Ligne de Ribérac à Parcoul-Médillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Ribérac à Parcoul - Médillac
Image illustrative de l'article Ligne de Ribérac à Parcoul-Médillac
L'ancienne gare de Petit-Bersac, côté voies.
Pays Drapeau de la France France
Concessionnaires PO (1892 – 1937)
SNCF (1938 – 1954)
Ligne déclassée (depuis 1954)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 619 000
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Nombre de voies Anciennement à voie unique

La ligne de Ribérac à Parcoul - Médillac est une ancienne ligne ferroviaire française, à écartement standard et à voie unique non électrifiée. Elle reliait les gares de Ribérac et de Parcoul - Médillac, en étant établie dans les départements de la Dordogne et de la Charente.

Elle figure toujours dans la nomenclature du réseau ferré national, sous le no 619 000, bien qu'elle ait été déclassée et déferrée.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ligne, partie d'un itinéraire « de Périgueux à Montmoreau », est déclarée d'utilité publique le 31 décembre 1875[1]. Une loi du 31 juillet 1879 autorise le ministère des Travaux publics à entamer les travaux de construction de cette ligne[2].

Dès 1878, une importante modification du tracé est demandée par le Conseil général de la Dordogne car le tracé initial desservait trois communes non industrielles et peu habitées[3].

La Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans obtient, par une convention signée avec le ministre des Travaux publics le 17 juin 1892, la concession à titre définitif de la ligne « de Ribérac à la ligne de Paris à Bordeaux, par Parcoul ». Cette convention est entérinée par une loi le 20 mars 1893. Cette loi précise que la ligne de Ribérac à la ligne de Paris à Bordeaux, par Parcoul remplace « la ligne, déclarée d'utilité publique et non concédée, de Ribérac à Montmoreau » et elle déclare la ligne d'utilité publique[4].

La ligne vers Parcoul-Médillac (au lieu de Montmoreau) est entérinée par décision ministérielle le 23 mars 1897, le tracé étant validé le 13 septembre 1898 par une autre décision ministérielle[3].

Le 1er juillet 1906, le tronçon de Ribérac à Parcoul-Médillac est mis en service, l'inauguration officielle n'ayant lieu que le 26 août suivant[3].

Le 10 juin 1940, la ligne est fermée aux voyageurs[3]. La section de Ribérac à Saint-Aulaye (PK 514,341 à 534,580) est déclassée par décret le 12 novembre 1954[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 4893 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de divers chemins de fer : 31 décembre 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 285,‎ , p. 1288 - 1290 (lire en ligne).
  2. « N° 8252 - Loi qui autorise le ministre des Travaux publics à entreprendre l'exécution des travaux de superstructure de divers chemins de fer : 31 juillet 1979 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 461,‎ , p. 109 - 110 (lire en ligne).
  3. a, b, c et d Roger Vidal, Le Périgord et le rail : La Dordogne et le Paris-Orléans, t. 1, Périgueux, Éd. à compte d'auteur, , chap. 5 (« Ligne de Périgueux à Parcoul »), p. 516-593
  4. « N° 26346 - Loi qui concède diverses lignes de chemin de fer à la Compagnie du chemin de fer de Paris à Orléans : 20 mars 1893 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 46, no 1546,‎ , p. 841 - 846 (lire en ligne).
  5. « Décret no 54-1099 du 12 novembre 1954 portant déclassement de certaines lignes et sections de lignes de chemin de fer d’intérêt général », Journal officiel de la République Française,‎ , p. 10676-10677 (ISSN 0373-0425, lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Henry Le Diraison et Yvette Renaud, Voyages en Charente au temps de la vapeur, Centre départemental de la documentation pédagogique de la Charente, coll. « Cultures et traditions charentaises », , 304 p. (ISBN 2-903770-48-4, présentation en ligne)

Lien externe[modifier | modifier le code]