Ligne de Saint-Julien (Troyes) à Saint-Florentin - Vergigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
St-Julien (Troyes) à St-Florentin - Vergigny
Ligne de Troyes à Saint-Florentin
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1891
Fermeture 1996
Concessionnaires Est (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 832 000
Longueur 52 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Nombre de voies Voie unique
(Anciennement à double voie)
Trafic
Propriétaire SNCF

La ligne de St-Julien (Troyes) à St-Florentin - Vergigny est une ancienne ligne ferroviaire française, qui reliait la gare de Troyes et celle de Saint-Florentin-Vergigny.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dès 1869 des études sont lancées pour un projet de chemin de fer entre Troyes et Tonnerre ou Saint-Florentin. La loi du 17 juillet 1879 (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en no 26, une ligne « d'Auxerre à Vitry-le-François, par ou près Saint-Florentin, Troyes et Brienne[1] ».

La ligne, partie d'une section de Saint-Florentin à Brienne-le-Château, est déclarée d'utilité publique par une loi le 2 février 1881[2]. Elle est concédée à titre définitif par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 11 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[3].

La ligne de Saint-Julien à Saint-Florentin - Vergigny n'est achevée qu'en 1891.

Elle était à double voie mais pendant la Seconde Guerre mondiale, la deuxième voie fut déposée par l'armée allemande. Grâce à la bifurcation de Saint-Julien-les-Villas il était possible de rejoindre directement la Gare de Chaumont ou la Gare de Vitry-le-François depuis la Gare de Saint-Florentin - Vergigny.

Elle est fermée aux voyageurs depuis 1996.

Partiellement utilisée pour les marchandises, la ligne est maintenant laissée à l’abandon, la nature commence à envahir les voies[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  2. « N° 10274 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de la première section du chemin de fer de Saint-Florentin à Vitry-le-François, comprise entre Saint-Florentin et Brienne-le-Château : 2 février 1881 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 22, no 594,‎ , p. 65 - 66 (lire en ligne).
  3. « N° 14216 - Loi qui approuve la convention passée, le 11 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Est : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 345 - 352 (lire en ligne).
  4. Association de chemin de fer touristique de l’Aube lire

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]