Ligne de Laval à Pouancé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ligne de
Laval à Pouancé
Image illustrative de l’article Ligne de Laval à Pouancé
Vue du tracé de l'ancienne ligne en 2013.
Pays Drapeau de la France France
Villes desservies Laval, Craon, Pouancé
Historique
Mise en service 1888
Fermeture 1938 – 1969
Concessionnaires Ouest (1888 – 1908)
État (Non concédée) (1909 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 1998)
Déclassée (à partir de 1998)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 462 000
Longueur 60,4 km
Écartement standard (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 15 
Nombre de voies Installations déposées
(Anciennement à voie unique)

La ligne de Laval à Pouancé était une ligne de chemin de fer régionale française à écartement standard et à voie unique des départements de la Mayenne et de Maine-et-Loire.

Elle constituait la ligne 462 000[1] du réseau ferré national.

Tracé[modifier | modifier le code]

Chronologie[modifier | modifier le code]

Ouverture[modifier | modifier le code]

  • [2]

Dates de fermeture[modifier | modifier le code]

  • Fermeture au service des voyageurs : [3].
  • Rouverte durant la guerre du au [3].
  • Fermeture au service des marchandises :
    • 1996 de Laval à Saint-Berthevin[4]
    • de Saint-Berthevin à Renazé[5]
    • 1960 de Renazé à Chazé (neutralisation)[6]
    • de Chazé à Pouancé[7]

Dates de déclassement[modifier | modifier le code]

  • De Renazé à Chazé-Henry (PK 350,125 à 355,350) : [8].
  • Section à Chazé-Henry (PK 355,350 à 356,905) : [9].
  • De Saint-Berthevin à Renazé (PK 305,600 à 350,125) : [10].
  • De Laval à Saint-Berthevin (PK 302,237 à 305,600) : [11].
  • De Chazé-Henry à Pouancé (PK 356,905 à 360,895) : [11].

Histoire[modifier | modifier le code]

La loi du (dite plan Freycinet) portant classement de 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d’intérêt général retient en n° 62, une ligne de « Pouancé (Maine-et-Loire) à un point à déterminer sur la ligne de Paris à Rennes, entre Laval et le Genest, par ou près Craon »[12]. La ligne est déclarée d'utilité publique par une loi le [13].

La ligne est concédée à titre définitif par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le . Cette convention est approuvée par une loi le suivant[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-34-1), volume 1, page 153.
  2. « Historique de la ligne Sablé sur Sarthe - Segré - St Nazaire et Segré - Angers », sur cheminots.net, (consulté le 22 septembre 2020).
  3. a et b Historail n°17 d'avril 2011, p. 40
  4. Historail n°17 d'avril 2011, p. 119
  5. Historail n°17 d'avril 2011, p. 111
  6. Historail n°17 d'avril 2011, p. 122
  7. Historail n°17 d'avril 2011, p. 99
  8. Journal officiel de la République française du 11 juin 1960, page 5 360.
  9. Journal officiel de la République française du 2 février 1972, page 1 278.
  10. Journal officiel de la République française du 26 septembre 1992, page 13 380.
  11. a et b Journal officiel de la République française du 11 octobre 1998, page 15 401.
  12. « N° 8168 - Loi qui classe 181 lignes de chemin de fer dans le réseau des chemins de fer d'intérêt général : 17 juillet 1879 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, xII, vol. 19, no 456,‎ , p. 6 - 12 (lire en ligne).
  13. « N° 9684 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer de Pouancé à la ligne de Paris à Brest, près Laval : 27 juillet 1880 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, xII, vol. 21, no 553,‎ , p. 305 (lire en ligne).
  14. « N° 14218 - Loi qui approuve la convention passée, le 17 juillet 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, xII, vol. 28, no 834,‎ , p. 359 - 367 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :