Ligne de Langres à Andilly-en-Bassigny

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Ligne de
Langres à Andilly-en-Bassigny
Pays Drapeau de la France France
Historique
Mise en service 1881
Concessionnaires État (Non concédée) (1878 – 1883)
Est (1883 – 1937)
SNCF (1938 – 1997)
RFF (1997 – 2014)
SNCF (depuis 2015)
Caractéristiques techniques
Numéro officiel 033 000
Longueur 16,945 km
Écartement Voie normale (1,435 m)
Électrification Non électrifiée
Pente maximale 10 
Nombre de voies Voie unique
(Anciennement à double voie)
Trafic
Propriétaire SNCF
Exploitant(s) Non exploitée

La ligne de Langres à Andilly-en-Bassigny est une ligne ferroviaire à écartement standard et à voie unique non électrifiée du département de la Haute-Marne qui relie la sous-préfecture de Langres à Andilly-en-Bassigny sur la ligne de Culmont - Chalindrey à Toul.

Elle constitue la ligne 033 000[1] du réseau ferré national. Elle était numérotée 153 dans la classification de l'ancienne région Est de la SNCF.

Cette ligne a le statut de ligne non exploitée et non déclassée.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette ligne est déclarée d'utilité publique par une loi le 15 juin 1878[2]. Une loi du 31 juillet 1879 autorise le ministère des Travaux publics à entamer les travaux de construction de cette ligne[3].

Par une convention signée le 21 septembre 1881 entre le ministre des Travaux publics et la Compagnie des chemins de fer de l'Est, l'État confie provisoirement l'exploitation de la ligne à la compagnie. Cette convention est approuvée par un décret le 3 octobre suivant[4].

Elle a été ouverte le 27 septembre 1881.

La ligne est cédée par l'État à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée entre le ministre des Travaux publics et la compagnie le 11 juin 1883. Cette convention est approuvée par une loi le 20 novembre suivant[5].

Le service des voyageurs a cessé le 28 mai 1988.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Autrefois à double voie, elle est maintenant à voie unique. Le profil est moyen avec des déclivités maximum de 10 ‰.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Livre : Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau ferré français, édité par La Vie du Rail en août 2011, (ISBN 978-2-918758-34-1), volume 1, page 40.
  2. « N° 7098 - Loi qui déclare d'utilité publique l'établissement d'un chemin de fer de Mirecourt à Chalindrey, avec deux embranchements, l'un de Merrey à Neufchâteau, l'autre d'Andilly à Langres : 15 juin 1878 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 17, no 398,‎ , p. 14 - 15 (lire en ligne).
  3. « N° 8252 - Loi qui autorise le ministre des Travaux publics à entreprendre l'exécution des travaux de superstructure de divers chemins de fer : 31 juillet 1979 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 19, no 461,‎ , p. 109 - 110 (lire en ligne).
  4. « N° 11286 - Décret qui approuve la convention passée entre l'État et la Compagnie des chemins de fer de l'Est pour l'exploitation provisoire de diverses lignes de chemins de fer : 3 octobre 1881 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 23, no 669,‎ , p. 1014 - 1019 (lire en ligne).
  5. « N° 14216 - Loi qui approuve la convention passée, le 11 juin 1883, entre le ministre des Travaux publics, et la Compagnie des chemins de fer de l'Est : 20 novembre 1883 », Bulletin des lois de la République Française, Paris, Imprimerie Nationale, série XII, vol. 28, no 834,‎ , p. 345 - 352 (lire en ligne).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]