion.

Responsabilité dans l'intensification des uchigebas[modifier | modifier le code]

Lors du 17ème Congrès de la Zengakuren, la Marugakudo élimina par la violence "l'union tsuruya", réunissant la Ligue des étudiants socialistes, la faction du Kansai de la Ligue communiste révolutionnaire du Japon et la Ligue des Jeunesses socialistes, pour consolider son contrôle sur l'organisation. Ces organisations formèrent la base du Sampa Rengo, l'"alliance des trois factions". C'est la première fois que l'uchigeba, le "conflit interne", fut utilisé par une faction de la Nouvelle Gauche.

Il s'agit de l'origine de la montée de la violence qui ébranla et discrédita la Nouvelle Gauche dans les années 1970 et 1980. Plus tard, la Chukaku-ha et la Kakumaru-ha se rejetèrent la responsabilité de cette première violence. La première accusait la seconde d'avoir été la majorité dans l'organisation étudiante, celle-ci répondant que la Chukaku contrôlait la direction via Shimizu Takeo. 

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]