Ligne du Martinet à Beaucaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le chemin de fer image illustrant le Languedoc-Roussillon
Cet article est une ébauche concernant le chemin de fer et le Languedoc-Roussillon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ligne du
Martinet à Beaucaire
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Uzès
Historique
Mise en service 1880 – 1883
Concessionnaires PLM (1875 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 813 000
Longueur 88,2 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Pente maximale 15 ‰
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Fret

La ligne du Martinet à Beaucaire était une ligne ferroviaire française non électrifiée, à écartement standard et à voie unique de la région Languedoc-Roussillon. Elle a été mise en service par la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée (PLM) en 1880 et 1883. Elle desservait notamment la ville d'Uzès.

Elle constitue la ligne no 813 000[1] du réseau national.

Historique[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La ligne est concédée à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention entre le ministre des Travaux publics et la compagnie signée le 3 juillet 1875. Cette convention a été approuvée à la même date par une loi qui déclare simultanément la ligne d'utilité publique[2].

La section entre Saint-Julien-les-Fumades et Celas est déclassée par une loi le 30 novembre 1941[3]. Celle de Celas à Montaren (PK 19,557 à 44,846) est déclassée par décret le 12 novembre 1954[4].

De Remoulins à Uzès[modifier | modifier le code]

D'Uzès à Saint-Julien - Les Fumades et Le Martinet[modifier | modifier le code]

De Remoulins à Beaucaire[modifier | modifier le code]

Cette section comportait à l'origine, les stations de Lafoux, Sernhac, Meynes, Comps, Beaucaire, entre celles de Remoulins et Beaucaire[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site rff.fr, Décision de fermeture du PK 2,500 au PK 10,204 de « l'ancienne ligne no 813000 » lire (consulté le 19 septembre 2011).
  2. « N° 4443 - Loi relative à la déclaration d'utilité publique de plusieurs chemins de fer et à la concession de ces chemins à la Compagnie de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 3 juillet 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 266,‎ , p. 265 - 271 (lire en ligne).
  3. « N° 5023 - Loi du 30 novembre 1941 prononçant le déclassement de certaines lignes d'intérêt général (zone non-occupée) », Journal officiel de l'État Français, Paris, Imprimerie Nationale, no 326,‎ , p. 5226 - 5227 (lire en ligne).
  4. « Décret no 54-1099 du 12 novembre 1954 portant déclassement de certaines lignes et sections de lignes de chemin de fer d’intérêt général », Journal officiel de la République Française,‎ , p. 10676-10677 (ISSN 0373-0425, lire en ligne).
  5. Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée, service de la construction, Ligne de Remoulins à Beaucaire : enquête spéciale sur l'emplacement des stations, février 1878 extraits (consulté le 19 septembre 2011).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Vincent, Le chemin de fer Le Martinet - Uzès - Beaucaire, Association Terre cévenole, 1991.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]