Ligne de Tournemire - Roquefort au Vigan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le chemin de fer image illustrant la région Midi-Pyrénées image illustrant le Languedoc-Roussillon
Cet article est une ébauche concernant le chemin de fer, la région Midi-Pyrénées et le Languedoc-Roussillon.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ligne de
Tournemire - Roquefort au Vigan
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1896
Fermeture 1952 – 1971
Concessionnaires Midi (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1972)
Ligne déclassée (à partir de 1972)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 727 000
Longueur 61,780 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Pente maximale 33 ‰
Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne de Tournemire - Roquefort au Vigan est une ancienne ligne ferroviaire française à écartement standard et à voie unique des départements de l'Aveyron et du Gard. Elle reliait la gare de Tournemire - Roquefort à celle du Vigan.

Elle constitue la ligne 727 000[1] du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette ligne a été déclarée d'utilité publique à titre d'intérêt général par la loi du 8 août 1879[2] (2e section de la ligne d'Alby au Vigan). Elle a été concédée à titre définitif à la Compagnie des chemins de fer du midi par la loi du 20 novembre 1883[3].

Elle a été mise en service le 24 août 1896[4] par la même compagnie.

Le 21 février 1934, la Compagnie des chemins de fer du Midi et la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans forment une communauté d'intérêt financière, commerciale et technique et mettent en œuvre une fusion étendue de leur exploitation. Toutefois, chacune des deux compagnies conserve la concession des lignes qu'elle a obtenu de l'État. Le 1er janvier 1938, lors de la nationalisation des grandes compagnies, c'est la Société nationale des chemins de fer français (SNCF) qui est devenu gestionnaire de la ligne.

La ligne a été fermée au trafic des voyageurs en 1939 et au trafic des marchandises en plusieurs étapes :

Elle a été déclassée aux dates suivantes :

  • Section de L'Hospitalet-du-Larzac à Avèze - Molières (PK 543,900 à 583,270) : 12 novembre 1954[5].
  • Section de Tournemire - Roquefort à Hospitalet-du-Larzac (PK 525,225 à 543,900) : 29 octobre 1970[6].
  • Section d'Avèze - Molières au Vigan (PK 583,270 à 585,983) : 14 janvier 1972[7].

À la fin des années 70, la section de Tournemire à l'hospitalet a été remise en état par l'armée dans le cadre de l'extension du camp militaire du Larzac. L'abandon de l'extension de ce camp en 1981 a mis fin à tout espoir de revoir un quelconque trafic sur la ligne.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

C'était une ligne au profil très difficile, les déclivités atteignaient 33 ‰. Le rayon des courbes ne descendait pas en dessous de 300 m.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, ISBN 978-2-918758-44-0, volume 2, page 85.
  2. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1879, page 411.
  3. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1883, pages 80 et 81.
  4. Rapports et délibérations - Conseil général du département de l'Aveyron, année 1897, page 107.
  5. Journal Officiel de la république Française du 13 novembre 1954, page 10 677.
  6. Journal Officiel de la république Française du 18 novembre 1970, page 10 609.
  7. Journal Officiel de la république Française du 2 février 1972, page 1 278.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]