Ligue communiste internationaliste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Ligue communiste internationaliste (LCI) est un ancien parti politique trotskiste fondé en 1979 par environ 450 militants exclus de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR), lors du congrès de cette organisation, à L'Haÿ-les-Roses à la Toussaint 1979.
Ses dirigeants sont Daniel Gluckstein alias Seldjouk, Christian Leucate alias Nemo, Dominique Losay alias Letourneau et François Cortès alias Ulysse.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Ligue communiste internationaliste ou LCI se constitue au lendemain du congrès de la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) de la Toussaint 1979 à L'Haÿ-les-Roses, qui consacre l'exclusion des militants de la Tendance Léniniste-Trotskyste (TLT) et de la Tendance Bolchévique (fraction internationale animée par l'argentin Nahuel Moreno du Parti Socialiste des Travailleurs (PST) argentin et suivie par la majorité des organisations se réclamant du trotskysme en Amérique Latine).

En France, la TLT regroupe des militants issus de diverses minorités de la LCR qui se sont regroupés en 1977 et 1978: des partisans de la tendance internationale animée par le Socialist workers party (SWP) (USA), - parmi lesquels des anciens de la tendance « Contre le courant », (dont Dominique Losay et Daniel Gluckstein ), de la 3e Tendance Internationale, créée en France en 1974 à l'occasion du Xe congrès mondial de la Quatrième Internationale - Secrétariat unifié, qui regroupait également la tendance majoritaire Kompass du Groupe Internationaliste Marxiste (GIM) allemand et la Tendance Marxiste Révolutionnaire de Roberto Massari des Groupes Communistes Internationalistes (GCI) italiens - et des pro-lambertistes (Christian Leucate et François Morin).

Le groupe « Letourneau » de Dominique Losay prend la majorité dans la "Tendance 1" (T1), initialement dirigée par Gérard Filoche, en 1977, pendant une réunion préparatoire au 2e congrès de la LCR. Cette majorité de la "Tendance 1" fait adopter la fusion avec la "Tendance 4 " (T4) de la LCR dirigée par Christian Leucate alias Némo et François Morin alias Ulysse. De ce fait, Gérard Filoche se trouve minoritaire (1/3, 2/3) dans la "Tendance unifiée T1-T4".

Ultérieurement, la minorité de la "Tendance unifiée T1-T4" (Gérard Filoche, Salama…) rejoint la majorité de la LCR.

Quant à lui, le SWP américain, se rapproche d'abord de la majorité du Secrétariat Unifié, avant de poursuivre sa trajectoire vers l'alignement et le soutien inconditionnel au castrisme.

Un premier motif immédiat de scission de la LCR en France est au niveau international la décision lors du 10e congrès de la Quatrième Internationale - Secrétariat unifié (SU) de la majorité du congrès (et de celle de la LCR) de s'aligner sur les positions prises par les sandinistes au Nicaragua, dans les jours qui suivent la chute du dictateur Somoza. En effet, la majorité du SU, après avoir refusé de reconnaître et de défendre la brigade Simon Bolivar (brigade internationale impulsée par les trotskistes de tendance moréniste colombiens avant la chute de Somoza, aux côtés des sandinistes) face à la répression du nouveau gouvernement nicaraguayen, enjoint tous les trotskistes du Nicaragua à se fondre « loyalement » dans le Front sandiniste de libération nationale (FSLN) principale composante du gouvernement de reconstruction nationale, dans lequel est représenté un « parti bourgeois » animé par Violetta Chamoro.

Cependant, lors du congrès de L'Haÿ-les-Roses de la LCR, une question centrale porte sur les relations entre la LCR et l'Organisation communiste internationaliste (OCI). Lors de son intervention comme porte parole de la TLT, Dominique Losay alias Letourneau appelle notamment à une « conférence mondiale ouverte » entre la LCR et l'OCI. Le motif officiel de l'exclusion est la participation « surprise » de Daniel Gluckstein alias Seldjouk, François Morin alias Ulysse et Christian Leucate alias Némo comme représentants de la TLT à une réunion unitaire entre l'OCI et la LCR, Dominique Losay alias Letourneau étant absent de cette réunion pour garantir l'expression de la direction de la TLT au Congrès de L'Haÿ-les-Roses sans être exclu préalablement (ce qui finalement ne fut le cas pour quiconque) (?)

La majorité de la LCR, avec Daniel Bensaid comme porte parole, exclut la TLT lors du deuxième jour du congrès. Celle-ci se constitue immédiatement en "Ligue communiste internationaliste" (LCI).

La LCI (on remarque la correspondance « fusionnelle » des initiales entre LCR et OCI) s'installe dans des locaux situés au 5 rue de Charonne à Paris 11e et publie son propre organe de presse « Tribune Ouvrière ». Elle est associée à l'Organisation Socialiste des Travailleurs (OST) du Costa Rica et à la Ligue Communiste d'Espagne (ne pas confondre avec la LCR liée à la majorité internationale du SU).

Le bureau politique de la LCI est composé de Christian Leucate alias Nemo, François Cortes alias Ulysse, Daniel Gluckstein alias Seldjouk, Dominique Losay alias Letourneau, Alexandra W. alias Simone, Philippe B. alias Langlade. L'organisation a un salarié permanent, « Kalandra » qui assiste au Bureau politique.

Dès sa création, la LCI évince de ses rangs quelques individualités jugés « non fiables », pourtant anciens des tendances minoritaires de la LCR, comme Krasno ou des supposés Spartacistes (Ligue trotskyste de France), afin de permettre une fusion unanime avec l'OCI.

La LCI fusionne à la fin de l'année 1980 avec l'OCI (lambertiste) qui devient alors l'"OCI Unifiée". Daniel Gluckstein et Christian Leucate deviennent membres du Comité Central de l'OCI « unifiée ». Dominique Losay alias Letourneau devient membre de la Commission Internationale, notamment chargé du rapprochement du Parti Ouvrier socialiste internationaliste (POSI) espagnol, adhérent du "Comité d'Organisation et de Reconstruction de la Quatrième Internationale" (CORQI) et la Ligue Communiste espagnole, membre de la Tendance Léniniste Trotskiste (TLT). Alexandra W. alias Simone devient salariée permanente de l'OCI.

Les militants de la LCI sont très majoritairement affiliés à la TLT. Une très faible minorité de quelques militants, essentiellement d'origine latino-américaine, appartient au courant moréniste (du PST argentin) qui rompra avec l'OCI en 1982.

Christian Leucate (alias Nemo) est le principal animateur de la TLT puis de la LCI. Comme Dominique Losay alias Letourneau, il ne reste que quelques mois à l'OCI, alors que Daniel Gluckstein alias Seldjouk devient le successeur de Pierre Boussel (Lambert) à la tête de cette organisation.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]