Ligne de Pompey à Nomeny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ligne de
Pompey à Nomeny
Traces de la voie à Jeandelaincourt.
Traces de la voie à Jeandelaincourt.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Pompey, Nomeny
Historique
Mise en service 1882
Fermeture 1982
Concessionnaires Est (1882 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (à partir de 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 096 000
Longueur 22,058 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification

Non électrifiée

Pente maximale 15 ‰
Nombre de voies Voie unique
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Fret SNCF

La ligne de Pompey à Nomeny est une ancienne ligne de chemin de fer française à écartement standard et à voie unique non électrifiée[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Bien qu'issue de réflexions débutée dès 1864, avant la guerre franco-prussienne, la ligne de Pompey à Nomeny, ayant pour objectif de desservir la petite ville de Nomeny ne fut déclarée d'utilité publique que le 26 mars 1879, au titre de l'intérêt général, en « compensation » au reclassement au titre de l'intérêt général d'anciennes lignes d'intérêt local construites aux frais du département, par exemple entre Mirecourt et Nancy ou entre Nancy et Château-Salins.

Le département de Meurthe-et-Moselle, l'envisageant d'intérêt local, a reçu nombre de propositions, en provenance de la société lorraine des chemins de fer, de M. Baraban ou de M. Parent-Pécher ; toutefois, sur les conseils des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées, aucune de ces propositions n'est jugée économiquement viable, et c'est l'État qui, en fin de compte, est contraint de construire la ligne, puis d'en confier provisoirement l'exploitation à la compagnie de l'Est. La ligne est déclarée d'utilité publique, à titre d'intérêt général, par une loi le 26 mars 1879[2]. Elle est cédée par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 11 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[3].

Tracée par la vallée de la Mauchère, la ligne, franchissant la Moselle par le pont de Custines, l'ouvrage d'art le plus important de la ligne, est mise en exploitation de . Rapidement s'ouvrent des embranchements particuliers desservant les industries des villages traversés : tuilerie de Jeandelaincourt, mines de Custines et de Faulx.

Située en zone frontalière, la gare de Nomeny restera définitivement un terminus et subira, dès l'assaut d'août 1914, d'importantes destructions. La desserte voyageurs subsiste jusqu'en 1940, année où fut détruit le pont sur la Moselle. Malgré sa reconstruction, la ligne n'accueillera plus qu'un trafic marchandises, qui disparaît en 1980. La ligne, officiellement fermée en janvier 1982, est en partie déclassée le 10 novembre 2003 (PK 12.332 à 22.058) , sauf de Nomeny à Leyr (emprise foncière réservée pour la création d'un éventuel « barreau Metz – Nancy »), et est entièrement déposée en mai 1985.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://pagesperso-orange.fr/transports-vosges/cdf/54-12-7.html
  2. « N° 7842 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement de trois chemins de fer dans le département de Meurthe-et-Moselle : 26 mars 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 18, no 434,‎ , p. 357 - 358 (lire en ligne).
  3. « N° 14216 - Loi qui approuve la convention passée, le 11 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Est : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 345 - 352 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Schontz, Arsène Felten et Marcel Gourlot, Le chemin de fer en Lorraine, éditions Serpenoise, Metz, 1999 (ISBN 2-87692-414-5)
  • Journal officiel de la République française du 18 novembre 2003, page 19524

Articles connexes[modifier | modifier le code]