Ligne de Porrentruy à Bonfol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chemins de fer du Jura
Porrentruy – Bonfol
Ligne de Porrentruy à Bonfol
⇒ Voir la carte de la ligne ⇐
Carte de la ligne
⇒ Voir l'illustration ⇐
Automotrice CJ en gare de Bonfol.
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Historique
Mise en service 1901
Électrification 1952
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 238
Longueur 10,89 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification 15 kV – 16,7 Hz
Pente maximale 25
Nombre de voies Voie unique
Signalisation Block de ligne
Trafic
Propriétaire Cantons du Jura
Exploitant(s) Chemins de fer du Jura

La ligne de Porrentruy à Bonfol est une des trois lignes ferroviaires qui composent les Chemins de fer du Jura (CJ), avec les lignes La Chaux-de-Fonds – Le Noirmont – Glovelier et Le Noirmont – Tramelan – Tavannes. C'est la seule à être en voie normale.

Historique[modifier | modifier le code]

RPB : Régional Porrentruy – Bonfol[modifier | modifier le code]

La gare de Bonfol vers 1910.

Le premier train arrive à Porrentruy depuis Delle le 23 septembre 1872 déjà, avec le chemin de fer de Porrentruy à Delle (PD), puis est raccordé au réseau ferroviaire suisse dès le 30 mars 1877 avec la ligne du Jura-Bernois (JB) jusqu'à Glovelier et Delémont.

L'Ajoie étant maintenant relié par rail à la Suisse et à la France, il est décidé de la relier avec l'Allemagne, en Alsace annexée. Une ligne de 33.6 km sera construite entre Porrentruy et Dammerkirch (Dannemarie), sur la ligne Belfort – Altkirch – Mulhouse, via Bonfol et Pfetterhausen (Pfetterhouse). Le premier train du Chemin de fer Régional Porrentruy – Bonfol (RPB) relie le chef-lieu ajoulot à Bonfol le 14 juillet 1901 ; le prolongement de la ligne jusqu'à Dannemarie (22.7 km) sera mis en service par la Direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace-Lorraine neuf ans plus tard, le 1er novembre 1910.

La traction est à vapeur, les rampes maximales sont de 15 ‰ du côté alsacien et de 25 ‰ sur territoire suisse. Aucun ouvrage d'art important n'a dû être construit.

Entre 1914 et 1918 éclate la Première Guerre mondiale, qui verra l'Alsace redevenir française et fera perdre à la ligne de l'importance, mais le trafic international sera maintenu. La partie française de la ligne sera gérée par l'Administration des chemins de fer d'Alsace et de Lorraine jusqu'au 1er janvier 1938, date de la création de la SNCF.

Le 7 février 1943, en pleine Seconde Guerre mondiale, la voûte du tunnel CFF de Croix entre Saint-Ursanne et Courgenay s’effondre, coupant la liaison ferroviaire entre l'Ajoie et le reste du pays. Le transfert du matériel roulant entre Porrentruy et Bâle s'effectue alors via Dannemarie et Mulhouse[1], avec l'accord de la Reichsbahn qui exploitait la ligne BelfortBâle durant l'occupation.

CJ : Chemins de fer du Jura[modifier | modifier le code]

La gare de Bonfol de nos jours.
Train de travaux en gare de Bonfol.

Les compagnies SC, RSG, CTN et RPB fusionnent au 1er janvier 1944 et deviennent les Chemins de fer du Jura.

Après la guerre, la ligne a perdu toute importance stratégique ; le service voyageurs transfrontalier cessera au 14 février 1946, et le dernier train de voyageurs entre Pfetterhouse et Dannemarie circulera le 2 novembre 1965[2]. Les trains de marchandises continueront cependant à franchir la frontière pendant quatre ans encore.

Afin d'unifier le matériel roulant, les CJ décident de tout exploiter par des trains électriques à voie métrique ; la ligne de Glovelier à Saignelégier est convertie entre 1948 et 1953. Cependant, étant donné que celle de Porrentruy à Dannemarie est isolée du reste du réseau, il est décidé de la laisser à voie normale et de l'électrifier au système CFF (CA 15 kV 16⅔ Hz) jusqu'à Bonfol. Le premier convoi mû par l'électricité empruntera la ligne le 18 mai 1952.

La fermeture définitive du tronçon côté français intervient le 4 janvier 1970, et la ligne est déclassée le 29 octobre suivant. Après cette date, la ligne de 20.1 km est déferrée, les rails et les traverses sont déposés. Côté suisse, la voie subsiste, inutilisée, jusqu'à la frontière. Elle sera en grande partie reprise pour desservir le raccordement à l'ancienne décharge industrielle de Bonfol (DIB).

Chronologie[modifier | modifier le code]

Références et liens[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  • Réseau ferré suisse, Secrétariat général CFF, Berne 1997

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]