Ligne de Pressins à Virieu-le-Grand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Pressins à Virieu-le-Grand
Image illustrative de l’article Ligne de Pressins à Virieu-le-Grand
La ligne à son arrivée à Virieu-le-Grand.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Pressins
Belley
Concessionnaires PLM (1875 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 904 000
Longueur 47,011 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Signalisation Cantonnement téléphonique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Déposée de Pressins à Peyrieu
Fret SNCF

La ligne de Pressins à Virieu-le-Grand est une ligne de chemin de fer française à voie normale située entre les départements de l'Isère et de l'Ain.

Elle constitue la ligne 904 000 du réseau ferré national.

Histoire[modifier | modifier le code]

Arrivée d'un train en gare de Belley au début du XXe siècle.

Cette ligne, partie d'un itinéraire de Virieu-le-Grand à Saint-André-le-Gaz, est concédée par une convention signée le 3 juillet 1875 entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie des chemins de fer de Paris à Lyon et à la Méditerranée. Cette convention est approuvée et la ligne est déclarée d'utilité publique à la même date par une loi[1],[2]. Elle permettait de desservir Belley, sous préfecture de l'Ain.

Elle a été ouverte à l'exploitation le 30 août 1880[3] de Virieu-le-Grand à Belley et le 10 septembre 1884[4] de Belley à Saint-André-le-Gaz

Cette ligne croisait la ligne du Chemin de fer de l'Est de Lyon (CFEL) à la halte de Saint-Didier-d'Aoste. Jusque dans les années trente, outre un trafic marchandises local, y était assuré un service voyageurs omnibus à raison de trois ou quatre allers et retours Saint-André-le-Gaz – Belley et cinq navettes Belley – Virieu-le-Grand.

Peu après sa reprise par la SNCF le 1er janvier 1938 à la suite de la nationalisation des grandes compagnies, dans le cadre des décrets de coordination, et malgré un vœu contraire du Conseil général de l'Ain[5] le service des voyageurs a été supprimé le 15 mai 1939 entre Saint-André-le-Gaz et Belley, puis le 20 mai 1940 entre Belley et Virieu-le-Grand[6]. Le pont sur le Rhône est détruit le 19 juin 1940. La reconstruction de l'ouvrage n'étant pas envisagée, la section entre Saint-Didier-d'Aoste et Bregnier-Cordon est déclassée par une loi le 30 novembre 1941 [7]. En 1944 la SNCF signe un accord avec le CFEL pour qu'il exploite la section de Saint-Didier d'Aoste à Pressins. Malgré l'aménagement d'un nouveau raccordement, le CFEL a abandonné cette section en 1946 en raison de la faiblesse du trafic.

Dates de déclassement[modifier | modifier le code]

  • De Saint-Didier d'Aoste à Brégnier-Cordon (PK 84,163 à 87,753) : 30 novembre 1941.
  • De Pressins à Saint-Didier-d'Aoste (PK 73,400 à 84,163) : 12 novembre 1954[8].
  • Tronçon à Brégnier-Cordon (PK 87,753 à 89,600) : 23 juin 1982[9].
  • De Murs-Gélignieux à Peyrieu (PK 89,600 à 96,737) : 9 juillet 1984[10].

Situation actuelle[modifier | modifier le code]

Départ des Vélos-rails en gare de Pugieu.

Aujourd'hui les rails ne sont présents que de Virieu-le-Grand à l'ancien passage à niveau avec la RD 24 (commune de Peyrieu) ; cette section est restée utilisée pour les marchandises (céréales) jusqu'en 2009 (céréales), année de sa fermeture pour cause de vétusté alors que des travaux venaient d’être effectués. Sa réouverture après travaux approfondis a eu lieu début 2014, permettant le retour du service marchandise assuré par Fret SNCF, pour desservir les silos agricoles plusieurs fois par semaine. Par ailleurs elle est utilisée par des Vélos-rails à proximité de Pugieu[11].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « N° 4443 - Loi relative à la déclaration d'utilité publique de plusieurs chemins de fer et à la concession de ces chemins à la Compagnie de Paris à Lyon et à la Méditerranée : 3 juillet 1875 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 11, no 266,‎ , p. 265 - 271 (lire en ligne).
  2. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État, année 1875, page 352..
  3. Rapports et délibérations - Ain, Conseil général, année 1881/08, page 86..
  4. Rapports et délibérations - Isère, Conseil général, année 1885/08, page 133..
  5. Dans sa session du 31 janvier 1938 (lire en ligne).
  6. La Vie du Rail, n° 2144 du 12 mai 1988, p. 59.
  7. « N° 5023 - Loi du 30 novembre 1941 prononçant le déclassement de certaines lignes d'intérêt général (zone non-occupée) », Journal officiel de l'État Français, Paris, Imprimerie Nationale, no 326,‎ , p. 5226 - 5227 (lire en ligne).
  8. Journal Officiel de la République Française du 13 novembre 1954, page 10 677.
  9. Journal Officiel de la République Française du 26 juin 1982, page 6 037.
  10. Journal Officiel de la République Française du 13 juillet 1984, page 6 121.
  11. « Bienvenue sur le site des Vélos Rails du Bugey », sur velorail01.pagesperso-orange.fr.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]