Cette page est concernée par la règle R3R

Ligue de défense noire africaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ligue de défense noire africaine
Le respect ne se négocie pas. Il s'impose.Voir et modifier les données sur Wikidata
Histoire
Fondation
Cadre
Sigle
LDNAVoir et modifier les données sur Wikidata
Zone d'activité
Type
Domaines d'activité
Objectif
  • Représenter la communauté noire africaine et afro-descendante de France
  • Lutter contre la négrophobie
Méthode
Pays
Organisation
Fondateur
Président
Idéologie
Site web

La Ligue de défense noire africaine (LDNA) est une organisation française active publiquement depuis 2018. L'organisation déclare avoir pour objectif de lutter contre le racisme anti-noir et promouvoir le panafricanisme. Ses actions polémiques, comme les déclarations de son président en plein mouvement mondial suite à la mort de George Floyd aux États-Unis, les font sortir de l'anonymat.

Dans le contexte des manifestations antiracistes en France en 2020, le mouvement appelle au déboulonnage de plusieurs statues de personnalités historiques françaises. Son président-fondateur, Egountchi Behanzin, affirme alors que l'État français est « totalitaire, terroriste, esclavagiste, colonialiste ».

Présentation[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

La Ligue de défense noire africaine est un mouvement créé en 2007 selon ses initiateurs dans le but de lutter pour les droits des Africains et de leurs descendants de par le monde[1]. Active sur les réseaux sociaux, l'organisation revendique près de 50 000 abonnés sur Instagram et plus de 130 000 sur Facebook en 2020.

À partir de 2018, le mouvement s'est fait connaître du grand public à la suite de plusieurs actions (manifestations notamment) médiatisées[2],[1]. Son chef de file, qui se fait appeler Egountchi Behanzin en hommage à Behanzin — dernier roi d'Abomey et connu pour sa résistance à la colonisation française[3] —, se démarque également par ses propos polémiques[4].

Idéologie[modifier | modifier le code]

La ligue se fixant comme but la défense des africains et des descendants d'africains de part le monde, elle suit ainsi une idéologie panafricaine[1],[4]. Cette position se couple également d'une lutte contre le racisme anti-noir.

Dès 2018, la LDNA est répertoriée par le site Conspiracy Watch pour divers propos antisémites et complotistes[5]. Plusieurs médias et intellectuels de droite et d'extrême droite considèrent cette organisation comme racialiste et raciste, certains souhaitant sa dissolution pour ces motifs[6],[7],[8].

Actions médiatisées[modifier | modifier le code]

2018[modifier | modifier le code]

En avril 2018, un membre de la LDNA fait irruption dans l'agence du Crédit agricole de Montrouge (Hauts-de-Seine) pour demander le licenciement d'un employé qui se trouve être militant de Génération identitaire[9].

En novembre de la même année, un rassemblement est organisé par la ligue à la marie du 20e arrondissement de Paris à la suite de la mort par arrêt cardiaque d'une femme de ménage d'origine africaine[2]. Selon le mouvement, celle-ci avait subi des remarques sexistes et des pressions de son supérieur hiérarchique. Les autorités municipales contredisent ces accusations.

2019[modifier | modifier le code]

Accompagnés par d'autres membres d'organisation opposées au racisme anti-noir (comme le Conseil représentatif des associations noires de France ou l'Union nationale des étudiants de France), des militants de la LDNA s'opposent le à une représentation de la pièce Les Suppliantes du tragédien grec Eschyle à la Sorbonne[10],[11]. Les militants dénoncent le recours au « blackface » pour symboliser la couleur noire de certains personnages, mise en scène qu'ils jugent empreinte de racisme. La pièce sera finalement joué le mois suivant sans heurts.

La ligue manifeste en contre l'exposition sur le pharaon Toutânkhamon, à la grande halle de la Villette. Les responsables du mouvement reprochent à l'exposition de ne pas relayer la thèse controversée due à l'intellectuel sénégalais Cheikh Anta Diop d'après laquelle les pharaons étaient de couleur de peau noire. D'après les égyptologues contemporains, l'Égypte antique était métissée et Toutânkhamon avait la peau claire[12],[13].

Le , deux militants de la LDNA provoquent une esclandre avec le maire de Levallois-Perret, Patrick Balkany, et une gardienne d'immeuble[14],[15]. Les deux hommes, connus défavorablement de la Justice, sont poursuivis pour menaces, intimidations et menaces de mort[16],[17],[18]. Pour ces motifs, ils sont condamnés en première instance à six mois d'emprisonnement et à des peines pécuniaires en novembre 2019[19]. Estimant la condamnation excessive, leur avocate annonce l'intention des deux hommes de faire appel du jugement.

La LDNA manifeste le devant l'ambassade d'Afrique du Sud à Paris contre les violences xénophobes ayant éclaté en Afrique du Sud contre des immigrés africains[20]. Lors de cette manifestations, l’un des intervenants tient des propos appelant aux meurtres de Blancs, de Chinois et des Indiens plutôt que des Noirs.

2020[modifier | modifier le code]

En , dans le contexte des manifestations et émeutes qui suivent la mort de George Floyd aux États-Unis, la LDNA organise un rassemblement illégal au cours duquel son leader affirme que les violences et le racisme contre les noirs sont la norme en France[1],[21]. Selon lui, l'État français poursuit une politique colonialiste et esclavagiste, recourant à des méthodes totalitaires et terroristes pour parvenir à ses fins. Au cours de la manifestation, les militants s’en prennent également à la mémoire du ministre de Louis XIV Jean-Baptiste Colbert en raison de son implication dans la rédaction du Code noir au XVIIe siècle, l'injuriant et appelant à détruire la statue à son effigie devant l'Assemblée nationale[7]. À la suite de ces actions controversées[22], plusieurs députés de droite s'indigne des propos tenus et le Rassemblement national demande alors la dissolution du mouvement[4].

Le , la LDNA appelle sur Twitter à une cession du Palais Royal, du Louvre et du château de Versailles aux populations d'origine africaine en réparation du passé colonial de la France[1],[23]. À cette occasion, le mouvement menace également les statues de Napoléon et de Charles de Gaulle. Au début du mois de juillet, la Ligue inclut également le Vatican et l'Église catholique parmi les organisations qui devraient réparer certaines actions et positions passés puis être dissoutes[24].

Fin juin, Egountchi Behanzin et des militants participent à un rassemblement près de l'ambassade des États-Unis en France, pourtant interdit par la Préfecture de police de Paris[25].

En , la LDNA critique le parti politique catholique Civitas, reprochant à son président et aux adhérents des positions esclavagiste et colonialiste[24].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Justine Chevalier, « "Anti-négrophobe" et controversée, qu'est-ce que la Ligue de défense noire africaine ? », BFMTV,‎ (lire en ligne).
  2. a et b M. F. et BFMTV Paris, « Paris: mobilisation devant la mairie du 20e après la mort d'une employée », BFMTV,‎ (lire en ligne).
  3. Sud Radio, « "Racisme, violences policières : quelle réalité en France ?" », sur Youtube,  : « Débat J. Messiha vs E. Behanzin ; à 8:10, on entend J. Messiha affirmer que Benhanzin a choisi son nom en hommage au souverain africain, ce que E. Behanzin confirme. ».
  4. a b et c N. Be., « Rassemblements contre le racisme : trois choses à savoir sur la Ligue de défense noire africaine », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  5. « Ligue de défense noire africaine (LDNA) », sur Conspiracy Watch | L'Observatoire du conspirationnisme, (consulté le 16 juin 2020)
  6. Aurélien Marcq, « Le gouvernement doit dissoudre la Ligue de Défense Noire Africaine! », Causeur.fr,‎ (lire en ligne)
  7. a et b Valeurs Actuelles, « La Ligue de Défense noire africaine vomit la France, “un pays terroriste, colonialiste, esclavagiste”, en plein Paris », Valeurs Actuelles,‎ (lire en ligne)
  8. Marine Carballet, « Les ultra-blacks de la LDNA, entre positionnement victimaire et attitude identitaire », Valeurs Actuelles Le Club,‎ (lire en ligne)
  9. « Génération identitaire : un membre harcelé par la Ligue de défense noire africaine », Valeurs actuelles,‎ (lire en ligne)
  10. Marie-Estelle Pech, « Les Suppliantes: Eschyle censuré par des «antiracistes» », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  11. Baudoin Eschapasse, « Après la polémique, la revanche d'Eschyle à la Sorbonne », Le Point,‎ (lire en ligne)
  12. Michaël Naulin, « Après une pièce à la Sorbonne, des «antiracistes» tentent d’interdire l’expo Toutankhamon », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  13. Bouchra Ouatik, « Voici pourquoi des manifestants s’opposent à une exposition sur Toutankhamon », Radio Canada,‎ (lire en ligne)
  14. France Info, « Patrick Balkany a été agressé à Levallois-Perret, deux personnes placées en garde à vue », France Info,‎ (lire en ligne)
  15. L'Obs et AFP, « Balkany pris à partie et menacé à Levallois, deux hommes en garde à vue », L'Obs,‎ (lire en ligne)
  16. « Le procès des deux agresseurs présumés de Patrick Balkany renvoyé au 14 octobre », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  17. Le Figaro et AFP, « Deux militants de la Ligue de défense noire africaine condamnés pour avoir intimidé Patrick Balkany », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  18. Ouest France et AFP, « Patrick Balkany. Deux militants de la Ligue de défense noire africaine condamnés pour avoir intimidé le maire », Ouest France,‎ (lire en ligne)
  19. Valérie Mahaut, « Levallois-Perret: six mois de prison pour avoir intimidé Patrick Balkany », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  20. « «Commencez par tuer les Blancs»: la LDNA a-t-elle lancé un appel au crime racial en Afrique du Sud ? », sur RT en Français,
  21. « La France, un pays « assassin », « négrophobe », « esclavagiste » : la LDNA fait bondir à droite », sur RT France,
  22. Hamza Hizzir, « Violences policières : deux nouveaux rassemblements interdits ce samedi à Paris », sur LCI, (consulté le 11 juin 2020)
  23. « Le Palais-Royal, le Louvre et le château de Versailles « doivent être rétrocédés » selon la LDNA », sur RT en Français,
  24. a et b « Black Lives Matter : la LDNA veut dissoudre l’Eglise catholique », sur Valeurs actuelles, (consulté le 6 juillet 2020)
  25. « Les images de l'arrestation, à Paris, cet après-midi du fondateur de la Ligue de Défense Noire Africaine Egountchi Behanzin pour organisation de manifestation illégale - Vidéo », sur www.jeanmarcmorandini.com, (consulté le 24 juin 2020)

Articles connexes[modifier | modifier le code]