Ligne de Montauban-Ville-Bourbon à La Crémade

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le chemin de fer image illustrant la région Midi-Pyrénées
Cet article est une ébauche concernant le chemin de fer et la région Midi-Pyrénées.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ligne de
Montauban-Ville-Bourbon à La Crémade
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1884 – 1888
Concessionnaires Midi (1875 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 738 000
Longueur 91,234 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Pente maximale 5 ‰
Nombre de voies Voie unique
Signalisation BAPR de Saint-Sulpice à Lavaur, BM de Lavaur à Castres
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) SNCF
Trafic Voyageurs et fret
Schéma de la ligne

La ligne de Montauban-Ville-Bourbon à La Crémade est une ligne de chemin de fer française, qui reliait la gare de Montauban-Ville-Bourbon à la halte de La Crémade située à 8 km à l'ouest de Castres sur la Ligne de Castelnaudary à Rodez.

Elle constitue la ligne 738 000[1] du réseau ferré national.

Aujourd'hui, le tronçon entre Saint-Sulpice-sur-Tarn et Castres est utilisé pour les trafics voyageurs et fret. Il est desservie par des trains TER Midi-Pyrénées à destination de Mazamet. Le reste de cette ligne a été déclassé.

Histoire[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Origine[modifier | modifier le code]

Cette ligne est concédée à la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne par une convention signée le 14 décembre 1875 entre le ministre des Travaux publics et la compagnie. Cette convention est approuvée par une loi à la même date qui déclare la ligne d'utilité publique[3].

La section de Montauban à Saint-Sulpice a été ouverte à l'exploitation le 11 décembre 1884[4]et celle se Saint-Sulpice à La Crémade (Castres) le 4 mars 1888[5].

En 1884, l'ingénieur Paul Séjourné a réalisé sur cette ligne deux ouvrages majeurs, le viaduc de Lavaur et le pont AntoinetteSémalens), qui lui ont permis d'établir les principes de construction des ponts ferroviaires en maçonnerie.

La section de Montauban à Saint-Sulpice a été déclassée (PK 210,750 à 248,120) le 16 décembre 1991[1].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Exploitation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Journal Officiel de la république Française du 20 décembre 1991 page 16 643.
  2. a et b Conseil général du département du Tarn, Rapports et délibérations, (lire en ligne), « Chemins de fer », p. 239.
  3. Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements, et avis du Conseil d'État / J. B. Duvergier, année 1875, page 625.
  4. Rapports et délibérations - Conseil général du Tarn, année 1884/04, page 41.
  5. Rapports et délibérations - Conseil général du Tarn, année 1888/08, pages 758 et 759.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]