Ligne du Coteau à Montchanin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne du
Coteau à Montchanin
Image illustrative de l'article Ligne du Coteau à Montchanin
La ligne près de la gare de Montceau-les-Mines.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Le Coteau, Paray-le-Monial, Montchanin
Historique
Mise en service 1867 – 1882
Fermeture Ligne partiellement fermée
Concessionnaires PLM (1857 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 769 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Voie unique du Coteau à Paray-le-M.
Double voie au-delà
Signalisation BM-DV SNCF de Paray-le-M. à Montchanin
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Aucun du Coteau à Paray-le-M.
TER et fret de Paray-le-M. à Montchanin

La ligne du Coteau à Montchanin est une ligne de chemin de fer française qui relie les gares du Coteau près de Roanne et de Montchanin, par Paray-le-Monial.

Elle constitue la ligne 769 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

À la suite de la déconfiture financière de la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France, son démantèlement est organisé en 1857 au profit de la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans et de la constitution de la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée. Cette dernière compagnie se voit octroyer, entre autres, la concession à titre définitif d'une ligne « de Nevers et de Moulins à la ligne de Dijon à Châlon, en un point à déterminer de Châlon à Chagny » (le tronçon de Paray-le-Monial à Montchanin fait partie de la liaison de Moulins à Chagny) lors de sa création par la convention signée le 11 avril 1857 entre le ministre des Travaux publics et les Compagnies du chemin de fer de Paris à Lyon et du chemin de fer de Lyon à la Méditerranée. Cette convention est approuvée par décret le 19 juin 1857[2].

La section entre Roanne et Paray-le-Monial est concédée à titre définitif à la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée par une convention entre le ministre des Travaux publics et la compagnie signée le 3 juillet 1875. Cette convention a été approuvée à la même date par une loi qui déclare simultanément la ligne d'utilité publique[3].

Dates de mise en service :

  • Du Coteau à Paray-le-Monial, le 1er juin 1882

Dates de fermeture au trafic voyageurs :

Dates de fermeture au trafic marchandises :

  • De Pouilly-sous-Charlieu à Paray-le-Monial, le 27 mai 1990.

Dates de déclassement :

  • De Pouilly-sous-Charlieu à Paray-le-Monial (pk 18,733 à pk 58,515), le 20 septembre 1995[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Tracé[modifier | modifier le code]

Gares[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

La SNCF refuse le fret sur la section du Coteau à Pouilly-sous-Charlieu (vers Charlieu) mais cette section n'est ni déclassée ni déposée mais les voies ont disparu de certains passages à niveau ; de Pouilly à Paray, la ligne est réutilisée par une voie verte entre Iguerande et Saint-Martin-du-Lac depuis 2009 puis de Marcigny à Paray-le-Monial d'ici deux ans à trois ans. La seconde section de Paray-Le-Monial à Montchanin est active avec des trains de fret et des TER Bourgogne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Journal officiel de la république française du 27/09/1995 page 14094
  2. « N° 4797 - Décret impérial qui approuve la convention passée, le 11 avril 1857, entre le ministre de l'Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, et les Compagnies des chemins de fer de Paris à Lyon, et de Lyon à la Méditerranée : 11 avril 1857 », Bulletin des lois de l'Empire Français, Paris, Imprimerie impériale, série XI, vol. 10, no 522,‎ , p. 275 - 327.
  3. « N° 4443 - Loi relative à la déclaration d'utilité publique de plusieurs chemins de fer et à la concession de ces chemins à la Compagnie de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 3 juillet 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 266,‎ , p. 265 - 271 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]