Ligne de Démarcation militaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Ligne de Démarcation militaire (LDM), parfois appelée ligne d'armistice, est la frontière terrestre ou la ligne de démarcation entre la Corée du Nord et la Corée du Sud. De chaque côté de la ligne se trouve la zone coréenne démilitarisée (DMZ). La LDM et la DMZ ont été établies par l'armistice à la fin de la guerre de Corée en 1953[1].

En mer Jaune, les deux Corées sont divisées par une « ligne de démarcation militaire » maritime de facto et par une frontière maritime appelée Ligne de limite Nord (LLN) tracé par le Commandement des Nations unies en 1953 [2]. La LLN n'est pas décrite par l'accord d'armistice coréen[3].

Ligne de démarcation terrestre[modifier | modifier le code]

La DMZ passe près du 38e parallèle et couvre environ 248 kilomètres[4]. Des soldats américains et sud-coréens patrouillent le long de cette ligne du côté sud-coréen tandis que des soldats nord-coréens patrouillent le long du côté nord-coréen.

En coréen, la ligne est appelée Hyujeonseon (휴전선), qui signifie « ligne d'armistice »[5]. On l'appelle aussi parfois Gunsa Bungye-seon (군사 분계선), qui signifie littéralement « ligne de démarcation militaire ». Cependant, dans un usage familier, la ligne de démarcation est plus souvent appelée Sampalseon (38, « 38e parallèle »), un nom probablement créé à la fin de la Seconde Guerre mondiale, alors qu’elle aurait été une description précise de la frontière Nord-Sud.

La ligne elle-même est délimitée par une série de 1 292 panneaux identiques placés à intervalles réguliers dans la péninsule. Le côté des panneaux faisant face au nord est écrit en coréen et en chinois[6], et en coréen et en anglais du côté sud. Les signes vieillissent maintenant et rouillent.

Panneaux indiquant la LDM.

Incidents militaires[modifier | modifier le code]

Il y a eu des heurts fréquents le long de la ligne depuis la fin de la guerre de Corée en 1953.

Ligne de limite du Nord[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Ligne de limite du Nord (Corées).

Bien que l’Accord d’armistice coréen spécifie le tracé de la ligne de démarcation et de la zone démilitarisée sur terre, l’accord ne mentionne pas de lignes ni de zones dans les eaux océaniques adjacentes[7]. Peu après la signature de l'armistice, une ligne dans la mer a été établie unilatéralement par le Commandement des Nations unies[8]. Cette ligne de limite du Nord — souvent désignée par son nom anglais, Northern Limit Line (parfois abrégé en « NLL ») — représentait la limite nord de la zone dans laquelle la Corée du Sud permettait à ses navires de naviguer, et non une ligne de démarcation sur laquelle les deux Corées étaient d'accord[9]. Les dispositions de la Convention coréenne d’armistice concernant la LDM et la DMZ ne s’étendent pas à la mer Jaune ni à la mer du Japon[10].

En 1999, la Corée du Nord a unilatéralement affirmé sa propre « ligne de démarcation militaire nord-coréenne dans la mer de l'Ouest (mer Jaune) »[11], également appelée « LDM intercoréenne dans la mer Jaune »[12].

Néanmoins, la ligne tracée par le Commandement des Nations unies fonctionne comme une extension de facto ou « pratique » de la LDM de 1953, malgré des incursions et des affrontements occasionnels[13].

Zone de contrôle civil[modifier | modifier le code]

La zone de contrôle civil — souvent désigné par son nom anglais, Civilian Control Zone (parfois abrégé en « CCZ ») — est une zone qui limite l’accès des civils aux opérations militaires et aux installations militaires à proximité de la zone démilitarisée aux des fins de protection et de sécurité.

La zone a été établie en février 1954, lorsque la 8e armée américaine a commencé à réglementer l'agriculture des populations civils pour assurer la sécurité des installations militaires. Dans la zone de contrôle d'accès au civil, l’utilisation des terres pour l’agriculture civile est autorisée dans la mesure où il n’y a pas d’obstacle aux opérations militaires et à la sécurité, mais la liberté du peuple et les droits fondamentaux tels que l’exercice de la propriété foncière exclus le droit à la culture[évasif].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La LDM a été définie et établie dans la Convention d’armistice coréenne (CAC), article I, paragraphes 1 à 11. La CAC comprend des dispositions concernant la LDM et la DMZ; mais ces dispositions ne s'étendent pas à la mer jaune ou à la mer du Japon. La ligne de démarcation de la frontière du nord a été conçue ultérieurement ou NLL n’a pas été conçue à l’origine dans le cadre de la LDM, ni la RPDC et le commandement des Nations unies en Corée n’ont accepté d'extension ultérieure de la LDM au-delà des limites convenues le 27 juillet 1953
  2. Ryoo, Moo Bong. (2009). "The Korean Armistice and the Islands," p. 5. "After Exchange of Fire, N. Korea Threatens More Strikes on South," Time (US) 23 Novembre 2010.
  3. Pak, Hŭi-gwŏn. (2000). The Law of the Sea and Northeast Asia: a Challenge for Cooperation sur Google Livres extrait : « En vertu de la Convention d'armistice de 1953, la ligne de démarcation militaire a été tracée sur la péninsule coréenne. Aucune ligne de démarcation maritime n'étant définie dans la convention d'armistice, le commandement des Nations Unies a dessiné la LLN »
  4. « Korean War History » (consulté le 12 janvier 2006)
  5. Dictionnaire - Définition du mot Armistice
  6. https://s-media-cache-ak0.pinimg.com/originals/b5/d7/15/b5d715f0df87a30ca14f3989d62a85bc.jpg Panneau de la LDM vu depuis la Nord
  7. Glionna, John M. "Sea border a trigger for Korean peninsula tension," Los Angeles Times (US). January 6, 2011; retrieved 2011-07-28
  8. Kim Young-koo. "A Maritime Demarcation Dispute on the Yellow Sea: Republic of Korea," Journal of East Asia and International Law (JEAIL), Volume 2, Number 2.
  9. "Modern meaning of Korea’s maritime line," The Hankyoreh (ROK). October 15, 2007.
  10. En principe, le Commandement des Nations unies en Corée et la Corée du Nord « pourraient » accepter d'étendre la LDM dans la mer Jaune (conformément au paragraphe 62 de la Convention d’armistice coréenne) ; cependant, il n'y a pas d'accord de ce type.
  11. Zou, Keyuan. (2005). Law of the Sea in East Asia: Issues and Prospects sur Google Livres, Extrait : "En réponse à la NLL unilatérale, les autorités nord-coréennes ont déclaré, après l'incident de 1999 (le 2 septembre 1999), avoir mis en place une «ligne de démarcation militaire nord-coréenne en mer de l'Ouest (mer Jaune)» qui chevauchait la LLN existante" Lee, Hy-Sang Lee. (2001). North Korea: a Strange Socialist Fortress p. 191 sur Google Livres; "South Korea is a criminal without principle." – Noth Korea [sic] Sri Lanka Guardian November 25, 2010.
  12. "NLL—Controversial Sea Border Between S.Korea, DPRK, " People's Daily (PRC), 2002-11-21; retrieved 2010-11-26.
  13. Ryoo, p. 11, Extrait : "La NLL est un moyen efficace de prévenir les tensions militaires entre les forces militaires nord-coréennes et sud-coréennes depuis 46 ans. C'est une ligne de démarcation pratique qui a contribué à la séparation des forces." 1999 Commandement des Nations unies en Corée; Aigner, Erin and Haeoun Park. "Military Strike in the Waters Between North and South Korea," New York Times. November 23, 2010 Williams, David and Peter Simpson. "Korea on the brink: South warns of retaliation after North's shellfire strike kills two marines," Daily Mail (UK). 24 Novembre 2010

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]